tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Résultat | Palmarès du Concours Lille/Design for Change édition 2012-2013 (12-07-2013)

Le 13 juin 2013, les trois lauréats du concours Lille/Design for Change ont été annoncés à la Maison Folie Hospice d’Havré de Tourcoing. Pour la seconde édition de cette compétition internationale, la métropole lilloise et ses partenaires Lille design et Design for Change ont invité 200 étudiants d’école de design et d’architecture du monde entier à imaginer le futur de 6 quartiers en mutation. Communiqué.

Monde

L’objectif est de faire émerger des idées innovantes et de nouvelles pratiques, d'imaginer de nouveaux usages pour les quartiers de L’Union et Le Labo’Nord à Tourcoing, Lille Sud, le quartier Saint-Sauveur à Lille, le quartier de la Piscine à Roubaix et Fives Cail (FCB).

Depuis le 26 octobre 2012, ils ont planché depuis Beyrouth, Cape Town, New-York, Bruxelles, Saint-Etienne ou Hong-Kong sur les thématiques de l’agriculture urbaine, du droit à la différence et des ambiances urbaines appliquées à ces quartiers.

Au final, 38 projets ont été proposés, relevant de nature et de formes biens différentes : de l’évènement, au scénario de design participatif en passant par les applications numériques et les équipements et aménagements urbains. L’intégralité de ces travaux fait l’objet d’une exposition jusqu’au 21 juillet 2013 dans la Chapelle de la Maison Folie Hospice d’Havré, permettant une appropriation par les habitants et les acteurs institutionnels et privés de cette réflexion inédite à cette échelle sur la métropole lilloise.

Les lauréats du concours

Le jury*, réuni le 29 mai 2013, a examiné avec attention les 38 projets remis au concours par les étudiants des écoles invitées et a désigné unanimement les trois projets lauréats :

1. 'Les Bains, Reconstruire le passé pour mieux consommer l’avenir' / Violaine Bourgeois et Manon Rouaze / Haute Ecole d’Art et de Design HEAD, Genève (Suisse)
02(@V.Bourgeois-M.Rouaze-HEAD)_S.jpgLe projet lauréat, 'Les Bains', convoque l’échelle urbaine. 

Il se situe dans le thème agriculture urbaine en proposant la reconversion de l’école de natation de Tourcoing en centre d’aquaponie. 

Il s’agit de mettre en symbiose des poissons qui séjourneraient dans les bassins de la piscine, dont l’eau serait épurée par des plantes maraîchères cultivées en surface, alimentées par ce dispositif. 

L’ensemble serait un lieu d’échange convivial, accessible au public directement concerné par la cueillette.

Le jury apprécie la cohérence globale du projet qui propose une reconversion non convenue d’un édifice patrimonial, tout en ouvrant une piste nouvelle à l’agriculture urbaine dans la métropole. 

Il souligne l’intérêt économique, qui n’exclut pas l’investissement direct des citoyens et l’aspect communicant du projet. Le jury pense également qu’il serait souhaitable d’intégrer un espace 'restauration' au dispositif.

2. 'Migrations, le Festival des oiseaux qui marchent' / Pierre-Emmanuel Vandeputte / ENSAV, La Cambre, Bruxelles (Belgique)
03(@Pierre-Emmanuel Vandeputte-ENSAV)_S.jpgLe projet convoque directement l’échelle de l’objet à partir d’un scénario mettant en jeu des appeaux. 

Il propose de réunir régulièrement les habitants de Lille lors d'un festival des oiseaux au cours duquel les habitants pourront en imiter les chants grâce à des appeaux. 

Chaque festival porterait sur une espèce différente d'oiseau observable dans la région.

Le jury souligne l’intérêt du projet pour le thème du 'Droit à la différence' en réunissant ceux qui partagent la même curiosité. 

Son rôle en tant que lien social est évident : tous les citoyens peuvent se sentir concernés par ce projet qui rappelle la position de Gilles Clément sur le fait que les oiseaux sont les premiers paysagistes.

Outre l’économie de moyens, le fait que le projet échappe rapidement à son auteur est relevé comme un point positif en ce qu’il facilite l’appropriation par les citoyens. Les oiseaux favorisent une lecture approfondie de la ville par l’observation de la manière dont ils s’y positionnent, comme le montre la tradition des coulonneux (élevages populaires de pigeons voyageurs) dans le Nord.

Enfin, des artisans régionaux peuvent être directement intéressés par le projet, au même titre que l’Espace Naturel Lille Métropole.

3. 'Lille Bike Park' / Siliang Fu / Harvard, Boston (Etats-Unis)
Le projet convoque pour sa part l’échelle territoriale. Il propose d'édifier un lien (highway) entre le site de la gare Saint-Sauveur et le site de Fives Cail Babcock, en passant au-dessus des voies ferrées. Il propose également de construire le site de Saint-Sauveur et de reconvertir celui de Fives autour du vélo, tant pour la structuration urbaine que pour l'organisation architecturale (en pensant l'espace du vélo, de l'espace public jusqu'au logement).

04(@Siliang Fu-Harvard).jpgLe jury souligne la pertinence du projet qui crée un nouvel axe dans la métropole, reliant des quartiers populaires aujourd’hui enclavés du fait de la coupure opérée par la voie de chemin de fer depuis le XIXe siècle. La cohérence avec le dispositif V’Lille et la volonté militante de développer le vélo en ville est l’un des points forts du projet.

Le jury a distingué des projets qui tiennent compte de leurs territoires d’inscription, dont la qualité graphique peut être considérée comme exemplaire et qui peuvent produire des objets pertinents. Il s’avère que les projets primés couvrent in fine trois échelles différentes. Cela n’a pas été un critère du jugement, mais c’est intéressant pour un concours qui a voulu d’emblée s’inscrire dans un territoire.

Mentions spéciales du jury

Aux côtés des trois projets lauréats, 5 autres projets ont été longuement débattus :

1. 'Dandelion' / Eugenia Sivilotti / Politecnico de Milan (Italie)
05(@E.Sivilotti-Politecnico de Milan)_B.jpgLe projet propose des dispositifs textiles de captage sensoriel, comme accessoires du corps. 

Ces dispositifs interagissent avec l'environnement en fonction des éléments captés, par l'intermédiaire d'un système central relié par GPS. 

L'interaction avec l'environnement met en jeu des systèmes de diffusion sonore, des modifications de couleur des systèmes d'éclairage des fontaines, etc. 

C’est un projet dérangeant, mais bien positionné dans le secteur du design et qui a néanmoins l’intérêt de convoquer l’interactivité avec les citoyens et les textiles dits intelligents, voie de recherche intéressante quoique non encore maîtrisée aujourd’hui.

2. 'Agri-puncture' / Dong Wentang, Xu Peiling, Gui Xinhui et Ye Ling / Polytechnic University, School of design de Hong Kong (Chine)
Le projet propose des 'aiguilles' verticales en référence à l'acupuncture. Il s'agit de systèmes verticaux (allusion aux cheminées d'usines) comprenant trois fonctions : nourriture (tours de distribution), culture (tours de culture) et ré-oxygénation (arbres). L'idée est de disposer des tours de distribution, de cultures verticales, de forêts dans le but de rendre plus verticale la nature en ville et de retrouver un équilibre que ne permettent pas les aires de culture horizontales.. L’objectif est d’assurer, par ce système, les besoins en nourriture de la ville.

Le jury a relevé la symbolique de la verticalité, en continuité avec les cheminées d’usine qui ont longtemps marqué le ciel des villes textiles de la métropole. Cependant, la dimension énergivore du dispositif a été soulignée au même titre que les difficultés attachées aux cultures hors sol en élévation. Le jury a tenu à souligner les qualités graphiques du projet.

3. 'Lopins de terre' / Thomas Billas / ENSAV - La Cambre, Bruxelles (Belgique)
06(@Thomas Billas-ENSAV Bruxelles)_B.jpgLe projet propose la distribution par les agriculteurs, sous forme de location aux citadins de bacs de terre aptes à la culture. 

Après récolte, les agriculteurs reprennent la terre épuisée pour la ressourcer et poursuivre ainsi le cycle. 

Deux types de bacs sont proposés : des bacs profonds et des bacs peu profonds, pour couvrir l'ensemble des légumes et fruits. 

La distribution peut se faire sur les marchés ou sur les lieux de rendez-vous des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne).

Les bacs pourraient être transportés à pied, en vélo ou en voiture (poids maximum 5kg).

Le jury a apprécié la façon dont le projet convoque la terre comme élément, renvoyant à des données existentielles fondamentales. Il a également été intéressé par l’idée du végétal chez soi et le dialogue entre l’agriculteur et l’urbain. Cependant, le jury s’est interrogé sur la validité du modèle économique proposé et en particulier sur le rôle de l’agriculteur.

4. 'Agrimarché' / Jiro Kido, Yuko Okumura, Ikumo Endo et Tasuku Soga / Chiba University (Japon)
Le projet propose un dispositif forain intégré de culture, d'apprentissage et de consommation autour des légumes. Des camions permettent de disposer directement les cultures sur le marché, accompagnées d'un stand d'informations et d'une cuisine proposant des recettes et permettant la confection des plats qui peuvent être consommés sur place.

Le jury est intéressé par le scénario décrit et en particulier par l’association entre culture, distribution, préparation et consommation. Cependant, le projet s’en est tenu en grande partie à un scénario, sans tenir compte des pratiques concrètes des marchés alimentaires (glanage, par exemple).

07(@J.Kido-Y.Okumura-I.Endo-T.Soga-Chiba University)_B.jpg5. 'Jumelage 2.0' / Mathieu Perrais et Jonathan Tijou / ESADSE Saint-Etienne (France)
Le projet propose un jumelage de rues de la même ville afin de sensibiliser les habitants d'une rue à l'autre. Ce jumelage repose sur l'émission et la lecture en temps direct d'informations objectives (recueillies par des capteurs) permettant de ressentir (par l'intermédiaire d'une application smartphone et tablette) sous forme de diagrammes les rythmes de la rue jumelle et de vivre à son pouls. Régulièrement, des captures des diagrammes seraient transformées en affiches ornant la rue jumelle. Les citoyens peuvent interagir pour partager en temps direct leur interprétation des données recueillies.

Le jury trouve l’idée de jumelage de rues intéressante. Il relève que le projet ne s’appuie pas sur des réseaux sociaux, mais sur des dimensions sensorielles. Cependant, le projet semble assez désincarné et trop hermétique pour intéresser réellement les habitants et les rapprocher entre eux.

08(@M.Perrais-J.Tijou-ESADSE Saint-Etienne)_S.jpgEnfin, au-delà du classement des lauréats, le jury remarque que de nombreux projets se fédèrent dans deux thèmes :

  • > Au sein du thème de l’agriculture urbaine, des projets mettent en place des scenarii impliquant des citoyens et des agriculteurs sur les différents plans des services, des occasions de convivialité et de la pédagogie alimentaire ;
  • > Au sein du thème des Ambiances, des projets proposent des dispositifs d’interactivité et d’échange entre citoyens à l’échelle de la rue, mettant en oeuvre des dispositifs numériques ou matériels.

* Le jury était présidé par Philippe Louguet (architecte et enseignant) et composé de Thierry Paquot (philosophe de l’espace public), Marc Crunelle (architecte et spécialiste des ambiances), Jennifer Buyck (architecte et spécialiste de l’agriculture urbaine), Renan Sobaga (chef de projet Le Lieu du Design), Laurent Massaloux (designer), Christophe Gouache (designer), Jean-Jacques Larochelle (Journaliste Le Monde), Mourad Oural (Pangée Design), Gaëlle Doublet (Doublet), François Dutilleul (Rabot Dutilleul Investissement), Damien Trombini (Société Générale), Chloé Simeha et Jean-Christophe Didio (Eaux du Nord), Marc Rigaud et Jean-Louis Izard (Immochan).

Réagir à l'article


tos2016
elzinc
elzinc

Présentation |Luukku House : une maison en bois pour une expérience béton

42m², 60m² de panneaux photovoltaïques, structure, revêtement et surfaces intérieures en bois, bilan énergétique positif : la Luukku House, conçue par les étudiants en architecture...[Lire la suite]


elzinc novembre

Entretien |E. Nourrigat : «il faut articuler échelles urbaine et architecturale»

Enseignante-titulaire à l’ENSA Montpellier dans le cadre du domaine d’études 'Métropoles du sud', l’architecte Elodie Nourrigat souligne l’importance pour les futurs architectes d’appréhender...[Lire la suite]