Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Le grand dess(e)in de Jean-Paul Viguier (16-10-2013)

«J’ai toujours une tour dans la tête», confie Jean-Paul Viguier au 21e étage de la tour Majunga. «En France, l’archétype de la tour est rejeté ; or, elle peut être un objet de désir», assure-t-il. Pour ce faire, des mots mais aussi quelques dessins. A La Défense, la visite du chantier est autant prétexte à la découverte d’un projet qu’une tribune offerte à l’homme de l’art contre l’image figée.

Tours et gratte-ciel | | Jean-Paul Viguier

A La Défense, Jean-Paul Viguier travaille à la réalisation d’un gratte-ciel de 45 étages, soit 195 mètres pour une typologie «réinventée». En somme, Majunga joue les opérations séduction auprès d’un public réfractaire.

«Nous employons au début de tout projet beaucoup de mots. En tant qu’architecte, je dois parler. J’utilise des expressions de l’ordre de la poésie pour susciter une image mentale», précise Jean-Paul Viguier.

A l’imaginaire, il s’agit toutefois d’apposer le pragmatisme d’une pratique. «Les calages du dessin situent le projet dans son équilibre», dit-il. Des premières esquisses à la tour construite, quelques évolutions majeures, notamment structurelles, sont à noter. «L’inclinaison des poteaux multipliaient considérablement la facture», assure-t-il. Aussi, la rationalisation est un impératif. Au risque d’appauvrir le projet ? Vraisemblablement pas.

«Nous réalisons ici la première grande tour de la façade sud de l’axe historique est/ouest. Les logements se concentrent sur cette partie de La Défense pour que les tours, construites au nord, n’y projettent pas leurs ombres», relève l’architecte. Majunga vient ainsi rééquilibrer la vue depuis l’Arc de Triomphe sans pour autant pénaliser quelque habitation.

02(@JPHH)_B.jpgEt pour cause : la tour conçue par Jean-Paul Viguier vient s’accoler à la tour Ariane, déshéritée quant à elle de ces vues plein sud sur Paris et ses environs. 

Un problème ? Pas pour Unibail, propriétaire des deux édifices.

«Majunga est une tour positionnée sur le sol naturel. Nous voulions qu’elle en jaillisse par un jeu de lignes brisées qui contribue à l’énergie de la tour», souligne l’homme de l’art.

L’édifice est une figure. L’objet doit être mémorisable tel un logo hors d’échelle. «Le modèle de la tête coupée est rédhibitoire», précise-t-il. 

Aussi, la tour inscrit sa silhouette dans la ligne d’horizon par quelques inclinaisons à son sommet.

«Nous sommes sortis du modèle de la tour issu de la Reconstruction, à savoir des tours identiques, sans aucune fraicheur, et qui ont fini par lasser le public», note Jean-Paul Viguier avec, en tête, les premières réalisations du quartier d’affaires très vite inadaptées au marché de l’immobilier d’entreprise.

Aujourd’hui, Majunga est, selon la brochure commerciale, «ouverte, vivante, écologique». De même, les tours du plan de renouveau de La Défense prévoyaient pour la plupart quelques jardins verticaux, aussitôt abandonnés une fois l’équation financière du projet affinée. Ici, la maîtrise d’ouvrage réalise un tour de force. Majunga sera donc la première tour livrée à proposer une loggia à chaque étage. En tout et pour tout, 2.000m² de terrasses extérieures avec vue sur la tour Eiffel et l’ouest parisien.

«L’audace est acceptée s’il y a un retour d’expériences. J’ai d’ores et déjà réalisé cinq tours», se félicite-t-il. Et la tentation du même ? «On ne reproduit jamais une tour. Nous faisons en sorte qu’aucune ne se ressemble», souligne-t-il. De fait, Majunga n’est pas Coeur Défense. L’ensemble, livré en septembre 2001, avait été conçu par le même architecte.

03(@JPHH)_B.jpg«Je constate depuis cette époque la rapidité avec laquelle les matériaux ont évolué. Leur résistance a été multiplié par cinq, les possibilités d’élancements sont plus importantes, le verre présente des qualités thermiques fascinantes», s’enthousiasme le maître d’oeuvre. Le crayon semble désormais plus libre.

«Le dessin nous a fourvoyé. Nous sommes d’une génération qui ne devait plus dessiner. Le texte, le discours et la maquette avaient pris le relais», lance l’architecte aux journalistes présents, au 7e étage, à la présentation du nouvel ouvrage consacré aux travaux de l’agence*.

«Aux Beaux-arts, j’étais parmi ceux qui dessinaient le mieux mais le talent du dessin m’a dépassé», assure-t-il. Il y a certes le croquis, «un moyen de prendre des notes plus que d’exprimer une idée» puis «le dessin de recherche» et enfin la «solution architecturale».

«L’architecte n’est pas seul. Il est entouré de collaborateurs et d’ouvriers. J’utilise le dessin dans ce dialogue avec une extrême prudence. Tant que nous discutons d’un projet, que nous parlons, que nous écrivons, l’idée est mobile. Si je mets un dessin sur la table, je signe la fin de la discussion», explique-t-il.

04(@JPHH)_B.jpgAussi, «le texte est plus puissant pour l’imaginaire. Il s’agit alors de remettre le dessin dans la découverte de l’architecture», poursuit-il.

Et l’image photo-réaliste ? «Envahissante !», lance Jean-Paul Viguier. «Je souffre de la précision du dessin informatique qui ne permet aucune évolution. Qui plus est, elle amène le client à se désintéresser du processus d’évolution du projet», dit-il.

Réaliser un gratte-ciel n’est pas s’inscrire dans un processus linéaire et fermé. L’image figée n’existe pas. «Il faut toutefois tenir la distance. Il aura fallu onze ans pour Coeur Défense et sept ans pour Majunga», précise l’architecte.

05(@lAutreImage-JPViguieretAssocies).jpgPour Jean-Paul Viguier, une nouvelle tour à Issy-les-Moulineaux est sur les planches. Quant à Unibail, la tour Trinity conçue par Crochon Brullmann a obtenu son permis ferme ; les travaux de voirie doivent débuter en fin d’année et le chantier de la tour à proprement parler doit démarrer fin 2014. Pour la tour Phare de Thom Mayne, le projet est maintenu mais ne pourrait commencer que d’ici deux ou trois ans. En cause, des recours et un appel en troisième instance restent possibles pour les parties adverses.

Tenir la distance, donc.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Maître d’ouvrage : UNIBAIL-RODAMCO
Architecte mandataire : Jean-Paul Viguier et Associés
CARACTERISTIQUES
69 500 m² Shon de bureaux (63 000 m² utiles) dont :
4 500 m² de restaurants interentreprises
1 000 m² d’archives
58 200 m² utiles de bureaux
Hauteur : 47 niveaux (39 plateaux de bureaux)
195 m depuis la rue
170 m depuis l’esplanade
35 000 m² de façades
Terrasses et loggias : 2 000 m² d’espaces verts et accessibles
Capacité : mode « confort » 5 000 postes de travail
HQE
BREEAM – Excellent
BREEAM Awards 2012
THPE : RT 2005 – 50%
BBC
Consommation conventionnelle en énergie primaire < 80 kwhep/m² shon/an

*Jean Paul Viguier : Architecture, de Laurent Greilsamers ; Editeur : Tallandier ; Format : 28,6 x 24,6 cm ; 240 pages ; Intérieur : Quadri ; Couverture : Relié ; Prix : 49,00 euros.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de GUINEE*POTIN ARCHITECTES

Des concours s’échelonnant toutes les mois, 8 de perdus à l'exception de deux : l’école publique de St Pabu dans le Finistère, et notre premier projet francilien, avec Palast et Echelle Office, pour 90...[Lire la suite]

Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]