tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Prix 2012 : Ebrécher pour révéler, mesurer pour 'dénormer' (06-12-2012)

Le 15 novembre 2012 s'est réuni le deuxième jury des Prix Etudiants du Courrier de l’Architecte. Le Prix de la Rédaction a été attribué, parmi dix finalistes, au diplôme 'La base sous marine de Bordeaux: ébrécher pour révéler', un projet ayant également reçu le Prix des Lecteurs du Courrier. Une mention spéciale a récompensé un autre diplôme : 'Inter-dit ; l’homme, mesures de toutes choses'.

Vie étudiante | Prix Etudiants LCDLA | France

Le jury de la deuxième édition des Prix Etudiants du Courrier de l'Architecte était composé de : Alain Sarfati, architecte, agence SAREA / Suzel Brout, architecte, agence AASB / Ilhem Belhatem, architecte, associée de l’agence Atelier D / Benjamin Colboc, architecte, associé de l’agence Colboc Franzen & associés / Robin Fisher, paysagiste de formation et aujourd’hui représentant de l'American Hardwood Export Council pour le Benelux, au titre de personnalités extérieures et d'Emmanuelle Borne et Jean-Philippe Hugron, journalistes, Le Courrier de l’Architecte.

Prix de la Rédaction et Prix des Lecteurs

'La base sous marine de Bordeaux: ébrécher pour révéler', Prix de la Rédaction, attribué à la majorité, est un diplôme soutenu en février 2012 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles par Céline Chambost et Anaïs Michel. Il faisait partie des diplômes publiés au sein de l’édition Etudiants du Courrier de l’Architecte entre octobre 2011 et août 2012.

Alors que les lauréats de l’année dernière, Félix de Montesquiou et Hugo Kaici, proposaient dans leur projet intitulé 'N.E.MO.' une réinterprétation de l’architecture des blockhaus, Céline Chambost et Anaïs Michel ont préféré, quant à elles, travailler sur une situation réelle : la base sous-marine de Bordeaux.

«Comment investir cette base sous-marine, que nous considérons comme une roche bâtie qui a perdu sa fonction ?», écrivent les deux lauréates. «Notre projet propose la démolition d’une partie de la toiture. Ce geste fort permet de rendre visible les épaisseurs de béton, d'appréhender les différentes qualités spatiales et architecturales des trois strates qui composent le site», poursuivent-elles.

02(@CChambost&AMichel).jpgLe jury retient de ce projet «un travail sérieux», «un propos mené jusqu’au bout», «un diplôme témoignant d’une capacité à représenter». Toutefois, il regrette que «les images de références ne témoignent que d’une intériorité» et, de fait, signale «l’absence de questionnement sur le plan d’urbanisme».

Le jury reconnaît également la difficulté d’une approche complète considérant le temps imparti au PFE, à savoir six mois. Au regard de l’ensemble des projets en lice, le jury relève «des problématiques et des questions intéressantes dont les réponses sont néanmoins incomplètes. Les projets retenus ne sont pas nos modèles de PFE».

Et d’ajouter qu’«un PFE devrait répondre à un programme unique sur un site unique. Le projet devrait faire l’objet d’un workshop qui serait l’occasion d’obtenir différentes réponses et de responsabiliser l’étudiant, à l’instar d’un projet conçu dans le cadre d’un concours. En Allemagne, des stratégies d’école sont mises en oeuvre et chaque enseignant propose un sujet dont l’analyse est commune».

Côté lecteurs du Courrier, le projet est félicité pour son ambition. «Voilà une approche novatrice résultant d'un geste fort, une destruction sans élimination et une réutilisation permettant aux visiteurs de parcourir un édifice massif, imposé et imposant», commente un internaute.

L’attention portée au patrimoine, à la transformation des espaces, à l’ouverture de l’édifice semble faire consensus. Toutefois, quelques réserves sont exprimées : «il conviendrait de ne pas dénaturer la finalité même de l'édifice ; je préférerais une mise en sécurité de certaines alvéoles et un accès public pour découvrir l'histoire des U-boots et de l'univers maritime», suggère l’un des commentaires.

03(@T.Carpentier)_S.jpgMention Spéciale

La Mention Spéciale a été attribuée à 'Inter-dit ; l’homme, mesures de toutes choses', diplôme soutenu par Thomas Carpentier à l’Ecole Spéciale d’Architecture en juin 2012.

«De nos jours, la normalisation et le classement en catégories est devenu systématique. Toute alternative naissante se voit aussitôt élaguée afin de rentrer dans un groupe identitaire. Tout doit être rationalisé, classé, standardisé pour des raisons de compréhension, de prix, de mise en série, de fausse transversalité», résume Thomas Carpentier.

Le jury s’est montré enthousiaste quant à la thématique mais réservé sur la traduction architecturale. L’absence d’un projet clairement identifiable positionne ce diplôme sur la deuxième marche du podium.

«La réponse architecturale est une prothèse peu aboutie. D’aucuns ne jugent pas une question mais une réponse architecturale. De façon générale, ces diplômes ne décollent pas de leurs sujets», affirme le jury.

«Par définition, le non standard ne peut pas faire l’objet d’un manuel normatif. Par ailleurs, l’idée portée n’aboutit pas à la matérialisation d’un dessin», souligne encore le jury, qui s’est toutefois montré «intéressé par la problématique» et, in fine, surpris que «peu s’insurgent contre le diktat du Modulor».

04(@T.Carpentier)_S.jpgSi certains membres se sont étonnés de «l’écriture corbuséenne» voire «passéiste» et ont critiqué, de fait, «des citations détournées trop fréquentes», tous ont reconnu «l’importance de la question posée» et félicité «un éloge à la différence et à la diversité».

«Une mention est, pour ce projet, un encouragement à poursuivre le sujet, lequel ferait un magnifique livre», a conclu le jury.

Les lauréats des Prix 2012 de la Rédaction du Courrier de l’Architecte se verront remettre chacun un pack PowerCADD Expert 3D qui comprend le logiciel de base PowerCADD, le module plug-in des WildTools - véritable boîte à outils complémentaire pour augmenter sa productivité - et aussi le plug-in In2Space, modeleur 3D créé pour PowerCADD et qui fonctionne par simple copie-collé des plans..

Jean-Philippe Hugron

Pour en savoir plus, consultez notre dossier : 'Les Prix Etudiants 2012 du Courrier de l'Architecte'.

Réagir à l'article


tos2016
elzinc
elzinc

Chronique |La Cathédrale de Brasilia, une nouvelle architecture sacrée

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]


elzinc novembre

Actualité |'Ingénieur puis architecte', deux diplômes, une école

Récemment reconnu par l’Union européenne, le double cursus 'ingénieur puis architecte' de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Strasbourg permet d’obtenir, en sept ans, le diplôme...[Lire la suite]

elzinc novembre

Projet |La Thelema, un projet participatif de A à Z

Chargé par l’association VillArt* de restaurer une ancienne maison en résidence d’artistes près du centre de Boulogne-sur-mer, Simon Himpens a fait d’une pierre deux coups : le projet sera également...[Lire la suite]

elzinc

Entretien |E. Nourrigat : «il faut articuler échelles urbaine et architecturale»

Enseignante-titulaire à l’ENSA Montpellier dans le cadre du domaine d’études 'Métropoles du sud', l’architecte Elodie Nourrigat souligne l’importance pour les futurs architectes d’appréhender...[Lire la suite]

elzinc

Chronique |Run Run Shaw Media Center : parcours au sein d'une architecture spectacle

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]