Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Italie | Renzo Piano fait planer les brebis (29-01-2014)

Voler avec des oiseaux mais aussi avec des bouquetins, des brebis et des élans est désormais possible en Italie grâce à Renzo Piano. L'expérience se déroule au sein du nouveau musée des Sciences de Trente à peine livré. Le 30 juillet 2013, dans La Stampa, le très sérieux quotidien turinois de centre-droit, Pino Zappalà, scientifique, relate son incroyable visite. Suivons-le.

Bâtiments Publics | Culture | Italie | Renzo Piano

Contexte
Le MuSe (Musée des Sciences de Trente) inspire ! A Trente, chef-lieu de la province autonome du Trentin, l'une des régions les plus riches d'Italie, l'institution culturelle compte parmi les projets de requalification du quartier 'Le Albere', ancien site industriel Michelin.
Cette zone de 11 hectares, non loin du centre-ville, a été abandonnée lors de la fermeture de l'entreprise en 2004.
«Relier quartiers périphériques et centre-ville et les inclure dans la ceinture même de la ville est un thème très actuel et complexe», explique Renzo Piano lors de l'inauguration du musée, le 27 juillet 2013. A Trente, 'Le Albere' «sera desservi par une rue piétonne de douze mètres de large» qui traversera tout le site et «créera d'ailleurs la liaison avec le centre historique», précise l'architecte.
Ce projet de requalification et de redensification est le résultat d'une vaste collaboration. «Les idées sont comme une balle de tennis de table lors d'un match à quatre : elles passent d'une personne à l'autre. Il est impossible de concevoir un tel travail seul».
Le MuSe reprend une partie des collections du Musée Trentin des Sciences Naturelles qui reste par ailleurs ouvert en centre-ville, là où il est installé depuis 1922.
Le nouvel édifice comprend également un pôle de recherches composé d'une succession de volumes couverts par le même toit vitré en pente, ce qui lui confère son unité quand bien même son programme est multiple. L'édifice est posé sur un plan d'eau conçu afin de lier le quartier à l'Adige, fleuve traversant la ville.
«Le MuSe est un espace de lumière, d'apprentissage, de voyages et d'aventures», affirme Renzo Piano.
Le parcours de l'exposition, qui commence au dernier niveau et guide les visiteurs jusqu'au rez-de-chaussée, inclut notamment la 'Rain Forest', une serre tropicale reproduisant une partie de la forêt pluviale de Tanzanie.
CG

MUSEE : LA SCIENCE A 'ZERO GRAVITY'
Pino Zappalà | La Stampa

TRENTE - Je me penche et je suis envahi par une sorte de vertige comme si j'étais suspendu au-dessus d'un vide léger et transparent. Il me semble voler. Avec moi volent oiseaux, brebis, coqs, loups et aussi des bouquetins, des élans... Et plus loin, là-bas, presque aux origines du monde, il y a aussi une baleine, un tricératops et un dilophosaure.

Je suis au MuSe, au Musée des Sciences de Trente conçu par Renzo Piano. Un édifice magnifique qui se distingue dans le paysage et qui, en même temps, s'intègre avec les montagnes alentours. A l'intérieur, les six étages du musée donnent sur un grand vide central, de la verrière au sous-sol, situé entre les deux zones d'exposition. Cette continuité visuelle verticale se développe autour de la distribution des pleins et des vides et du concept de la 'zero gravity'. Les objets suspendus au plafond par de subtils câbles en acier semblent tout à fait flotter en l'air ; une touche d'originalité à la scénographie.

02(@Paolo Riolzi).jpgTout du long, le musée intrigue et surprend : au dernier étage, évidement, nous trouvons sommets et glaciers organisés en installations interactives. Le plaisir des yeux n'est pas le seul invité ; nous pouvons ainsi toucher les surfaces froides et glissantes. Dans ce musée, il faut jouer avec tous nos sens.

Les vitrines ne sont pas nombreuses. Elles préservent ces reliques, uniques et fragiles, pour lesquelles la protection est plus importante que l'interaction avec le public. Cette institution s'enracine dans la grande tradition du Musée Tridentin et protège notamment des collections datant du XVIIIe siècle. Il a donc été nécessaire de trouver un nouvel équilibre entre la conservation et les installations interactives, grâce à des choix muséologiques innovants et courageux.

Ne soyez pas donc surpris de trouver côte à côte la section 'préhistoire' exposant des ustensiles primordiaux et le FabLab* équipé d'imprimantes 3D. Si vous vous demandez ce qu'ils ont en commun, Michele Lanzinger, directeur du musée, a une réponse toute prête : depuis quarante mille ans, chaque génération doit inventer son propre futur et les outils pour le créer. Il faut ajouter que la fabrication des idées est l'essence de l'aventure humaine.

03(@Paolo Riolzi)_S.jpgSéparés de la zone d'exposition par des verrières, les chercheurs du MuSe, puisque c'est aussi un centre de recherches, analysent les pièces conservées dans les locaux situés au R-1 et R-2. Ici, la température de 14°C est obtenue grâce à un système géothermique qui exploite la différence de température entre surface et sous-sol. Le même système sert aussi à générer et conserver le glacier que nous avons touché au début de la visite ! La géothermie évite en fait l'utilisation des substances chimiques pour leur conservation.

Le MuSe est fortement enraciné dans ses montagnes et son territoire, à savoir le Trentin, mais il aborde en même temps des thèmes universels, notamment la connexion entre innovation scientifique et technologique d'une part et les implications sociales de l'autre. Il diffuse également des messages en vue de favoriser l'étude de la durabilité et des sciences environnementales au niveau international.

Bonne chance au MuSe qui a accepté un aussi grand défi et qui doit maintenant montrer la façon dont il faut investir dans la culture même si cela est coûteux. Reste à dire maintenant, comme il l'a été démontré plusieurs fois, que de ne pas investir dans la recherche et dans la culture est, au final, bien plus cher pour la société.

Pino Zappalà | La Stampa | Italie
30-07-2013
Adapté par : Caterina Grosso

* Le FabLab est un laboratoire ouvert à tous où des ordinateurs et des outils sont mis à disposition pour la création d'idées et de projets. le MuSe offre des technologies avancées. 

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de G+ architectes (Paul Gresham et Michaël Neri architectes)

Groupe scolaire à Viessoix : en chantier. Maison de la danse et du chant : en études. Médiathèque et Ecole des Arts à Champagné : concours. Salle de spectacle à Basse-Goulaine :...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Mikan

Une année commencée avec quelques concours perdus, terminée par un concours gagné le 20 décembre. Entre les deux quelques projets chez nous au Japon, aux Philippines, une exposition en Australie et un jardin avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]