Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Réhabilitation de la Halle Pajol et création d'un jardin public, Paris 18e (11-12-2013)

Paris 18e, quartier La Chapelle. La Halle Pajol construite en 1926, ancienne halle SNCF, devenue friche industrielle avant d'être rachetée par la Ville de Paris en 2004, a fait l'objet en 2007 d'un concours de réhabilitation remporté par Jourda Architectes Paris en 2008. Située au coeur de la ZAC et de l'écoquartier en cours d'aménagement, elle est, depuis mai 2013, transformée pour de nouveaux usages et exemplaire d'une démarche de développement durable, dans le respect de l'histoire du site et du patrimoine existant. Communiqué.

75018 | Françoise-Hélène Jourda

La réhabilitation de la Halle Pajol est une opération phare à l’échelle de la ville de Paris. La Halle accueille une bibliothèque, une auberge de jeunesse, des bureaux et commerces, une salle de spectacles et une centrale solaire photovoltaïque en toiture.

Constituée de 3.500m² de panneaux photovoltaïques ainsi que de panneaux solaires, la toiture couvre une grande partie des besoins en eau chaude sanitaire de l’auberge de jeunesse. La Halle représente aujourd’hui la plus grande centrale solaire urbaine de France.

02(@11h45).jpgSous la structure rénovée de la halle se développe un bâtiment dont les façades et les porteurs sont entièrement en bois et les dalles en béton.

Cette alliance de matériaux est une démonstration de la capacité structurelle du bois et de sa compatibilité avec le béton.

Un jardin mi-couvert, mi-ouvert offre un paysage varié et pluri-fonctionnel.

C’est la première fois qu’est mise en oeuvre une telle mixité bois/béton.

Le Bâtiment originel construit au début du 20e siècle appartenait à la SNCF qui l’utilisait pour le déchargement des colis postaux. 

Equipée de quais et de plateformes diverses, le volume libre sous la charpente tel qu’il apparaît aujourd’hui n’existait pas.

La charpente métallique, originelle a subi diverses interventions avant de retrouver la pureté de son expression : celle d’un vaste abri qui accueille les nouveaux bâtiments et le jardin couvert. Ainsi, après avoir été partiellement dégagée des remplissages successifs (bétons, briques, tuiles), la charpente a fait l’objet d’une remise en état, par décontamination des peintures au plomb, sablage, remise en peinture puis d’un éventuel renforcement ou du remplacement des éléments corrodés. Enfin, des croix de saint André ont été ajoutées pour conforter la halle et répondre ainsi aux attentes en matière de contreventement.

Totalement indépendante des bâtiments qui se logent sous elle, la charpente métallique répond à ses propres contraintes en matière de sécurité incendie, la stabilité au feu de l’ERP étant assurée par sa propre façade bois. De la même manière, l’étanchéité des nouvelles constructions est assurée indépendamment de la charpente métallique.

03(@Axel Tilche-Dahl).jpgLe parti architectural premier a donc été de venir simplement glisser les nouveaux bâtiments sous cette halle, sous la charpente, pour en préserver à la fois l’intégrité, l’indépendance et la valeur historique et patrimoniale.

Le bâtiment repose, en matière structurelle, sur une dualité stricte entre la charpente métallique de la halle - elle-même revêtue de panneaux verriers et de panneaux photovoltaïques - et le bâtiment qui se loge dessous, majoritairement construit en bois.

L’utilisation massive de ce matériau renouvelable repose sur l’exigence de réduire à minima l’empreinte écologique de la construction neuve, y compris dans un contexte de réhabilitation. Le bois confère également au bâtiment un fort potentiel en matière de flexibilité, de réaménagement, de convertibilité. On pourrait ainsi imaginer que le bâtiment dans quelques dizaines d’années soit pour tout ou partie démonté, pour que l’abri de la charpente accueille une nouvelle fonction.

04(@11h45)_B.jpgL’emploi du bois a été un facteur déterminant pour la préfabrication des éléments de construction, grâce notamment à un travail sur des principes de façades légère à ossature bois qui ont été préfabriquées en atelier puis montées sur place et bardées ensuite.

Présent en toiture, en charpente, en menuiseries, en ossature, en structure verticale, dans les escaliers, les mains courantes, les portes, etc., le bois - à travers des essences très différentes mais toutes provenant de forêts éco-gérées - exprime dans le bâtiment toute l’étendue des ses capacités à la fois structurelles tout autant qu’en termes d’aspect et d’ambiance.

L’emploi du bois en structure verticale a fait l’objet d’innovations technologiques, puisque dans le cas de la Halle Pajol, le bois porte le béton et non l’inverse, grâce à une disposition spécifique en tête de poteau, faisant le lien et assurant les descentes de charge entre plancher et poteau. En façade, le mélèze, naturellement durable, est posé brut de sciage, sans traitement.

05(@11h45)_S.jpgL’auberge de jeunesse, accessible depuis l’esplanade, propose au coeur de Paris plus de 300 lits répartis en une centaine de chambres qui occupent les deux étages supérieurs du bâtiment. Desservies par un couloir central, les chambres bénéficient de vues sur l’extérieur, côté jardin et côté esplanade. Une attention toute particulière a été portée aux choix des matériaux de finition (peinture à label écologique, sols linoléum) à faibles émissions en COV.

L’accès à la lumière naturelle comme la qualité de l’air (double-flux sur-ventilé) ont été également au centre des préoccupations de la maîtrise d’oeuvre. Le renouvellement d’air assure ainsi un taux d’hygrométrie et une température de l’air satisfaisant quelque soit le taux d’occupation. Des sondes de détection installées dans les chambres permettent de moduler les débits d’air, les occupants conservant la possibilité d’augmenter ou de diminuer la ventilation par simple action sur un interrupteur.

06(@11h45)_B.jpgLa salle d’assemblée-spectacle, qui se trouve au rez-de-jardin de l’auberge de jeunesse est accessible via un passage couvert depuis l’esplanade - ou bien directement depuis l’auberge -. Un foyer haut est dédié à l’accueil du public.

Conçue pour être un espace polyvalent, la salle d’assemblée-spectacle peut accueillir 280 spectateurs pour assister à des projections, des spectacles, des petits concerts, des séminaires ou tables rondes, des conférences, etc. Le dispositif scénique permet de travailler avec une scène modulaire qui s’adapte facilement à toutes les activités et dispositions envisagées par les utilisateurs.

07(@11h45)_S.jpgLa bibliothèque Václav Havel est logée dans le volume indépendant du 'shed nord' de l’opération. Epousant le volume de la charpente, la bibliothèque est installée sur 3 niveaux : au RDC et RDC surélevé se trouvent le hall et l’administration, au premier et deuxième niveaux les salles de lecture, de consultation, les espaces d’animation et les espaces petite enfance.

Orientée perpendiculairement à la Halle, la bibliothèque, dont les espaces sont traversants, bénéficient de vues sur tout l’environnement : jardin couvert, jardin nord, jardin d’éole au delà des voies ou esplanade. Les volumes intérieurs, très simples, sont traités avec des matériaux et des couleurs destinés à diffuser une ambiance sereine et propice à la lecture. Le confort visuel est assuré par les vastes baies qui ouvrent sur le paysage et assurent l’éclairement naturel de tous les espaces.

Comme l’auberge, la bibliothèque répond aux contraintes acoustiques du site afin de procurer un confort optimum aux utilisateurs, lecteurs ou personnel - malgré la présence de voies de circulation des trains vers la gare de l’Est - et ses performances énergétiques et thermiques exemplaires répondent aux attentes du plan climat de la Ville de Paris.

08(@Axel Tilche-Dahl).jpgLe volume de l’auberge accueille à rez-de-chaussée et à rez-de-jardin des locaux d’activité / bureaux et des commerces. 

Bénéficiant de vastes vitrines sur l’esplanade à l’ouest ou de vastes baies sur les terrasses du jardin à l’est, les coques - livrées en brut - doivent accueillir espaces de restauration / café, pâtisserie, commerces éco-responsables. 

Les espaces de bureaux ou d’activités sont tournés vers le jardin et disposent d’accès dédiés depuis les passages couverts et la passerelle Est.

Entre la halle et les voies de chemin de fer, les jardins de Pajol s’étirent du nord au sud, dans la plus grande dimension du site. 

Un long jardin ferroviaire dessine un parcours continu : jardin couvert sous la Halle Pajol, jardin ouvert plus au nord. Cet espace linéaire s’organise en lanières successives, en coulisses végétales. Les bassins recueillent l’eau de pluie de la toiture photovoltaïque. Cette eau est stockée afin de répondre aux besoins en arrosage du jardin. Au nord, le jardin suit la topographie, amenant les piétons par pentes et plateaux successifs jusqu’au niveau de la rue Riquet.

Des espaces dédiés aux enfants et aux jeux trouveront leur place entre les terrasses végétales, tout comme des lieux dévolus à la sociabilité ou à la contemplation. La transition entre jardin nord et jardin couvert se fait naturellement et sans discontinuité, le bâtiment de la bibliothèque étant implanté sur des pilotis qui le surélèvent de 3,5 mètres au dessus du niveau du sol. Enfin, le long de la voie ferrée, des jardins familiaux vont être implantés et mis à disposition des associations de quartier.

09(@Jourda Architectes Paris)_B.jpgFiche technique

Programme : Réhabilitation de la Halle Pajol : construction d’une auberge de jeunesse, d’une salle assemblée spectacle, d’une bibliothèque et de locaux d’activité et réalisation d’un jardin public
Maître d’ouvrage : Ville de Paris & Semaest, mandataires du groupement de commande (FUAJ + DEVE + DAC)
Calendrier : concours 2007, études 2008-2010, livré mai 2013 - Livraison jardin décembre 2013
Montant des travaux bâtiment : 26,742M€ HT (valeur 2007)
Surface : 10.108m²
Toiture solaire photovoltaïque : 3.500m²
Maitrise d'oeuvre : Jourda Architectes Paris avec :
In Situ Paysagiste, INEX (BET fluides), C&E Ingénierie (BET structure), AEI (économie de la construction), EO.CITE Conseil Développement Durable, Acora Scénographe, ABC Decibel Acousticien, Les Eclairages Associés Eclairagiste, Restauration Conseil, Sol Paysage

10(@11h45)_B.jpg

Réactions

tartget | attachée de presse | paris | 19-05-2014 à 22:36:00

Bravo, merci pour ces informations précieuses et encourageantes. Des lieux, pour une urbanisation éco-responsable et une capitale plus saine et qui respire mieux!

Réagir à l'article


Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Vous Etes Ici

2018 est une année constructive préparant 2019 : Les premières livraisons commencent. Les écoliers du groupe scolaire Renaudel à Montrouge ont fait leur rentrée 2018-2019 dans un nouveau cadre. La...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Jacques Ferrier Architecture

En 2018, l’agence Jacques Ferrier Architecture a livré le projet Aqualagon, plus grand centre aquatique d’Europe situé à Marne-la-Vallée, ainsi que la réhabilitation des arènes de Lunel, dans...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]