tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | A Cardinet-Chalabre (Paris), Philéas apaise la densité (18-09-2013)

Les résidences étudiantes se suivent et ne se ressemblent pas. Dans le XVIIe arrondissement de Paris, l’atelier Philéas (Anne-Charlotte et Julien Zanassi, Dominique Vitti) a livré, en août 2013, deux «sentinelles» de 152 logements étudiants rattachés à une école polyvalente et une cuisine centrale. Au total : cinq volumes plutôt conséquents. Pour autant, Philéas est parvenu à créer une opération nuancée.

French Touch | Logement collectif | Education | 75017 | Philéas

«Une des particularités du projet est la mixité du programme», souligne Anne-Charlotte Zanassi en préambule d’une visite de presse organisée le 11 juillet 2013 pour découvrir la dernière livraison en date de la ZAC Cardinet-Chalabre, située dans le XVIIe arrondissement de la capitale.

Avec sa résidence étudiante, son groupe scolaire composé d’une école maternelle et d’une école élémentaire, son centre de loisirs et sa cuisine collective ayant vocation à préparer 1.500 repas par jour, l’opération de la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) est surtout le fruit d’un imposant programme. A priori donc, difficile de faire dans la dentelle.

«A la mixité s’ajoute le cahier des charges de la ZAC qui demandait des bâtiments quasi passifs», précise Anne-Charlotte Zanassi. En tout cas BBC. Même si les architectes ont l’habitude des contraintes, ici l’atelier Philéas devait donc composer avec «un faisceau» d’obligations et d’enjeux qui impliquait «une véritable réflexion sur la densité».

«Une de nos préoccupations était d’offrir des vues et du soleil à tout le monde, dont la cour d’école, sans pour autant fermer le bâtiment». Effectivement, au sud se déploient les parterres fleuris composant le Parc Martin Luther King. De fait, Philéas a choisi d’orienter son projet vers l’étendue plantée.

Les architectes ont surtout fait le pari de «l’éclatement» en répartissant le programme dans cinq volumes de tailles inégales. Un parti judicieux puisque, à entendre Anne-Charlotte Zanassi, c’est ce qui a distingué l'atelier Philéas des autres candidats lors du concours organisé en juillet 2009.

Pourtant, tous avaient sous les yeux le parfait «contre-exemple» en ce mastodonte constitué par un hôtel jouxtant le projet au nord et auquel Philéas a heureusement choisi de tourner le dos.

02(@SergioGrazia)_S.jpgAyant privilégié «la déconstruction de volumes», les architectes ont souhaité dans le même élan «verdir» l’école «comme si le parc pénétrait dans le projet». En clair, les façades des classes élémentaires et maternelles sont entièrement parées d’un dégradé vert composé de panneaux de terre cuite.

Si ailleurs la couleur pomme, galvaudée par l’accumulation de réalisations dans ce ton, peut irriter, ici elle offre effectivement un écho bienvenu au parc tout en atténuant la massivité de l’opération.

C’est au-dessus que se déploie le plus gros morceau, c’est-à-dire les 152 logements de la résidence étudiante répartis dans deux «sentinelles» d’une dizaine d’étages.

Dominique Vitti, Anne-Charlotte et Julien Zanassi ont choisi de continuer à décliner le vocabulaire 'durable' en habillant des façades creusées de loggias - vertes, il va sans dire - de brise-soleil, en terre cuite également, qui évoquent des branchages, «des allumettes géantes» ou «les composants d’un nid» selon les journalistes. Ou quand l’évocation végétale est poussée à son paroxysme.

Malgré cet excès, Philéas réussit ainsi à faire vibrer ces volumes massifs.

03(@SergioGrazia)_S.jpg«Dématérialiser ainsi la façade permet de conférer de la finesse à un édifice imposant», confirme Anne-Charlotte Zanassi, tout en mettant l’accent sur la dimension pérenne de la terre cuite.

«L’école est verte à tout point de vue puisque les toitures sont végétalisées». Outre les toits plantés et les panneaux de terre cuite - ici lisses, là déstructurés -, la sous-face en inox de l’auvent abritant la cour d’école ne passe pas inaperçue. La mesure de sécurité permet aussi, via le choix du matériau, de ne pas obscurcir l'espace de récréation. «Notre souci permanent était la lumière», répète l'architecte. Ainsi en témoigne chaque recoin de l’opération.

De fait, plus encore que les 'coquetteries' extérieures, les aménagements intérieurs valent le détour. Mention spéciale aux finitions ainsi qu’à la taille des ouvertures, que Philéas a voulu le plus large possible, y compris dans les salles de classe. Les équipements scolaires s’ouvrent rarement aussi généreusement sur l’extérieur. Pourtant, une qualité «élémentaire», selon l’Atelier .

04(@SergioGrazia)_S.jpgQuant aux 'logements' de la résidence étudiante - appellation que les chambres de dix-sept mètres carrés doivent au fait d’être toutes équipées de cuisines et de salles de bains -, RAS si ce n’est, selon le souhait des architectes, les vues. Partout, d’être happé par les floraisons du parc Martin Luther King.

«La vue est ce qui confère qualité à l’espace». A Cardinet-Chalabre, ce ne sont pas les étudiants qui contrediront les architectes.

Emmanuelle Borne

05(@SergioGrazia).jpgFiche technique

Programme : école polyvalente de 12 classes, centre de loisirs et deux logements de fonction ; résidence étudiante de 152 logements et 1 logement de fonction ; cuisine centrale pour une production de 1.500 couverts par jour
Maîtrise d’ouvrage : RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris)
Architecte mandataire : Atelier Philéas (Anne-Charlotte et Julien Zanassi, Dominique Vitti), membre du collectif Plan01 - Quentin Fruchaud, chef de projet
BET Structure : EVP
BET Fluides : Inex
Economiste : Ph. Talbot
Acousticien : AVEL / JP Lamoureux
BET Cuisine : GSIR
Paysagiste : Sempervirens
Conseil environnemental : Plan02
Graphiste : Clémence Amette
Surfaces : résidence étudiante : 4.700m² / Groupe scolaire : 4.350m² / Total : 9.000m²
Montant des travaux : 21.470.000 euros HT dont 10.200.504€ pour la résidence et 11.269.496€ pour l’école et la cuisine
Calendrier : concours juillet 2009 / Début des travaux juillet 2011 / Livraison août 2013 / Ouverture septembre 2013.

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR
elzinc

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]