Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Espace Municipal André Parent, à Anzin : un trait d'union urbain (06-01-2014)

Dans le cadre des travaux de réaménagement du quartier Carpeaux (ANRU), la municipalité d'Anzin (59) a décidé de réimplanter sa maison de quartier au droit du carrefour qui marque l'entrée du quartier. L'agence Olivier Werner Architecte a livré, en septembre 2013, un programme de grosse villa urbaine, hébergeant plusieurs salles associatives - gymnastique, jeunes, atelier de cuisine... - et des bureaux. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Nord | Olivier Werner

Il est des lieux à fort potentiel symbolique. La parcelle sur laquelle a été construit le nouvel équipement en est un.

Elle est à l’entrée de la ville, au croisement de l’avenue Anatole France - sa principale artère - et de la rue Jonas - voie d’accès du quartier de logements Carpeaux en fin de rénovation urbaine -. Elle est l’accès aux écoles maternelle et élémentaire qui la jouxte.

Vide, elle apparaissait comme un lieu laissé-pour-compte du projet des urbanistes des années 60, organisant par cette béance la jonction entre la radicalité des nouvelles constructions et le tissu traditionnel de l’avenue.

C’est un des premiers rôles du nouvel équipement associatif : un trait d’union urbain.

02(@OWA)_B.jpgC’est le sens de sa volumétrie complexe. Une organisation de vides et de pleins qui dialoguent avec toutes les échelles environnantes, ouvrent et ferment, masquent et révèlent, posent et soulèvent.

A l’extérieur, porte-à-faux, failles et coursive organisent les entrées, préservent le passage vers l’école et les relations à l’existant. A l’intérieur, c’est le cadrage des vues sur le dehors qui assume ce rôle d’ancrage : salles traversantes, cour et terrasse suspendues, circulations en projection vers le paysage.

Cette déclinaison formelle est mise en valeur par la mise en oeuvre du seul béton blanc assurant présence et pérennité à l’édifice.

Sous cette apparente sophistication - qui a pour objet la mise en valeur de la lumière du nord de la France -, l’édifice présente un plan simple et très fonctionnel qui convient parfaitement aux usages polyvalents qu’il héberge.

Olivier Werner

03(@OWA)_S.jpgFiche technique

Maître d’ouvrage : Ville d’Anzin
Maîtrise d’oeuvre : Olivier Werner Architecte
Chargé de projet : Franz Bourgeois
Surface : 749m² SHAB
Coût : 1.759.000€ HT
Calendrier : études 2011-2012 / Réalisation 2012-2013
Entreprises : Demathieu & Bard entreprise générale

04(@OWA)_B.jpg

Réagir à l'article





Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]