Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Hôtel d'entreprises : sous les strates, poteaux et poutres (28-11-2012)

La structure du nouvel hôtel d’entreprises d’Hérouville-Saint-Clair, dans la banlieue de Caen (14), livré en mai 2012 par Platform Architectures, paraît, vu la stratification, des plus complexes. Ne pas se fier aux apparences ! Derrière une élégante double peau, le bâtiment s’élève sur poteaux et poutres. Un trompe-l’oeil qui n’enlève rien, au contraire, à un savoir-faire.

Bureaux | Commerces et hôtels | | Platform Architectures

Signé Platform Architectures (Bruno Douliery, François Ehouarn et Olivier Leroy), le nouvel hôtel d’entreprises d’Hérouville-Saint-Clair cache bien son jeu.

Composé d’un jeu savant de volumes empilés et décalés les uns par rapport aux autres, décalage accentué par des brise-soleil horizontaux, le bâtiment semble ainsi répondre à un programme pluriel. En effet, l’hôtel d’entreprises abrite un restaurant au rez-de-chaussée, les locaux de Pôle Emploi sur ses deux premiers niveaux et, enfin, une pépinière d’entreprises de R+2 jusqu’à R+5.

Or, l’apparent décalage entre ces trois programmes n’est pas structurel ; derrière les strates se cache un parallélépipède 'poteaux-poutres' posé sur un socle.

Quid ? «Le jeu de décalage est entièrement créé via une seconde peau», explique François Ehouarn, associé de Platform Architectures, une agence parisienne qui réunit en fait trois structures : l’une dédiée à la création d’images de synthèse, Platform graphismes, une deuxième à l’architecture, Platform Architectures et, depuis 2006, Platform Motion, dédiée à la création de films d'animations.

De là à déduire que les associés de Platform sont maîtres ès illusions d’optique...

«L’intérieur du bâtiment est des plus classiques avec son noyau central composé des circulations, des sanitaires et des gaines, lequel est cerné de couloirs puis des bureaux en façade».

Les architectes de Platform Architectures assument sans détours l’effet visuel. «Dans la mesure où nous travaillons avec des budgets normaux et que nous sommes partisans d’une rationalité en terme de construction, il était hors de question de se lancer dans des exploits structurels».

02(@Platform)_B.jpg«Ce principe de double peau nous a permis de construire à un prix raisonnable», résume François Ehouarn. Surtout, l’astuce a permis de répondre aux enjeux d’un projet issu d’un concours organisé en 2009, c’est-à-dire «créer un signal tout en accompagnant un cheminement urbain qui parcourt la ville d’est en ouest».

L’hôtel d’entreprises s’insère en effet à l’ouest de la place de l’Europe qui forme la dernière étape de l’opération de redynamisation urbaine de 'la cité', coeur d’Hérouville-Saint-Clair. Précisément, le bâtiment représente l’accès à un cheminement piéton qui traverse le centre-ville.

Dans cette ville au tissu hétérogène, il était par ailleurs possible d’opter «pour une forme d’autonomie dans l’intégration urbaine».

Afin de créer une véritable 'porte' urbaine, Platform Architectures a donc choisi d’élever au maximum de la hauteur autorisée le volume dédié à la pépinière d’entreprises, lequel repose sur l’une des extrémités du socle accueillant les locaux de Pôle Emploi.

03(@JeromeRicolleau)_B.jpgPar ailleurs, afin d’accompagner le parcours urbain et «tenir» une place minérale, les architectes ont opté pour une géométrie légèrement oblique en déployant les niveaux réservés à Pôle Emploi en équerre, «oblique qui accompagne les parcours et le regard vers l’intérieur de la place».

De ce décalage initial est née l’envie de poursuivre le travail de stratification pris en charge par la double peau.

L’astucieux parti pris permet de faire varier l’épaisseur de cette deuxième enveloppe, rattachée à la structure via un système de consoles métalliques, jusqu’à créer, à certains endroits, des coursives extérieures (réservées à la technique) donnant l’impression de porte-à-faux.

Avec les effets de brillance des brise-soleil en aluminium thermolaqué et brossé, le résultat est du plus bel effet.

Derrière la complexité, la simplicité ? «Les décalages étaient compliqués à gérer en phase d’exé», nuance François Ehouarn.

Contre toute attente, ici la peau n’est pas que coquetterie. Elle permet de répondre à une autre ambition : créer un bâtiment durable. «Nous sommes très attachés à créer des bâtiments modulaires qui évoluent avec le temps et s’adaptent à différents programmes».

Mission accomplie avec l’hôtel d’entreprises d’Hérouville-Saint-Clair, dont «la rationalité de la structure poteaux-poutres béton, régulièrement tramée sur 5,40m, permet cette modularité».

Bref, Platform Architectures a réussi à faire rimer architecture de qualité avec flexibilité et rigueur économique mais aussi avec isolation renforcée par l’extérieur, ventilation double flux et autres performances écologiques. Une prouesse.

Emmanuelle Borne

04(@JeromeRicolleau)_B.jpgFiche technique

Consultation : 2009
Livraison : mai 2012
Maître d’ouvrage : SHEMA
Maitre d’oeuvre : Platform Architectures : Bruno Douliery, François Ehouarn, Olivier Leroy
Responsable projet : Julie Clément
BET structure : Khephren
BET fluide, thermique et environnemental : INEX
Economiste : Economie 95
Moex et OPC : CGF Entreprise
Montant : 3,9M€ HT
Surface : 2.321m² SHAB / 2.900m² SHON
Performance HQE : THPE

Réagir à l'article





Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]


Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]