tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Le neuf cube de PARC Architectes (19-02-2014)

Les deux armes de l’architecte ? La carte et la plume. Du moins pour Emeric Lambert, associé avec Brice Chapon de l’agence PARC Architectes, lauréate des AJAP en 2012. L’écriture problématise et guide les deux concepteurs. A Bondy (93), ils ont livré en 2013 un auditorium rudimentaire et non moins efficace.  

Bâtiments Publics | Culture | Bondy | PARC Architectes

Sur la route de l’auditorium de Bondy, en voiture avec le Courrier de l’Architecte, Emeric Lambert ne peut s’empêcher d’évoquer quelques-unes de ses obsessions. Parmi elles, la géographie et l’écriture.

«J’ai fait une thèse», soupire-t-il. En guise de sujet, un titre flatteur. 'Le projet suburbain : utopie réalisée de la prospérité'. Le postulat était de «refaire l’histoire d’un projet».

La ville nouvelle de Sénart sert d’arrière-plan à la réflexion. «Elle est l’exemple d’une ville vernaculaire d’aujourd’hui. Elle est d’abord un texte qui devient ensuite une carte puis un projet d’urbanisation», explique l’architecte.

02(@11h45).jpgAutre plume, autres accents, l’agence édite sa propre revue, CRAP Zine. Il faut autant lire «crap» en anglais, à savoir le rebut, que le miroir de «parc». «Je souhaite parler librement», revendique Emeric Lambert. L’endroit de l’envers.

Sur les pages imprimés en noir et blanc, les mots se suivent et quelques expressions provocantes attirent le regard. L’article 'Du porn' pour les architectes' dénonce «l’onanisme [de ceux qui] consomment frénétiquement de la photo de bâtiment».

'Maçon de papier' pointe du doigt «l’abonnement à COURRIER RECOMMANDE, un bimensuel passionnant que vous pourrez lire avec délectation car c’est vachement bien écrit [...] c’est la seule gazette à laquelle vous êtes obligés de répondre point par point. Cet abonnement va vous coûter super cher en temps passé et durera 1 à 2 ans».

Il est libre, Emeric Lambert.

L’objectif de cette production littéraire n’est pas tant de s’auto-célébrer ni même de trouver un exutoire. «Nous dessinons peu. Les chefs de projet doivent problématiser nos desseins. Nous mettons donc en place des outils dont cette revue fait partie», explique-t-il. A côté de la maquette, le papier fait bonne figure.

03(@11h45)_S.jpgChemin faisant, le paysage semble se déliter. Depuis le centre de Paris, en direction du nord, l’urbanité se perd.

«Pour le projet de Bondy, j’avais bien évidemment le suburbain dans la tête. Nous avons installé le projet sur l’ancien parking du collège. Une nouvelle génération de ville arrive sur la ville de la voiture», souligne l’homme de l’art.

La commande, autant que le budget, était alors modeste. Aux premières heures, il s’agissait de réaliser une salle de 150-170 places. L’ambition a été revue à la hausse ; 220 sièges sont désormais offerts aux auditeurs de la chorale de Radio France installée en permanence à Bondy, sa nouvelle adresse.

Oui, la Maison Ronde 'décentralise'... Certes, extramuros. La ville a su attirer à elle, de par son passé 'chorale', cette part de la célèbre institution radiophonique. Un grand pari.

Aussi, plus qu’un simple auditorium, l’édifice se devait également d’accueillir des salles de répétitions pour les jeunes «maîtrisiens»*. La municipalité souhaitait bientôt également un hall d’exposition. Au fil des mois, le projet s’est ainsi étoffé.

L’écueil de la boîte s’avérait alors inévitable au regard de l’enveloppe allouée, à peine 4,5 millions d’euros HT pour 1.800m². «Nous avons trouvé un dispositif pour sortir une image de projet. Il fallait faire vite et peu cher. Nous devions faire le bâtiment le plus compact possible».

«Nous avons utilisé la technologie du hangar», souligne l’architecte, précisant toutefois l’avoir fait «sans prendre le point de vue de Lacaton & Vassal». Dont acte.

04(@11h45)_S.jpgAu hangar, l’agence ajoute les images «du cloître» et «du rideau de scène».

Si l’équilibre de la boîte était plus ou moins indiqué par le programme et contraint par le PLU, son fonctionnement relevait quant à lui du «casse-tête» conceptuel. Une entrée pour les étudiants d’un côté, une seconde pour le public de l’autre. Les circulations se veulent volontairement «labyrinthiques».

«Nous avons voulu utiliser le son comme une matière complémentaire», poursuit l’architecte. A mesure du parcours, les espaces se montrent plus ou moins résonnants. Escaliers et espaces «élémentaires» se révèlent bruyants quand les couloirs, eux, sont insonorisés ; les salles de répétitions sont, quant à elles, dûment traitées.

Au coeur de l’édifice, un espace «en plus». Ni escalier, ni gradin, un entre-deux «indéfini». «Ce lieu de récréation pour les jeunes maîtrisiens a été fait dans le triangle des Bermudes de la réglementation», sourit Emeric Lambert. Les usages y sont libres et multiples.

«Le suburbain pose le problème de la construction dans le vide», explique l’architecte. Ses yeux regardent alors à travers la fenêtre le fatras de constructions disparates isolées les unes des autres.

«Nous avons voulu pour cette construction être sur le front et donc amorcer le front de rue», dit-il, en ayant à coeur la continuité urbaine.

Un combat véritable contre l’idéal de l’ilot ouvert ?

Jean-Philippe Hugron

* Une maîtrise est une école formant des élèves, les 'maîtrisiens', à la musique et au chant choral. La Maîtrise de Radio France, établie en 1946, est un établissement d'enseignement général et musical où les élèves bénéficient d'une formation générale conforme à celle des programmes officiels et d'une formation musicale de niveau professionnel (B. de la Société Nat. de Radiodiffusion,1981, p. 1. In cnrtl.fr).

Fiche technique

Opération : Auditorium de Bondy Angèle et Roger Tribouilloy & Conservatoire d’enseignement du chant choral sous maîtrise Radio France
Programme : Salle en acoustique naturelle de 220 places, conservatoire d’enseignement du chant choral, salle d’exposition de 110m²
Site : 75 avenue Henri Barbusse | 93140 Bondy
Maîtrise d’ouvrage : Ville de Bondy / Est Ensemble / Séquano Aménagement
Maîtrise d’oeuvre : PARC Architectes
Qualité Environnementale : BBC
Surface : 1.800m² SHON 
Montant travaux (HT) : 4.422.000€ + 103.000€ (VRD)
Date : Début des études : septembre 2010 / Début du chantier : juillet 2012 / Fin du chantier : novembre 2013
Phase : Livré et inauguré en novembre 2013

Réactions

PARC Architectes | Chargée de recherches et communication | Paris | 20-02-2014 à 11:26:00

CRAPZINE : http://crapzine.com/

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]