tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Maisons Individuelles 2014

Présentation | 2b, Léonard de Vinci et la villa urbaine (22-01-2014)

L'auto-promotion est en vogue. Stephanie Bender et Philippe Béboux, architectes associés de l'agence suisse 2b, expérimentent. A Lausanne, dans la «campagne» de Beaumont, ils ont livré en 2011 une vaste maison regroupant quatre logements. Ni quadruplex, ni maison mitoyenne, le projet est une réinterprétation de la demeure XIXe siècle voisine et ce, sur les traces de Léonard de Vinci. Explications.

Logement individuel | Lausanne | 2b architectes

Vous connaissez sans doute ces grandes demeures bourgeoises, trop grandes pour leurs propriétaires et divisées en appartements ? L'agence suisse 2b propose mieux encore. En effet, elle a livré en 2011 une imposante maison subdivisée dès les premières esquisses en quatre entités indépendantes.

«Ce projet abrite plusieurs maisons en une ; chaque copropriétaire conserve son intimité et expérimente une vie partagée», explique Philippe Béboux, l'un des deux maître d'oeuvre et d'ouvrage pour cette opération.

«A cause de la progressive densification de la ville, il n'y a plus d'espace totalement libre où implanter un projet», assure l'architecte. D'où l'idée de donner forme à un nouveau concept de vie sur un îlot situé au sein du jardin d'une propriété du XIXe siècle. L'ancienne demeure a d'ailleurs toujours été subdivisée en plusieurs appartements.

02(@RogerFreiZurich)_S.jpgBref, voilà donc un projet en auto-promotion né de l'initiative d'architectes qui ont décidé d'y installer leur lieu de vie et leur lieu de travail. Deux autres familles sont venues s'installer, dans les deux autres 'maisons' composant la villa urbaine de Beaumont.

«Nous n'avons jamais eu le fantasme de vivre dans une maison unifamiliale mais plutôt d'inventer un nouveau concept typologique. Ici, chaque famille bénéficie des qualités et des avantages d'une maison individuelle tout en conservant une vie sociale très forte».

La forme pentagonale du bâtiment est la simple résultante des réglementations urbaines en vigueur. Parmi elles, une distance à respecter avec le bâti existant et un alignement sur la rue. La matérialisation est, selon les mots de Philippe Béboux, une «vraie réinterprétation contemporaine du bâtiment voisin».

«Nous avons voulu créer un lien fort en réinterprétant notamment les éléments constitutifs de la maison XIXe siècle voisine», explique-t-il.

En outre, il fallut également travailler le programme et sa répartition au sein de la nouvelle construction. Les quatre unités sont «comme quatre spirales imbriquées les unes aux autres», souligne l'architecte.

Chaque appartement s'organise et s'enroule autour d'un patio central vitré sur lequel donnent les quatre portes d'entrée des logements au niveau de l'entrée du bâtiment. Cette organisation permet à chacune des typologies d'offrir différentes vues. Est, ouest, nord, sud, tout un chacun en profite.

C'est sans compter les ouvertures sur le patio à proprement parler. Au coeur de vide central, l'oeuvre d'art spatiale 'ROOM', conçue par Christian Robert-Tissot et suspendue à la verrière de la cour, filtre le regard sur les fenêtres des voisins et sert de mobile acoustique.

«C'est la mise en scène de la vie en commun», souligne Philippe Béboux. «L'autre est présent, sans être présent ; il y a là une dimension rassurante quant à l'idée d'habiter 'ensemble'», dit-il.

03(@RogerFreiZurich)_B.jpgCette ouverture sur l'autre s'oppose d'une certaine façon à la massivité extérieure du bâtiment. «La façade parle de la distribution des espaces intérieurs», explique l'architecte. A l'instar du bâtiment voisin, la 'Villa Urbaine' est dépourvue de balcon, puisque chacune des quatre «typologies» à un rapport direct à un jardin privatif. «La façade est percée de fenêtres dont la taille diffère selon la pièce et le programme qu'elle éclaire».

Ce «vocabulaire d'ouvertures» dévoile la distribution des pièces et l'organisation des logements. La tonalité brun-gris de la façade s'harmonise avec la couleur des troncs et branchages des arbres du jardin. Les différences de teintes de la façade révèlent, depuis l'extérieur, chaque unité.

«Nous avons toujours utilisé le même béton teinté apparent mais traité en surface selon quatre techniques différentes afin de rendre lisible en façade les quatre logements», explique l'architecte. «Le matériau peut être en effet coffré en banches métalliques ou en planches de bois ; il peut être ensuite sablé ou hydro-gommé ou encore lasuré», précise-t-il.

Les architectes réfutent l'idée de style. «Notre seule référence architecturale est un projet de Leonardo da Vinci pour un bâtiment de logements collectifs mettant en scène un principe distributif similaire. La villa urbaine 4 en 1 de Beaumont est le résultat d'un ensemble de choix fonctionnels et non d'une éphémère action esthétique», conclut-il.

Caterina Grosso

Fiche technique

Lieu : Beaumont, Suisse
Client : Privé
Architecte : 2b / stratégies urbaines concrètes
Team : Philippe Béboux, Stephanie Bender, Tiago Borges, Gudrun Warnking, Carolin Jung, Gloria Asami Lili, Marianne Baumgartner, Fatma Ben-Amor, Julien Blanc, Augustin Clement, Patrizia Gabrielli, Sylvie Grimm, Emiliano Quaresina
Construction : 2009-2011

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc novembre

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]