vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Projet | Construire au Rwanda, cas d'école pour Patrick Schweitzer & associés (19-02-2014)

Construire une école d'architecture est déjà, pour un homme de l'art, une problématique en soi. La concevoir au Rwanda relève, plus encore, du défi. L'agence strasbourgeoise Patrick Schweitzer & associés y a répondu avec sensibilité. Aussi, promet-elle de livrer en 2015, à Kigali, un édifice à même d'évoquer les volcans de la région des lacs.

Bâtiments Publics | Education | Afrique | Patrick Schweitzer & associés

«Nous sommes membres de l'AFEX et nous recevons donc un nombre important d'appels d'offres internationaux. Nous nous y essayons bien que nous restons, somme toute, très français», débute Daniel Gasser, associé de l'agence.

Patrick Schweitzer avait d'ores et déjà eu l'occasion d'une reconnaissance internationale en livrant à Shanghai, pour l'Exposition Universelle de 2010, le pavillon de l'Alsace.

«Partir à l'étranger nous permet de sortir de nos habitudes régionales et nationales. Nous pouvons aussi parler de visibilité pour l'agence», assure Daniel Gasser.

02(@PatrickSchweitzer).jpgCollaborateurs et associés répondent donc à l'appel d'offres lancé en mars 2012 depuis Kigali pour la conception d'une nouvelle école d'architecture. En face, un groupement zaïrois, une agence belge, une «firme» canadienne et deux autres encore, l'une d'Egypte, l'autre de Tunisie.

Le dossier est en anglais quand bien même, sur place, les populations sont francophones. «Le programme a été réalisé par le directeur de l'école, un architecte américain qui avait étroitement travaillé avec le ministère de l'éducation», explique Daniel Gasser. Qui plus est, la langue de Shakespeare est considérée comme la langue officielle du pays. No comment.

«La demande était claire. Nous devions faire un bâtiment à l'opposé de ce qui se fait actuellement. Nous devions nous éloigner de ces architectures 'étranges' construites par des entreprises chinoises. Les matériaux sont douteux autant que la main d'oeuvre», s'inquiète l'architecte. En tête, quelques images de tours en construction à Kigali.

Aussi, l'agence entreprend un dessin à la technicité simple. Il s'agit de proposer un plan réalisable par les entreprises locales. Le parti, quant à lui, tente de mêler architecture contemporaine et trait traditionnel.

«Il y avait en revanche beaucoup d'incertitude sur le plan masse du campus», précise l'architecte. Au flou d'une situation, l'agence répond par un dispositif facilement transposable. Pour l'heure, les nouveaux atours de l'université - alias KIST (Kigali Institute of Science and Technology) - prennent forme sur les ruines d'une ancienne caserne militaire.

03(@PatrickSchweitzer)_B.jpg «C'est un lieu diffus. Il y a des routes, des broussailles. Il y avait bien déjà un bâtiment qui servait à l'enseignement de l'architecture. A l'extérieur, de la terre battue, des arbres et une cabane - le local reprographie -», commente Daniel Gasser.

Les mots de l'architecte laissent à penser une prise de contact rapide avec le site. Il fallut en fait attendre que l'agence soit sélectionnée. Entre temps, l'agence Patrick Schweitzer & Associés a travaillé avec quelques relais locaux.

«Nous avons découvert un jeune diplômé français installé à Kigali. Il était alors vacataire. Il nous a donné des informations. Il y avait également, Garret Gantner, chef de projet à l'agence MASS Design Group, directeur de l'école de Kigali et auteur de l'hôpital de Butaro construit en pierre de lave», indique Daniel Gasser.

Il y avait aussi l'oncle d'un paysagiste vivant dans la capitale du Rwanda. Il sera, un temps, appareil photo à la main, les yeux de l'agence.

04(@PatrickSchweitzer)_S.jpgDes semaines passent entre chaque mail. «Un beau jour, en 2013, nous recevons un fax : 'il faudrait que nous nous voyons lundi prochain'». Daniel Gasser, visa et carnet de vaccin en poche, s'embarque pour l'Afrique Centrale.

A l'arrivée, les autorités reçoivent l'architecte. Sur la table, un tableau dresse, en francs rwandais, la comptabilité du projet. Malgré la difficile conversion, il ne fait aucun doute que les honoraires ont été réduits. La menace de travailler avec le groupement tunisien opère et les Alsaciens révisent leur stratégie, sans pour autant revoir à la baisse leur rétribution.

«Le ministère souhaite une présence quotidienne de la maîtrise d'oeuvre sur le chantier. Nous avons donc décidé de travailler avec un bureau d'études local à même de suivre les travaux», explique Daniel Gasser.

Dans son taxi, à travers les rues de Kigali, l'architecte a rapidement mesuré l'urgence à former l'équipe qui permettra de réaliser le projet et l'ampleur de la tâche. En effet, ne serait-ce qu'en termes juridiques, les premiers mois furent pleins d'incertitude. In fine, les «très bons guides de l'AFEX» ont permis de jeter les bases d'un contrat bien compris.

«L'Ordre des architectes rwandais est en train d'être mis en place. Le permis de construire sous entend que nous devrions travailler avec un architecte local ; il y a du moins, des formalités qui s'en approchent. Il y a encore nombre d'incohérences», note Daniel Gasser.

05(@PatrickSchweitzer)_B.jpgFace aux aléas administratifs, entre autres, l'agence s'est appliquée pourtant à poursuivre la réflexion au sujet d'un «concept».

«Nous avons créé des objets, des prismes. Nous avons comme déchiré des parallélépipèdes et repris l'image du volcan. Nous avons créé des failles, des canyons. Nous avons procédé par érosion», explique l'homme de l'art.

Treize prismes accueillent studios, salles de classes, galerie d'exposition, cafétéria, auditorium... A l'image, l'ocre contraste avec les appareillages en pierre de lave et laisse supposer une construction faite de terre. Daniel Gasser s'en défend.

«La terre implique des contraintes. Elle reste possible dans les zones arides ; or, Kigali connait des saisons très humides. Une construction en terre aurait impliqué de grands débords de toiture», explique l'architecte. En lieu et place, de simples voiles en béton.

Il y a, dans le trait, une audace. Une ambition aussi.

Promise pour une livraison en 2015, la nouvelle institution promet de faire école. A l'heure où s'ouvre à Paris le procès de Pascal Simbikangwa, accusé de complicité de génocide et de crimes contre l'humanité à l'encontre des Tutsis, l'architecture témoigne ainsi d'une saison des machettes bel et bien révolue.

Jean-Philippe Hugron

06(@PatrickSchweitzer).jpg

Réactions

VIEUX PAS ENCORE SCHNOCK | ex-designer d'environnement | RHÔNE-ALPES | 21-02-2014 à 18:05:00

Décidément ces archis sont vraiment géniaux, mieux encore que Ricciotti qui se renouvelle beaucoup moins qu'eux. Quelle intelligence de création adaptée au milieu ils ont ces suisses. Magnifique. Bravo. Mon pseudo ? Quelques-uns savent qui je suis, entre autres un designer … à la retraite. Mais bon dieu que ces gens font des trucs beaux !!!

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |Villefranche-sur-Mer : CAB à bonne école

«Ce projet est un hold-up sur le paysage», affirme Bita Azimi, associée de l’agence niçoise CAB. A quelques pas de la Citadelle Saint-Elme de Villefranche-sur-Mer (06), la nouvelle école maternelle livrée...[Lire la suite]


elzinc novembre

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]

elzinc

Actualité |Niemeyer, d'outre-tombe

Cinq ans après sa mort, l'architecte brésilien promet encore des chantiers et des réalisations. Le dessin aurait été imaginé peu avant sa mort en 2012. Son commanditaire promet sa concrétisation d'ici...[Lire la suite]

elzinc novembre

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]