Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chine | Musée Ordos, MAD et la fascination des dunes (28-08-2013)

Dans un bref article paru en mars 2013 dans le magazine serbe Kuća stil, la journaliste Jelena Kaličanin présente le musée Ordos, signée MAD Architects. Un bâtiment qui surprend donc ailleurs autant qu’ici, dont l’architecte Ma Yansong souligne être «fasciné par l’idée de la coexistence entre architecture et nature». La preuve par ce musée aux courbes épousant le mouvement des dunes.  

Culture | Chine | MAD

Contexte
Située en Mongolie intérieure, la ville-préfecture d’Ordos accueille, depuis l'automne 2011, le musée du même nom. D’une surface construite de 41.227 mètres carrés, le Musée Ordos, associé aux huit yourtes blanches de Genghis Khan, signifie 'Palais'.
Alors qu’il y a quelques années Ordos faisait partie du majestueux désert de Gobi, c’est aujourd'hui un centre urbain soulevant une controverse typique de la civilisation chinoise moderne : le conflit entre les traditions de longue date et les rêves d'avenir d’un peuple. Ainsi, les architectes sont invités à développer le paysage urbain tout en prenant en compte la culture locale.
En 2005, les autorités locales ont établi un nouveau schéma directeur pour le développement de la ville. Après l'initialisation de ce schéma, l’agence MAD Architects fut choisie par le gouvernement de la ville d'Ordos afin d’y concevoir un musée représentant la pièce maîtresse de la ville nouvelle. En tant que symbole urbain, ce musée reflète la volonté locale de combiner la culture traditionnelle de la région tout en répondant à l’évolution et à l’avenir de la ville.
Familier et pourtant différent, le musée Ordos semble à la fois débarquer et avoir toujours existé dans son paysage désertique. Perché au sommet d'une dune, le musée semble flotter au dessus d'une colline de sable ondulant. Le bâtiment est enrichi d’espaces intérieurs naturalistes baignés de lumière. En résulte une architecture intemporelle dans une ville fantôme.
La nouvelle place urbaine créée autour du musée a la faveur des quelques habitants d’Ordos qui y rassemblent leurs familles et leur amis pour jouer ou se reposer.
Revêtues de panneaux métalliques, les surfaces ondulées du musée protègent les espaces intérieurs des rudes hivers et des tempêtes de sable. A l'entrée du musée, un atrium empruntant ses caractéristiques à une grotte ou un canyon s’offre au regard. Des bandes de lumière filtrées depuis le plafond forment les passages ombragés qui mènent vers les galeries d’exposition.
Exposé au sud, un jardin intérieur baigné de lumière naturelle est partagé entre les bureaux et les espaces de recherches du musée, créant ainsi un environnement de travail naturel.
La livraison du musée a fourni aux citoyens d’Ordos un lieu de réflexion sur le développement de leur ville.
MP

02(@IwanBaan)_B.jpgFICTION EN CHINE
Jelena Kaličanin | Kuća stil

ORDOS - Mongolie en Chine ? La région nord de la Chine, située à la frontière avec la Mongolie, appelée également la Mongolie intérieure, est depuis plusieurs années la 'scène' de la réalisation de nombreux projets. Dans leurs mises en oeuvre, le rôle principal est confié aux vedettes de l’architecture et de l’ingénierie du monde entier. Parmi eux se trouve l’agence basée à Pékin 'MAD Architects'. L’architecte et fondateur de l’agence, Ma Yansong, a conçu le Musée Ordos dans la ville portant le même nom.

Ordos est une ville nouvelle conçue pour accueillir un million d’habitants. Le Musée Ordos se situe dans le centre-ville, sur une colline, à l’image de ces cathédrales en hauteur dans les villes occidentales. Le bâtiment semble avoir atterri d'un autre monde dans le désert de Gobi.

03(@IwanBaan)_B.jpgLégèrement influencé par les dômes géodésiques de Richard Buckminster Fuller*, les architectes de l’agence MAD ont imaginé cette forme abstraite et mystérieuse qui sera un lieu de réunion de la tradition de l'art chinois et de l’art du futur. Selon les architectes, la façade est un bouclier qui protège cette culture précieuse et l'histoire de la ville.

Avec sa façade sinusoïdale, le bâtiment s’élève jusqu’à quarante mètres de hauteur. «Nous avons voulu concevoir une forme irrégulière. L’espace intérieur est divisé en plusieurs espaces d’exposition dont les murs sont inspirés par la texture naturelle de la lave», expliquent les auteurs.

Au sommet de l’édifice se trouve un vaste trou à travers lequel la lumière naturelle projette une ombre sur les nombreux ponts et passerelles reliant les espaces du musée.

La particularité du musée Ordos est en effet la présence de deux entrées sur les côtés opposés du bâtiment, lesquelles créent une promenade à travers le musée sans entrer dans la salle d'expositions ou les galeries.

Jelena Kaličanin | Kuća stil | Serbie
01-03-2013
Adapté par : Milja Pavićević

* Richard Buckminster Fuller (1895-1983) était un architecte, designer, inventeur, scientifique et auteur américain. Dans le domaine de l’architecture, il a mis au point l’invention du dôme géodésique qui est une structure sphérique - ou partiellement sphérique -, en treillis, dont les barres suivent les grands cercles (géodésiques) de la sphère. L'intersection des barres géodésiques forme des éléments triangulaires qui possèdent chacune leur propre rigidité, provoquant la distribution des forces et des tensions sur l'ensemble de la structure, qui est de ce fait autoporteuse, laissant l'intérieur entièrement disponible (pas de piliers). En France, les dômes géodésiques les plus connus sont la Géode (Cité des sciences et de l’industrie à la Villette) et le Palais des Sports de Paris à Porte de Versailles.

04(@IwanBaan)_B.jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de GUINEE*POTIN ARCHITECTES

Des concours s’échelonnant toutes les mois, 8 de perdus à l'exception de deux : l’école publique de St Pabu dans le Finistère, et notre premier projet francilien, avec Palast et Echelle Office, pour 90...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]