tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chronique | Architectes, presse et planche à billets (05-02-2014)

Chuis née aux Chutes-de-la-Chaudière-Ouest, sur la rive droite du Saint-Laurent en face de Québec. Mon chum y voulait v'nir à France pour se désâmer dur en agence d'architectes. Moi, sa blonde, je tripe et j'découvre le pays. Je découvre aussi la presse spécialisée, les hors-séries, les tirés à part, les dossiers spéciaux. Bonjour tristesse !

France

Pour mon chum, Beaubourg c'est le nirvana architectural. «Charrie pas !», j'ai beau lui dire. Moi, chuis pas très énervée de Beauport à l'idée de voir la tuyauterie et toute la tripaille à l'air. Il est en queue de chemise, ce musée. Mais bon, j'y connais pas bin grand-chose aussi à l'art de bâtir. Suis une Québécoise un peu vieille France. Mon chum, lui, il était fou comme d'la marde à l'idée d'aller arpenter le monument.

J'm'en r'tourne à la librairie, au rez-de-chaussée. Parfois, chuis nono. J'ai peur de le perdre mon chum. Alors, je m'en vais voir les livres d'architectures, pour que j'apprenne à ne pas être dans les patates.

Avant d'arriver aux étals de livres soldés - j'compte mes cennes -, me voilà face à une table. A',d'A d'A, sorry... A'A', d'A'... Comme si que le monde n'avait pas découvert encore le reste de l'alphabet...

Bref, je vois, sous mes yeux, les revues d'architecture ou ce qu'il en reste ! Toute l'actualité sur papier glacé. Pas le temps de crier Lapin que chuis déjà en train d'éplucher toute cette littérature.

Quand les couvertures n'inventent pas des noms d'agence (Avenier-Dalix ?!), je découvre, ailleurs, des choses encore plus étranges.

Par exemple, des pages où l'on parle d'architecture mais des pages d'un dossier «commercialisé». C'est écrit noir sur blanc. Suis parfois niaiseuse mais cela voudrait donc dire que pour être dans cette revue que mon chum me dit être une des plus sérieuses, il faut avancer les billets ?

J'chais pas quoi penser moi, dans ces circonstances, du reste du numéro. J'chais bien que la presse est dans le trou mais faut que les directeurs de publications soient pas chicken pour enfirouaper le lecteur comme ça. Comme j'plains les rédac' chefs.

La même revue fait aussi des hors-séries. J'écoute mon chum parler... Ses commentaires me bercent le soir. Aussi, des noms d'agence, j'en connais ! Mais cet hors-série sur cet inconnu... Ca m'étonne. M'enfin, ça prend pas la tête à Papineau pour comprendre que lui aussi il a avancé les billets pour être sur papier et avoir son nom en grand, en large sur cover page.

Les hors-série et les suppléments sur les architectes sont légions. Dans les colonnes, ça pète de la broue... Ca parle beaucoup et ça dit pas grand-chose... Du texte de commande dûment relu, corrigé et... censuré ? Evidemment, les architectes font tourner la planche à billet. 20.000 pièces pour un «livre».

Et ce dossier sur Montpellier... Quand on sait que le directeur de la publication est le co-auteur de la mairie... Pour moi, ça s'appelle sauter la clôture. Et je ne sais pas si le dossier Japon est lisable. C'est p'tet de la commande aussi, qui sait ?

Quel crédit j'vais donc apporter à mon quotidien préféré si son supplément est financé par ceux qui y sont publiés ?

«L'héroïsme en gros titres, les mérites supposés étalés sur deux colonnes, les honneurs rédigés sur un chèque en blanc, les louanges aux enchères sont détestables». C'est pas moi qui le dit, c'est Luis Sepúlveda qui l'écrit à propos de l'Argentine des années 90. J'reste très ricaine dans mes lectures.

Le monde est aux bottes de la communication et les chargés de com' promettent monts et merveilles aux architectes comme aux industriels. La quantité face à la qualité. File moi les pièces et j'te garantis d'être noir sur blanc.

Tout ça me met down. Et mon chum que j'chais pas ce qu'il fait.

Allez mes amis, à la revoyure.

Arlette Debonnefoy

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]


elzinc novembre

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Ca plane pour SOM !

«890 millions de dollars» pour un édifice «culturellement significatif». Le magazine anglophone Sourceable, spécialiste des questions industrielles, ne tarit pas d'éloges quant au nouvel aéroport...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |Un art de la douceur, Atelier Martel

Sur un élégant dossier consacré à la Maison d’Accueil Spécialisée pour épileptiques à Dommartin-lès-Toul, Atelier Martel fait figurer son nom en lettres capitales ainsi que les mots...[Lire la suite]