Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Croatie | Architecture modulaire et 'Low-Tech' : ne pas s'improviser prophète (09-10-2013)

500 euros le m² ? Une architecture modulable ? 'Ma maison, ma liberté', le concept est mis en oeuvre par deux architectes croates pour répondre aux besoins de la classe moyenne. Dans un article paru le 2 octobre 2013 dans le quotidien croate Jutarnji List, la journaliste Korana Sutlić revient tant sur les techniques 'Low-Tech' du projet que sur l’imaginaire des deux concepteurs, Tomislav Pavelić et Robert Jonathan Loher, fait d’archétypes et d’images d’Epinal.

Logement individuel | Croatie

Contexte
En Croatie, les architectes Tomislav Pavelić et Robert Jonathan Loher ont récemment conçu le projet ambitieux 'Ma maison, ma liberté'.
Leur idée ? Rendre l'architecture accessible à tous en utilisant les technologies 'Low-Tech', moins chères, plus simples, plus rapides que le 'High-Tech'.
Le principe ? Une maison en matériaux recyclés de type traditionnel, dotée d'un grand intérieur de 72m² de surface au sol entièrement modulables par l'habitant. Ce dernier se verra proposer plus de quatorze variantes différentes d'aménagement intérieur qu'il pourra réaliser seul et facilement grâce à des cloisons de séparation intégrés aux murs, au plancher, au plafond, aux poutres et qui permettent à l'habitant de disposer de l'espace comme il le souhaite. 
Alors, grand loft de style 'hipster', plusieurs petits studios, un grand salon avec véranda et baie vitrée, galeries latérales... A chacun son style. Le tout à moindre coût puisque le prix de construction au m² ne s'élève qu'à 500 euros auxquels s'ajouteront les droits d'utilisation de l'idée (1.000 euros) et le prix du «cube» (500 euros).
Les deux architectes affirment que «chacun doit avoir la possibilité de déterminer lui-même ce qu'il souhaite faire de l'espace mis à sa disposition» et plutôt que de «s'improviser en prophète» et «bousculer l'idée qu'un habitant a de son propre logis», l'architecte se doit, au contraire, de donner la possibilité aux gens qui le souhaitent d'oser réaliser eux-mêmes leur maison telle qu'ils l'imaginent.
Les hommes de l’art ont, par ailleurs, renoncé à une collaboration avec de grandes entreprises de l'industrie de la construction, préférant proposer le projet à des particuliers qui pourront le faire réaliser directement par des artisans locaux. Altruistes ou commerçants ? Marginaux ou visionnaires ? Le projet a été présenté au salon 'Low tech & Do It Yourself' durant le congrès des architectes à Osijek, en Croatie.
KC

LA MAISON LA MOINS CHERE DU MARCHE CROATE : UN MODELE REVOLUTIONNAIRE, 72M² CARRES, 37.000€
Korana Sutlić | Jutarnji List

ZAGREB - De par leur expérience passée et leur conviction - l'architecture doit être plus proche du citoyen moyen croate -, les architectes Tomislav Pavelić et Robert Jonathan Loher ont conçu le projet 'Ma maison, ma liberté'. Il s'agit d'une maison 'Low-Tech', familiale et personnalisable à souhait, qui plus est prête pour le marché. De toute évidence, il s'agit d'un projet révolutionnaire car il permet de doubler la surface habitable pour le même prix. Il rend l'architecture à la portée de tous. Plus précisément, le «boîtier-cube» ne coûte que 500 euros et, une fois entièrement achevée, la maison ne coûte en moyenne que 37.000 euros.

02(@DR)_B.jpgTrois types de base

Les trois types de base que les deux architectes ont su développer ont des variantes de décoration intérieure infinies en possibilités ; les futurs habitants peuvent transformer leur maison comme ils le souhaitent. L'extérieur a également plusieurs variantes, mais repose sur la tradition et la simplicité. La maison est facile à monter quel que soit le terrain à partir du moment où les infrastructures communes y sont présentes.

«Nous avons conçu un projet à la fois très technique et très simple», explique Tomislav Pavelić, assis dans son bureau zagrebois de la 'Vlaška ulica' (rue de Valachie, ndt.).

Sur le mur, des photos de vieilles maisons traditionnelles croates. Cela va des 'hiza' en bois, aux maisons d'Istrie en passant par les vieilles maisons typiques de Slavonie... Voilà tout ce qui a inspiré les auteurs de ce projet unique. Les solutions de construction 'Low-Tech' ont permis de revenir à une étape plus ancienne de l'histoire de la construction de notre région.

Les maisons d’autrefois ne possédaient quasiment aucune ligne architecturale ; Tomislav Pavelić et Robert Jonathan Loher ont pourtant réussi à les mettre au goût du jour et à les moderniser : ils ont conçu un type de maisons qui, à la fois, n’est étranger à personne et qui porte leur signature.

La technologie dite 'Low-Tech' peut être une réelle alternative à la technologie 'High-Tech' d'aujourd'hui. 'Low-Tech' signifie 'plus simple', 'plus rapide' et 'moins coûteux', qui utilise des matériaux recyclés et peut réduire la consommation d'énergie en utilisant les principes de ventilation et de chauffage naturels. En fait, tout au long de l’Histoire, nous pourrions prétendre que l’architecture était 'Low-Tech'.

03(@DR)_S.jpgDifférents choix possibles

Les architectes Tomislav Pavelić et Robert Jonathan Loher ont présenté trois types de maison. La base est une maison type de Croatie, de taille moyenne 9x9 que les architectes 'découpent'  afin d'obtenir la proportion souhaitée. L'extérieur varie d'une région à l'autre. Par exemple, la maison de type continental possède un toit à double pente et un grenier en-dessous. Après la 'découpe', elle est rétrécie et passe à 5,55x3,45. Pour l'instant, le lancement du projet est 'pour plus tard'.

«Il s'est trouvé que de nombreuses personnes en Croatie ont voulu voir le projet, ce qui a permis un premier contact avec les architectes. En outre, il est évident qu'il existe un fossé entre notre profession et la vie réelle. D'une part, il y a des architectes de renom aux projets faramineux mais, d'autre part, quelqu'un qui construit sa petite maison de campagne avec son poulailler doit également pouvoir disposer d'un architecte. Qui plus est, ce dernier aura fait les mêmes études d'architecture que le premier. Cela nous a fait réfléchir. Comment créer un concept architectural à la fois général et cohérent qui s’accommoderait avec des gens simples ? Et bien, ils choisissent et modélisent eux-mêmes leur demeure en fonction du prix standard. Le coût du projet est de 1 .000 euros à ajouter au coût de construction».

Un projet classique offre généralement une ou deux variantes d’une maison. Ainsi, la maison et son intérieur sont fixés plus ou moins dès le départ. C'est exactement ce que les architectes ont voulu éviter en offrant à l'utilisateur quatorze choix différents de personnalisation.

«Beaucoup de familles vivent dans des espaces bien trop restreints et la majorité des maisons manquent terriblement de fonctionnalité. C'est justement ce qui nous a inspiré. Le concept de 'famille' est plutôt instable et leur situation peut évoluer très rapidement : une famille peut, par exemple, être constituée de quatre membres, tandis qu'une autre ne peut en être composée que de deux ou trois. Dans certaines familles, les enfants cohabitent avec leurs parents et parfois leurs grands-parents. Ainsi, contrairement à une maison moyenne classique, celles que nous proposons sont idéales pour de telles situations car elles se modélisent et se transforment à souhait et peuvent prendre n'importe quelle dimension. En outre, la maison est agréable visuellement».

Les études ont, par ailleurs, montré que l’Etat ne prêtait pas attention à l'aménagement intérieur d'une maison, à sa décoration, mais seulement à son aspect extérieur.

«Notre projet offre un seul volume dont chacun peut modifier l'intérieur à sa guise en fonction de ses besoins et de ses désirs», dit Tomislav Pavelić.

Loft ou Studio ?

Les maisons que proposent Robert Jonathan Loher et Tomislav Pavelić ont une surface au sol de 72m² qui peut être entièrement reproduite au niveau du grenier. Des cloisons de séparation sont inclues aux murs, aux poutres et aux planchers qui s'entrecroisent et peuvent être facilement retirée à tout moment.

«Le loft est facilement modifiable. Nous pouvons en faire un grand espace ouvert aussi bien qu'une maison regroupant plusieurs studios. Quatorze choix différents sont proposés aux utilisateurs. Cela va d'une maison classique, avec rez-de-chaussée et premier étage à une maison d'une seule grande salle de 5,20m de haut sous plafond avec deux galeries latérales ou encore une chambre», explique Robert Jonathan Loher.

Grâce à ce principe, les maisons peuvent prendre de multiples formes. Par exemple, dans une première option, nous pouvons avoir un rez-de-chaussée de forme basique mais dont un côté serait transformé en terrasse avec baie vitrée. Le reste pourrait être modélisé comme un loft. Une autre version propose un balcon avec terrasse où l'on pénètre par un porche comme jadis et, à l'intérieur, une grande salle à manger au rez-de-chaussée avec un espace central ouvert sur le toit, deux petites chambres, un palier, une salle de bains et deux galeries latérales. L'une des galeries peut être aménagée, pourquoi pas, en atelier de bricolage, la seconde, en une autre chambre. Dans une troisième version, plus 'hipster' et beaucoup plus moderne, il n'y a aucune séparation du plancher jusqu'au toit : en gros, une 'maison-cube' avec un lit et un autre 'cube' pour les WC. Au premier étage, il n'y a rien, mais on peut installer de grandes armoires le long des murs... Ce ne sont là que quelques exemples des différentes possibilités de modélisation et d'aménagement de l'espace de la maison.

En somme, tout l'espace de la maison peut être aménagé et transformé à sa guise. En outre, de petits espaces cubiques peuvent venir s’additionner et être rajoutés à l'extérieur de façon à créer un placard, des WC, une salle de bain...

«Pour nous, le plus important est de mettre à disposition l'architecture en tant que volume. Si les habitants souhaitent modifier ce volume, alors tant mieux», assure Tomislav Pavelić.

«Pour moi, chacun doit avoir la possibilité de déterminer lui-même ce qu'il souhaite faire de l'espace qui est mis à sa disposition. Le style de décoration personnelle ne détermine pas la qualité architecturale de la maison mais plutôt une qualité de vie souhaitée par l'habitant. Il s'agit de ne pas bousculer l'idée qu'un habitant a de son logis, ne pas s'improviser en prophètes, mais, au contraire, de donner la possibilité à des gens qui ont leur propre idée de l'aménagement de leur maison et qui n'ont pas confiance en leurs idées d’oser essayer quelque chose de différent, de plus moderne et de le réaliser eux-mêmes».

04(@DR)_S.jpgUne architecture accessible

Malheureusement, ce projet ne suit pas l’industrie de la construction. Il n'y a donc pas de prototype. Pour tout produit de niveau, disons, 'Ikea', l'exigence de base technologique est élevée.

«Notre projet, lui, n'inclut pas une collaboration avec de grands industriels de la construction et de l'aménagement intérieur. Nous nous sommes au contraire appuyés sur une technologie constructive qui permet à n'importe qui de faire réaliser une maison par des artisans locaux», explique Tomislav Pavelić.

Enfin, le coût de construction d'une de leurs maisons est de 500 euros le m². Mais...

«Le prix dépend de la variante que chacun souhaite donner à sa maison. Certains voudront le modèle standard ou quelque chose de plus spécifique, d'autres souhaiterons que l'architecte aménage également l'intérieur. D'autres encore, n'auront besoin que du projet en soi et choisiront de faire le reste eux-mêmes», affirme Robert Jonathan Loher.

«Nos maisons sont destinées aux personnes de classe moyenne à qui l'architecture commence tout juste à être accessible. Mais cette architecture ne doit pas exclure le point de vue de l'utilisateur», conclut Robert Jonathan Loher.

Le projet a été présenté lors de la table ronde 'Low tech & Do It Yourself' au Congrès des Architectes à Osijek.

Korana Sutlić | Jutarnji List| Croatie
02-10-2013
Adapté par : Kyrill Convenant

Réactions

eroig | professeur | france | 11-10-2013 à 10:00:00

oui c'est très bien mais on reste sur la maison individuelle, en termes d'étalement urbain on continue alors ? quid des "assemblages" plus denses ?

chajea | architecte | Californie | 09-10-2013 à 23:56:00

C'est trés bien. Faites-nous savoir quand les premières maison seront construites et a quel réel prix en définitive.
Ca sera intéressant pour tous (vous et moi) de savoir la cout final réel.

Réagir à l'article





Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]


Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]