tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | CFA(s) signés Brenac + Gonzalez ou la complexité en guise de valeur ajoutée (15-05-2013)

«L’architecture est une valeur ajoutée», souligne Xavier Gonzalez à propos de l’hôtel régional des Centres de Formation d’Apprentis, livré en 2012 à Gennevilliers (92). Impeccablement bardé d’écailles de terre cuite, l’équipement réparti dans deux longues nefs peut effectivement se targuer d’être une source d’inspiration pour ses élèves. Grâce à sa complexité autant qu’à ses finitions.

French Touch | Education | Gennevilliers | Atelier d'Architecture Brenac & Gonzalez

«Nous voulions proposer une architecture qui valorise les formations professionnelles». Venant de la part de Xavier Gonzalez, qui n’hésite pas à partager les souvenirs d’un père maçon lui ayant inculqué «la fierté du travail bien fait», l’assertion n’est pas que parole de communicant.

Lauréat en 2007 du concours pour la réalisation de l'hôtel régional des Centres de Formation d’Apprentis de Gennevilliers avec son associé Olivier Brenac, l’architecte guidait les journalistes à travers le bâtiment, livré en 2012, lors d’une visite de presse organisée le 18 avril dernier.

«Ce projet fut passionnant car les élèves des CFA sont ceux que nous retrouverons demain en face de nous sur les chantiers», souligne l’homme de l’art.

Composé de deux nefs de cent mètres de long chacune, le bâtiment rend hommage à l’histoire du site. «La parcelle s’étend le long des voies SNCF et nous voulions retrouver la mémoire du lieu autrefois composé de vastes entrepôts industriels», précise Xavier Gonzalez.

Quant au programme, l’hôtel régional de Gennevilliers regroupe en fait trois CFA a priori distincts : celui des métiers du bois, les formations consacrées au nettoyage industriel et celles dédiées à la maintenance des ascenseurs. L’une des nefs abrite donc les ateliers de menuiseries tandis que l’autre accueille les salles de montage et l’atelier de maintenance des ascenseurs, «l’atelier de gondole», selon Xavier Gonzalez.

A programme atypique, architecture d’exception. Olivier Brenac et Xavier Gonzalez ont choisi de faire de ce dernier atelier l’étendard du bâtiment. Installée à l’entrée, au nord de la deuxième nef, la salle abritant non moins de huit gaines d’ascenseurs est parée d’une façade entièrement vitrée s’élevant jusqu’à dix-sept mètres de haut. De quoi offrir à la vue de tous la machinerie sur laquelle les élèves ascensoristes font leurs gammes. Saisissant.

«Cette façade fonctionne comme une coupe, comme l’arrière d’une montre qui donne à voir les rouages d’un décor», souligne Xavier Gonzalez.

02(@SergioGrazia).jpgAu sud, l’envers du décor, le vrai, composé d’une soufflerie chargée d’aérer le bâtiment, n’est pas moins spectaculaire.

L’agence Brenac + Gonzalez ne s’est pas contentée de mettre en scène les incontournables composants du programme. Ainsi de la complexité en architecture où, entre autres, le faux-plafond en bois du hall d’entrée reprend, en négatif, le tortueux dessin de la toiture.

Un parti pris visible et maîtrisé qui permet de «donner à voir la résolution de cette complexité par les artisans», précise Xavier Gonzalez. Ainsi en est-il notamment du calepinage des tuiles en terre cuite qui recouvrent les façades et le toit des deux volumes, un matériau sélectionné en mémoire des entrepôts en briques de la région. «Un véritable manteau thermique fait d’écailles», précise l’architecte.

«Le travail des artisans est visible dans le complexe travail de découpe et de pose des tuiles car dissimuler les dos de chameau de la toiture demandait une grande maîtrise», poursuit-il.

Là réside sans doute l’un des principaux enjeux du projet. «Le plus gros défi fut de trouver ce module de 27X50 ainsi qu’une entreprise capable de le découper et le monter», confirme Xavier Gonzalez... «d’où l’importance d’établissements tel celui-ci». CQFD.

03(@SergioGrazia)_B.jpgLa complexité chère à Brenac+Gonzalez vaut donc à l’intérieur du CFA de Gennevilliers comme à l’extérieur et notamment dans le hall d’entrée qui, outre les plis de son plafond, est le véritable «échangeur» du bâtiment. Ainsi, les architectes ont-ils choisi de conférer à l’espace des accents piranésiens grâce à des surfaces en inox et en verre «amplifiant l’ambigüité de l’espace». Là encore, mission accomplie.

La visite se poursuit dans les ateliers de découpe et de montage de pièces en bois. Quand ce n’est l’architecture qui compose le spectacle, ce sont les machines sur lesquelles s’activent les élèves. Au-dessus des espaces de travail, une mezzanine accueillant des vestiaires mène vers des salles de classe plus canoniques. Pour autant, le visiteur n’est pas au bout de ses surprises. Offrant des vues sur les rails SNCF, la cour de récréation est un espace à l’origine non inscrit au programme que Brenac+Gonzalez a réussi à aménager, et plutôt agréablement.

Enfin, la visite se clôt par la découverte d’un gymnase à la charpente savamment dissymétrique. «Elle fait écho à la toiture», rappelle l’architecte, tout en précisant que, ici comme ailleurs, Brenac + Gonzalez tenait à mettre l’accent sur la dimension «exemplaire» du travail réalisé.

D’aucuns pourraient trouver la démonstration de compétences parfois ostentatoire mais, in fine, qu’importe tant elle est probante. Que ce soit via l’expression de son savoir-faire et celui des artisans mobilisés sur ce projet ou plus simplement en sublimant les composants du programme, l’équipe Brenac + Gonzalez a offert aux apprentis de Gennevilliers une maison digne de ce nom.

Emmanuelle Borne

04(@SergioGrazia)_B.jpgFiche technique

Programme : Hôtel régional des Centres de Formation d’Apprentis et gymnase
Maître d'ouvrage : Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris
Maîtrise d’oeuvre : Brenac + Gonzalez atelier d’architecture, architectes ; Mathieu Garcia chef de projet
BET Charpente : Anglade
BET : Berim, bureaux d’études techniques / AGI2D, BET HQE / VSA, BET façade / Tohier & Associés, économie / ABC Décibel, acoustique
Surface SHON : 7.820m²
Coût : 17,1M€
Calendrier : concours 2007, livraison 2012

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc novembre

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]