Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Citations pour séduction, Philippe Madec à la limite du pastiche (18-09-2013)

Authentique. Le mot est galvaudé, se répète à l’envi, et rend toute chose communicable. Pour ce qui concerne Viavino - un pôle 'oeno-touristique' -, la tentation est donc grande d’apposer cet adjectif. Philippe Madec, architecte, y réinterprète en effet quelques archétypes et a livré, en mai 2013 à Saint-Christol (34), un ensemble aux allures de village gaulois. Une attraction.

Commerces et hôtels | Bois | | Philippe Madec

Depuis Nîmes, les journalistes vadrouillent en direction de Saint-Christol. Tantôt quelques cyprès, tantôt quelques pins. Bref, le pays de Lunel, plein sud. De la commune, ils ne verront rien, sinon son panneau blanc serti de rouge.

En marge du centre-bourg donc, un ensemble de maisons en bois, toutes disposées, à première vue, de façon aléatoire. Au coeur du hameau touristique dédié au vin, une treille circulaire en guise de place centrale.

«Nous n’avons pas répondu au programme qui suggérait la réalisation d’un bâtiment autour d’un patio. Nous avons décidé, au contraire, la création de plusieurs unités reprenant la taille des maisons du village. Nous nous inscrivons dans une logique rurale», indique Philippe Madec. Dont acte. Aucune rupture d’échelle ne vient donc défigurer le paysage.

«Nous avons engagé un rapport entre intérieur et extérieur en nous inspirant d’une ferme», précise l’architecte. Un ensemble de citations ? «Le vocabulaire est issu d’un contexte rural. Les matériaux sont locaux», se défend l’architecte. «Nous avions tout d’abord pensé à des murs en terre mais cette tradition n’existe pas ici», explique-t-il. La cohérence est certaine.

02(@Go-production)_B.jpg

«Nous avons travaillé à partir du dessin de la charpente agricole. Le bois s’y développe en structure et en façade. Nous avons utilisé le béton non pour ses qualités structurelles mais pour ses vertus thermiques», souligne Philippe Madec.

«Le béton ne parle pas de la culture du lieu», dénonce-t-il. Les formes se veulent donc avant tout «traditionnelles». Le mot est lancé.

Premier temps de la visite, la maison du tourisme. Accueil chaleureux et distribution de brochures, comme il se doit, pour vanter les mérites de la région. L’édifice abrite par ailleurs un atelier du goût. Bois et béton-planche assurent un décor harmonieux. La tôle, en extérieur, détonne. Evocation du hangar agricole ?

Deuxième halte, le «caveau boutique». Au fond, reproduite à l’identique, une capitelle de pierre sèche en guise de cave. Simulacre ! Les chantres du vrai s’en retourneront. De quoi pourtant surprendre et ravir. L’ambition est avant tout au commerce et au tourisme.

03(@Go-production).jpg

«Il n’y a pas de grand geste, ni d’effort structurel particulier. Nous avons utilisé le bois pour des raisons culturelles mais aussi pour une raison économique : il est le moins cher», précise Philippe Madec, face au restaurant. 1.943 euros/m² SHON pour l’ensemble du projet*.

«En réalisant plusieurs bâtiments, nous avons fabriqué des lieux. Nous avons ainsi créé une place pour le bal des vendanges. Le dispositif est, somme toute, conventionnel», note l’architecte.

04(@PhilippeMadec)_S.jpgAu coeur de la place, une treille circulaire, réminiscence du «patio» souhaité dans le programme original. 

«Ce panier renversé en lamelles de bois ajouré est une agora où chacun peut trouver des références», indique l’homme de l’art. Image, image.

L’ensemble est distribué pour «regarder le lointain». 

Aussi, le paysage s’offre-t-il à tout moment du parcours. Quelques enfants déambulent ici et là. Une fête se prépare.

Un peu plus loin, pour parfaire la collection de références, la halle camarguaise «conçue selon une trame inspirée des 'palox', ces caisses de récolte des fruits», note Philippe Madec.

«Il émane une réelle authenticité, gage de stabilité, d’unité et d’intégration au site», dixit le dossier de presse. Voilà qui est dit. In situ, la séduction opère, les formes enthousiasment. Pourtant, sous-jacent, le pastiche est là. Plus ou moins.

Aujourd’hui, qui pour ne pas condamner le néo-haussmannien ? Pourtant, ici, la réinterprétation enchante. Le néo-vernaculaire est, surtout, plus discret, voire, plus consensuel. En plus d’éveiller quelques images d’Epinal, il chatouille en chacun de nous le fantasme millénaire du bon village gaulois. Un fantasme lui, bel et bien, authentique.

Jean-Philippe Hugron

* Ce prix comprend les bâtiments à énergie positive, le paysage et les VRD, la scénographie et une partie immobile de mobilier.

05(@Go-production)_B.jpg

Fiche technique

SHON : 1.432m²
Superficie du terrain : 2ha
Coût : 4.215.000€ HT / 1.943 euros/m² SHON
* Structure : portiques bois lamellé-collé sur une trame de 105cm et ossatures bois ; façades et toitures habillées de bardages et sur-toitures ajourés bois : le bardage métallique fin fait office de pare-pluie pour une meilleure pérennité ; mur intérieur de pierre de Beaulieu ou en béton coffré de planchette bois
* Sols : béton ciré et terre damée
* Plafond : en bois
* Menuiseries intérieures et extérieures : bois
* Mobiliers et aménagements : bois et linoléum
* Platelage extérieur : bois
* Jeux pour enfants : en bois, protection au sol en copeaux de bois
* Signalétique directionnelle : en bois
* Peinture à l’argile
* Luminaires à basse consommation
* Appareillages sanitaires à faible consommation en eau
* Récupération de l’eau pluviale, utilisée pour les chasses d’eau
* Puits provençal pour la salle de séminaires

Viavino en chiffres
2ha / 7 bâtiments
Surface des bâtiments : 1.432m²
Surface aménagées paysagées : 6.445m²
Coût total de l’opération : 7.262.000 euros dont : Conseil général de l’Hérault : 25,7% ; Région Languedoc-Roussillon : 5,3% ; Etat : 18,5% ; Europe : 0,5%. Aux investissements publics s’ajoutent les investissements de trois partenaires privés.

Viavino en dates
Décembre 2006 : obtention du label P.E.R (pôle d’excellence rurale)
Décembre 2008 : concours, atelierphilippemadec lauréat
Février 2010 : obtention du permis de construire
Janvier 2011 : début des travaux
Avril 2012 : Philippe Madec est primé aux Global Award for Sustainable Architecture, Viavino est retenu comme exemple de sa démarche
Juin 2013 : ouverture de Viavino

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonini Darmon

Des concours aux chantiers et vice-versa : une année en grand écart, émaillée de quelques récompenses (c’est bête mais ça fait toujours plaisir…) Ces récompenses, nous les avons...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de PCA-STREAM

Parmi ces projets cette année : les livraisons du nouveau siège social de Gide Loyrette Nouel rue de Laborde, de l’immeuble de bureaux à énergie positive Be Issy à Issy-les-Moulineaux, du paquebot Art...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bruno Rollet

2018, une année innovante. Deux maisons connectées à Bezannes alliant domotique, télémédecine, et économie d’énergie : une façon nouvelle d’appréhender son lieu de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonio Virga

C’était une année très dense et riche durant laquelle nous avons reçu le prix AMO pour le CHAI – centre d’hébergement et d’accueil international– comme meilleur catalyseur urbain ; les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]