Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Italie | Restaurer pour se souvenir, le quai de la mémoire (13-03-2013)

Rendre accessible l’Histoire ailleurs qu’entre les murs d’un musée, créer des lieux commémoratifs au sein même des espaces publics, tel fut l’enjeu des architectes Guido Morpurgo et Annalisa de Curtis à Milan avec le Mémorial de la Shoah. Dans un article publié le 29 janvier 2013 dans Architetto.Info, Olimpia Ogliari présente ce musée atypique créé sur le quai 21 de la Stazione Centrale, d’où des centaines de Juifs (de Lombardie) furent déportés entre 1943 et 1945.

Histoire | Patrimoine | Milan | Morpurgo de Curtis ArchitettiAssociati

Contexte
La Stazione Centrale de Milan (Place Duca d’Aosta) est la gare la plus importante de Lombardie et l'une des principales d’Europe. Elle fut inaugurée en 1931 afin de remplacer la précédente gare principale (Place de la Repubblica), devenue insuffisante à cause de l’augmentation du trafic ferroviaire.
Le projet du Mémorial de la Shoah est né fin 2002, remplaçant la première idée de construire un musée. Un projet préliminaire fut présenté en 2004 ; la première pierre a été posée le 26 janvier 2010. Les travaux ont été interrompus fin décembre de la même année en raison d’un manque de capital, avant de reprendre en 2012 grâce à une donation privée importante.
Lors de l’inauguration le 27 janvier dernier, Mario Monti (à l’époque Président du Conseil) a déclaré que «depuis quelques années, le quai 21 est devenu un des symboles de la Shoah en Italie, un lieu de mémoire. Se souvenir de ce grand mal est un devoir humain, pas seulement pour une partie de la population, mais pour la communauté toute entière».
Le Mémorial - présenté ci-dessous avec des citations de Guido Morpurgo, l’un des architectes - offre un endroit dédié au souvenir : le quai 21 (l’ancien quai 1) a été restauré à l’identique à l’exception d’un mot gravé sur le mur : «Indifférence».
CG

INAUGURE, LE MEMORIAL DE LA SOAH, LE BINAIRE 21 DE LA STAZIONE CENTRALE DE MILAN
Olimpia Ogliari | Architetto.Info

MILAN - Un lieu de «mémoire», mais aussi «d’étude», «de recherche et de débats». De ce principe est né, en 2002, le projet de réalisation d’un 'Mémorial de la Shoah' à Milan, qui fut officiellement inauguré dimanche 27 janvier 2013.

Le projet se situe sur le «quai numéro 21 de la Stazione Centrale, sous les quais ordinaires des voyageurs», lequel était à l’origine utilisé pour le chargement et le déchargement des wagons postaux.

Mais, entre 1943 et 1945, le quai 21 fut l’endroit d’où des centaines de Juifs (de Lombardie) furent embarqués dans des wagons de marchandises, pour être ensuite levés par un ascenseur et transportés au niveau des rails, d’où ils furent acheminés à Auschwitz-Birkenau et d’autres camps de concentration et d’extermination.

02(@AndreaMartiradonna).jpgLe principe de base consistant à «réaliser un Mémorial plutôt qu’un musée» a guidé les choix des architectes Guido Morpurgo et Annalisa De Curtis. 

Le site, selon les architectes, est à la fois un document et une preuve. 

De fait, ils ont, autant que possible, «restauré le quai 21 en respectant son aspect d’origine».

«Tous les éléments ajoutés après la guerre ont été démolis et une partie des surfaces de la structure a été réintégrée». 

«Le béton a été laissé brut», sans ajouter de la peinture, ni modifier les défauts liés à la mise en oeuvre d’origine, ni remédier aux signes du temps. 

Cette «contamination des composants du projet, du temps et de la mémoire» de l’endroit lie ensemble des éléments indissociables du projet.

Ce dernier se développe sur «deux axes principaux : le Mémorial», dédié à l’Histoire des événements et le «Laboratoire de la Mémoire», un système d’espaces interdépendants consacrés à l’étude, la recherche et la documentation, la rencontre et la communication.

03(@AndreaMartiradonna).jpgLe Mémorial de la Shoah, qui s’étend sur 7.000 mètres carrés, est distribué sur deux niveaux, le rez-de-chaussée et le sous-sol. La première étape du parcours est la «Chambre des témoignages», au sein de laquelle résonnent les voix des survivants. Ensuite, place à la «Voie de la destination inconnue» - la zone de circulation des wagons - et au «Mur des noms», mémoire emblématique du drame de la Shoah.

«Le 'Mémorial Atrium' est l’accès d’origine» de la zone de circulation des wagons où, en 1944, entraient les camions dans lesquels les déportés étaient transportés. L’atmosphère du 'Mémorial Atrium' est «dominée par un long mur, symboliquement déchiré en son centre, où le mot 'Indifférence’ est gravé».

Le chemin du Mémorial prend fin «Place de la Réflexion», une construction qui emprunte la forme d’une section de cône avec un diamètre d’environ dix mètres, isolée des autres lieux, afin d’inviter les visiteurs à se rassembler.

04(@AndreaMartiradonna)_S.jpgCet endroit représente le «lien entre les deux zones, celle de la Mémoire et celle du Laboratoire de la Mémoire» et c’est ici qu’est située la bibliothèque, qui peut contenir jusqu’à 45.000 livres grâce à des murs de verre qui confèrent à l’endroit une isolation acoustique suffisante (et nécessaire, en raison de la proximité de la gare).

Dans la «Chambre des mémoriaux», sont disponibles différents terminaux Internet à partir desquels il est possible de consulter l’ensemble du réseau des mémoriaux et des musées sur la Shoah dans le monde.

«L’Auditorium se développe sur trente mètres» et compte deux cent sièges. Il est destiné à être un espace dédié à des projections, présentations, confrontations et débats.

Olimpia Ogliari | Architetto.Info | Italie
29-01-2013
Adapté par : Caterina Grosso

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Ellenamehl

2018 : une année de chantiers tous azimuts ! 2019 devrait être du même ordre… Réemploi du bâti, seconde vie, site patrimoniaux complexes ou bâtiments neufs dans des quartiers en devenir, l'agence ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de GPAA (Gaëlle Péneau architecte et associés)

Cette année a été marquée par un grand nombre de concours réalisés, et deux gagnés à ce jour : la nouvelle école de Design Nantes Atlantique avec l’agence Mimram et Jouin_Manku...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier du Pont

En 2018, Atelier du Pont a gagné des concours et suivi de nombreux chantiers, à Paris, à Tours mais aussi à Londres ou à Minorque. L’agence a voyagé. A Mayotte pour un concours et aux Pays-Bas, avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Silvio d'Ascia Architecture

L’agence Silvio d’Ascia Architecture a livré en 2018 le projet « O’rigin », un immeuble de bureaux qui revendique une simplicité intemporelle à travers une architecture de pierre. L’agence...[Lire la suite]