Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Marc Mimram, le piège de Strasbourg ? (02-10-2013)

Au nom des pairs... une école. A Strasbourg, Marc Mimram a livré à l’été 2013 l’extension de l’ENSA. Le sujet passionne autant qu’il effraie. De la responsabilité de l’homme de l’art vis-à-vis des apprentis. «Il y avait aussi une centaine de professeurs qui auscultait mon projet. Je me suis mis à distance», confie l’architecte. Et pour cause, derrière la simplicité apparente d’un bâtiment, un discret manifeste à destination des étudiants.

Education | Bâtiments Publics | Strasbourg | Marc Mimram

De l’ENSA Paris-Val de Seine imaginée par Frédéric Borel à l’ENSA Nantes conçue par Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, le programme et son interprétation ont fait débat. Complexité de l’un, générosité des autres... Autant de cas d’école.

«J’ai conçu un espace neutre et ré-appropriable», lance Marc Mimram. Neutre ? En quoi ? Quelques journalistes de la visite de sourire de la question posée.

Neutre, certes il ne l’est pas mais le parti ne s’impose pas pour autant. Depuis l’extérieur, rien n’indique la fonction. A l’intérieur, les teintes claires et la logique fonctionnelle ne révèlent en aucune façon l’identité du lieu.

«On peut faire de cette école n’importe quoi», assure l’architecte. Ecole, bureaux, siège social... La coque est encore vide. Ses occupants en feront la personnalité. Une architecture à l’usage.

A quelques mètres de la gare wilhelmienne et de son turgescent hall de verre opaque, l’extension de l’école de Strasbourg profite d’une situation urbaine centrale. «Je voulais proposer un univers de projection vers la ville», assure Marc Mimram.

«J’ai d’abord conçu les ouvertures puis la structure», dit-il. Une structure mixte «au service de l’architecture», alliant treillis et vierendeel. L’effort pour le réconfort.

02(@JulienLanoo)_B.jpgAussi, depuis l’extérieur, les larges baies vitrées paraissent aléatoires. Autant que les volumes d’ailleurs - emboîtés les uns les autres mais aussi décalés les uns par rapport aux autres -. «'J'aime la règle qui corrige l'émotion', disait Braque - Je l’ai lu la semaine dernière. Je préfère l’émotion qui corrige la règle», affirme l’homme de l’art, sourire aux lèvres.

PLU, retrait, alignement, prospect, attique... contraignent la forme. «Le bâtiment est conçu par la maximisation de la règle. Une règle qui fixe, certes, mais avec ma part d’interprétation», convient-il. Neutre et subjective, l’école de Strasbourg.

Chaque décalage entre niveau permet de créer des issues de secours orientées vers de grandes terrasses. «L’architecture se teste dehors. Je voulais rendre l’expérimentation possible», assure Marc Mimram. En mémoire, tests et témoins de façade sur la terrasse de l’agence à Paris.

«Un bâtiment transparent n’aurait pas eu beaucoup d’intérêt. J’ai conçu un rideau coulissant et résistant, un drapé... Dois-je rappeler que mon père était tailleur ?», s’amuse-t-il. Bref, un édifice «haute couture» façon «industrielle». Ou presque. «Ce n’est pas un rideau de commerce», corrige-t-il. L’architecte d’associer, enfin, l’édifice à «une pédagogie entre vêture et structure».

03(@MarcMimram).jpgAlors, une école en guise de programme éducatif ? «Je voulais avant tout insister sur le caractère important de la rencontre. Aussi, j’ai conçu un atrium vertical, un vide central sur quatre étages» explique Marc Mimram.

«Autre hypothèse : que les étudiants soient résidents, que chacun ait sa place», affirme-t-il. Pour ce faire, des casiers répartis dans tout l’édifice mais aussi de l’espace, beaucoup d’espace. Autrefois, l’école proposait 5m² par étudiant, aujourd’hui le double. Jusqu’à quand ?

«J’ai conçu la réalisation de ce projet comme un outil pédagogique. Le faire sert à penser», dit-il. «Toutefois, je ne voulais pas d’une leçon de choses destinée aux étudiants mais d’une expression raisonnée des potentialités offertes par le jeu des matières et la raison structurelle», note-t-il.

In fine, le caractère architectural conditionne-t-il l’individu ? «Nous avons eu des retours via nombre de projets d’étudiants, lesquels posaient la question structurelle puis abordaient la manière de montrer la structure», assure Philippe Bach, directeur de l’école.

04(@JulienLanoo)_S.jpgA nue, la structure. L’intérieur évoque quelques colombages de métal dont la présence est perçue depuis l’extérieur, la nuit, par effets de lumière et de transparence.

«Le dialogue entre structure et vêture fonde le projet architectural depuis le gothique. Les ossatures métalliques y trouvent une belle résonance depuis le XIXe siècle. Et l’on voudrait nous contraindre aujourd’hui à clore, opacifier, épaissir, massifier pour nous abstraire de l’environnement, des éléments du monde», écrit Marc Mimram.

«L’architecture, un art de transformation du monde. Elle l’assume ici, en responsabilité devant les étudiants qui en prennent la mesure avec attention», poursuivit-il lors de la visite. Avant de conclure : «un engagement», dit-il.

Neutre, l’ENSA Strasbourg ? Manifeste, sans doute. 

Jean-Philippe Hugron

05(@JulienLanoo)_B.jpg

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ministère de la Culture et de la Communication - Direction générale des Patrimoines
Maîtrise d’ouvrage mandataire : Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture (Oppic)
Maîtrise d’oeuvre : Architecte mandataire : Marc Mimram
Assisté de : Fabien Mauduit, Pamela Durasamy, Francis Jacquiod, Sergio Pauletto, Sylvia Singer Bayrle, Nicolas Videgrain
Coût : 13,4M d’euros H.T. à terminaison de l’opération financés par le Ministère de la Culture et de la Communication, avec la participation de la Ville de Strasbourg, du Conseil général du Bas-Rhin et du Conseil régional d’Alsace.

Surfaces :
Le bâtiment neuf, 'La Fabrique' : 4.500m2 shon
Le bâtiment réhabilité, 'Le Garage' : 4.400m2 shon
Soit pour l’ensemble de l’école : 8.900m2 shon

Calendrier :
Choix du lauréat : 30 janvier 2008
Obtention du permis de construire : 1er mars 2010
Démolitions : troisième trimestre 2010
Construction : deuxième trimestre 2011
Livraison du bâtiment neuf : mai 2013
Livraison du bâtiment existant restructuré : décembre 2014

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Ronald Sirio Architectes

En 2018, l’agence Ronald Sirio Architectes a plusieurs projets de construction à son actif :L’immeuble de bureau, rue de La Vallée à Amiens a été lauréat du concours d’appels...[Lire la suite]

Album-photos |MARCIANO Architecture

2018, retour aux sources … après l’avoir fréquenté comme restaurant universitaire, j’ai eu la chance de repenser la transformation de l’Hexagone en bibliothèque et lieu de vie. Le voilà...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de RozO

Ce salon urbain réalisé par RozO pour Icade marque un renouveau de ces parcs d'activité en développant une autre relation au lieu de travail. RozO redessine l'ensemble des espaces extérieurs du site afin que ces...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Michel Rémon & Associés

3 bâtiments en chantier // livraison de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon // une large ouverture à l’international : concours en Autriche, Allemagne, Russie et en Belgique enfin avec le concours gagné pour...[Lire la suite]