Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | rh+ architecture, le roman d'une parcelle parisienne (12-12-2012)

Une parcelle. Une famille aussi, une fratrie d’agriculteurs de La Chapelle et de La Villette, en son temps. Puis, à mesure des années et des progrès de l’agglomération, les terres ont été loties. Au 16 rue Riquet, dans le XIXe arrondissement, un reliquat occupé par un garage incendié en 2007. L'agence rh+ architecture (Adrien Robain et Alix Héaume) y a livré, en 2012, vingt-huit logements héliotropes.  

French Touch | Logement collectif | 75019 | rh+ architecture

«Nous sommes trois à avoir hérité. Nous nous sommes retrouvés avec un terrain sinistré. Aucun de nous n’est architecte ou promoteur. Nous sommes toutefois sensibles à l’architecture et cette occasion ne se représenterait pas deux fois», assurent les clients de rh+, maîtres de cet ouvrage.

Du bouche à oreille en passant par Google, «nous avions sélectionné deux jeunes agences ayant des expériences parisiennes, une agence belge pleine d’imagination et un architecte confirmé pour nous proposer un projet optimisé», racontent-ils.

Finalement en lice, Beckmann N’Thépé, rh+ architecture, UAPS et Pecorari et Pellerin. La commande reposait sur «trois chapitres : la signature architecturale, l’optimisation de la parcelle, la durabilité de la construction».

Unanimité pour rh+ architecture. Pourtant, «le choix n’a pas été simple», assure la maîtrise d’ouvrage.

Toutefois, au parti pris architectural séduisant, à son efficacité et à son esthétique, se superpose une stratégie, somme toute, pensée. Quid du rez-de-chaussée ?

«Paris ne manque ni de bureaux ni de magasins. En revanche, les crèches font défaut et rh+ avait déjà travaillé sur de tels projets», indiquent les clients. Aux poireaux, ballons de rouge et p'tits noirs, les bambins. «De quoi faciliter les discussions avec la mairie», poursuivent-ils. L’édile du XIXe est vigilant à ce que l’arrondissement ne soit pas davantage défiguré... A quelques mètres, les Orgues de Flandre. Un programme aussi malin qu’humaniste.

Bref, des logements et une crèche.

02(@LucBoegly)_B.jpgLes deux associés de rh+ ne donnent alors pas dans la citation passéiste ou moderniste. «Nous n’aurions pas fait la même chose ailleurs», soutient Alix Héaume. Diktat du contexte ? Pas même !

«Nous avons pensé le projet par rapport à la situation de la parcelle laquelle bénéficie d’un linéaire de 36 mètres de façade orienté sud», poursuit-elle. Côté rue, une composition de balcons et de loggias, «autant d’espaces tampons pour filtrer de manière agréable le soleil», assurent les architectes.

Et les journalistes de profiter d’une courte éclaircie pour bénéficier des lieux.

«Nous avons longtemps tâtonné pour placer les loggias. Nous souhaitions une façade harmonieuse et un équilibre des typologies, autant dire un casse-tête», souligne Alix Héaume.

03(@LucBoegly)_B.jpgAutre point, la volonté de créer des logements traversants et polyorientés. Au nord, entrée et pièces d’eau, au sud, séjours et chambres. De ces contraintes résulte une forme particulière, «assez carrée, de quoi donner une assise», soutient l’associée.

«Les immeubles voisins ont une identité particulière ; ils forment un ensemble très faubourien», notent les maîtres d’oeuvre. L’ambition était de ne pas écraser l’environnement et d’offrir un maximum de vues à l’ouest en plus de permettre l’ensoleillement du jardin en fond de parcelle.

Des trente-cinq logements possibles, seuls vingt-huit ont été construits. En cause, la volumétrie du projet. Il s’agissait en effet, en premier lieu, de ne pas imposer à la rue une présence imposante ni même un pignon aveugle. En outre, il était question de parfaire la qualité des appartements. Une intention urbaine tant pour les usagers que pour les riverains qui profitent ainsi d’une réalisation «optimiste». Lumineuse, de surcroît.

La façade est, pour ce faire, rehaussée de jaune et les panneaux verriers participent du chatoiement de l’ensemble. «Nous souhaitions une nappe vitrée», assure Alix Héaume. Un choix inusuel pour un programme de logements ; logique appliquée, au demeurant, en regard des ambitions thermiques affichées.

04(@LucBoegly)_B.jpgLes panneaux coulissants de chaque loggia, tantôt ouverts, tantôt fermés, animent l’édifice. Reste l’appropriation de ces dehors-dedans avec, au-delà de la question de l’intimité, celle de l’usage. A la transparence, la vérité des pratiques : un tricycle, un géranium, un nain, un séchoir... troisième étagère, gauche.

In fine, sans remettre en cause la générosité d’un parti architectural, la question de la pertinence des espaces extérieurs à Paris se pose. L’appendice d’agrément relève bien souvent d’un confort psychologique plus que d’une réelle pratique.

A (re)voir donc, habité.

Il n’est toutefois, à point douter, que le soin apporté à la réalisation présage du respect des futurs occupants.

C’est déjà beaucoup.

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Lieu : 16 rue Riquet, 75019 Paris
Programme : construction de 28 logements et une crèche de 25 berceaux
Maîtrise d’ouvrage : privée
Maîtrise d’ouvrage déléguée : Auris
Coût : 4.730.000 euros HT
Surface de plancher unique : 2.560m²
Livraison : septembre 2012
Maîtrise d’oeuvre : rh+ architecture

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de ChartierDalix

L'année 2018 de l’agence ChartierDalix c’est 7 chantiers dont la restructuration de la Caserne Lourcine à Paris 13e  en université de Droit Paris I, un bâtiment de bureaux entièrement en structure...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]