tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chronique | Aux trousses de Santiago Calatrava (09-01-2013)

Quelle Telenovela ce soir à la télé ? Santiago Calatrava pardi ! L’architecte espagnol défraie la chronique, de Valence à Madrid, en passant par Oviedo. Un véritable opéra-savon scénarisé par la Gauche Unie, un parti de l’opposition à l’assemblée de la région de Valence (Espagne). Un site Internet intitulé 'Calatrava te la clava' en témoigne. Feuilleton en six épisodes.

Espagne | Santiago Calatrava

Rappel des épisodes précédents : Santiago Calatrava est un homme de l’art érigeant dans chaque ville espagnole un morceau de bravoure exceptionnel. «Mon travail se limite à l’esthétique», a-t-il déclaré en 2008 au quotidien espagnol El País. Son oeuvre, enthousiasmante, semble toutefois laisser un goût amer à ses commanditaires.

Depuis, la crise. Patatras !

Pilote de la nouvelle saison : Comment Santiago évite Néchin

GmbH ! Le 10 décembre 2012, El País rapporte, dans son édition nationale, que la société Calatrava Family & Investments est, depuis le 23 novembre 2012, «de plein droit domiciliée dans le canton de Zurich en Suisse». Exit Madrid ! Exit le 53 calle de Bravo Murillo ! Exit l’escalier B, 6° droite !

Rien de vraiment nouveau, Santiago Calatrava est déjà résident suisse. Mais 2012 a vu la fermeture de son agence de Valence où le 'starchitecte' a réalisé la Cité des Arts et des Sciences qui lui valut 100 millions d’euros d’honoraires - dixit El País -, honoraires comprenant architecture et ingénierie. Hissez haut !

02(@vincentdesjardins)_S.jpgEpisode 1 : Déçu et donc déchu, Santiago

Au 3 décembre 2012, le porte-parole de la Gauche Unie du Pays de Valence, Ignacio Blanco, avait déjà défendu auprès de la chambre autonome une proposition de loi pour «révoquer immédiatement et avec un caractère indéfini» la «haute distinction de la Generalitat» à l’architecte Santiago Calatrava. Bye bye rosette ?

Parallèlement, une pétition en ligne a été lancée pour le retrait du titre «d’ambassadeur de la marque España». Nombre de signataires : 15.000...

Episode 2 : Je vous aurai ! Moi non plus !

Le 29 décembre 2012, le quotidien La Nueva España révélait que «Santiago Calatrava avait poursuivi la mairie de Bilbao et les promoteurs immobiliers Vizcaína de Edificaciones et Larian 95, estimant que les tours 'Isozaki' affectaient le droit moral et l’intégrité de son oeuvre [le pont Zubizuri, ndlr]. Il réclame la destruction et 250.000 euros de dommages et intérêts. Si la destruction n’est pas acceptée, il sollicite une indemnisation d’au moins trois millions d’euros».

Par la même, le journal rappelle que l’architecte a été condamné à payer 3,5 millions d’euros dans l’affaire de l’effondrement du palais de justice d’Oviedo lors de son chantier.

03(@Gonmi)_B.jpgPalais de Justice, OviedoEpisode 3 : Je te tiens, tu me tiens par...

«A Oviedo, Calatrava réclame plus d’argent pour son travail, une réclamation économique qui s’est confrontée au refus de l’entreprise et qui a terminé devant le juge [...] Les modifications successives du projet décidées par l’architecte ont donné lieu à de nombreux surcoûts», souligne le journal régional Levante-EMV - El Mercantil Valenciano, dans son édition du 2 janvier 2013.

Episode 4 : Un exemple de la ruine...

L’homme, ses oeuvres. En mire cette fois-ci, l’Agora de Valence, espace faisant partie de la Cité des Arts et des Sciences. Ignacio Blanco, encore lui, dénonce le coût de fonctionnement de l’équipement - 93 millions d’euros contre 41 initialement prévus - et sa sous-utilisation, 70 jours par an en moyenne à peine depuis 2009. «Un exemple de la ruine», selon le politique.

Episode 5 : Avoir sans être vu

Le Diaro Progresista rapporte, le 27 décembre 2012, que «la région de Valence a laissé 2,7 millions d’euros à son architecte polémique, Santiago Calatrava, comme paiement des travaux préliminaires pour un centre de conventions à Castellón, lequel ne sera pas construit faute d’argent. La Gauche Unie a exigé le remboursement, Calatrava n’ayant 'absolument rien fait'».

Las Provincias, titre régionaliste et conservateur, dénonce également ce coût pour un édifice dont la fonction n’était pas même clairement identifiée.

04(@on1stsite).jpgAgora, ValenceEpilogue

L’homme à abattre ? A lire la presse espagnole, Santiago Calatrava tient le rôle. L’architecture n’est que peu ou prou évoquée sauf, peut-être, pour dénoncer les travers de l’architecture iconique, voire le «techno-kitsch» de Valence pour reprendre les mots du critique anglais William J. R. Curtis.

Bouc émissaire ? Peut-être. Au coeur des luttes de pouvoir, l’architecte a le dos large. D’ailleurs, 'Calatrava te la clava', l’intitulé du site Internet de l’opposition à Valence, est un jeu de mots d’une extraordinaire violence. Il évoque la trahison et l’escroquerie... Au prochain coup...

Sans doute, l’instant T de la crise exacerbe les amertumes. N’empêche, l’ambiance semble délétère en mairie de Valence. Santiago Calatrava ferait bien de garder un oeil au-dessus de son épaule avant de revenir en Espagne depuis Zurich.

Jean-Philippe Hugron

Réactions

ubu | architecte | suisse romande | 17-01-2013 à 11:39:00

Je rentre d'un voyage à Bilbao.
J'ai trouvé génial est très bien intégrées les 2 réalisations de Calatrava (passerelle sur le Rio et aéroport).

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]