Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Thermopyles : logements sociaux & maison relais à Paris 14e (14-11-2012)

L'agence SOA Architectes (Augustin Rosenstiehl et Pierre Sartoux) a livré, en juin 2012, 14 logements sociaux et une maison relais dans la rue des Thermopyles, Paris 14e. Corian pour les uns, bois pour l'autre, «le projet constitue une réponse à cette incroyable rencontre d’échelles et de typologies tout en garantissant l’inscription du lieu dans la vie du quartier», affirment les architectes. Notice architecturale.

Notice Architecturale | 75014 | SOA Architectes

Le site de la maison relais et des logements sociaux de la rue des Thermopyles récapitule à lui seul les qualités et les problématiques générales du quartier. La parcelle se révèle être le trait d’union entre deux échelles ou deux histoires constructives sur un même territoire.

Au Nord, la rue de Plaisance, typiquement faubourienne, où s’alignent des bâtiments de taille moyenne (R+3 à R+4) et d’autres plus haut en briques grises et rouges, donne les tonalités et l’amplitude construite générale. Au sud, la rue Boyer-Barret, quant à elle, affiche ses façades haussmanniennes et dessine les limites visuelles du paysage urbain environnant.

Entre ses deux voies parallèles se faufile la rue des Thermopyles. Ses ateliers, sa végétation, ses courettes apportent la petite échelle chère aux cités parisiennes. A la rencontre de ces deux tissus urbains s’invitent des parcelles végétales en enfilade depuis les squares de la rue Didot jusqu’au jardin des fêtes le long de la rue des Thermopyles.

Le projet constitue une réponse à cette incroyable rencontre d’échelles et de typologies tout en garantissant l’inscription du lieu dans la vie du quartier.

La parcelle

La situation de la parcelle est centrale dans le tissu local et constitue un véritable enjeu urbain. Ce terrain et la rue des Thermopyles se retrouvent destinés à dialoguer sans condition dans la mesure où elles s'offrent réciproquement un point de fuite.

La richesse de la parcelle réside dans sa transversalité et dans les relations multiples qu’elle entretient par séquences avec les différentes typologies de ses mitoyens.

Il s’agit ici de réaliser une couture urbaine complexe qui exige frontalité, profondeur, liaison de gabarits et de typologies, traitements de pignons, tout en gardant de larges ouvertures et en offrant des traversées. 

La réflexion porte essentiellement sur le façonnage du bâti et l’ensoleillement des volumes.

Volumes

La première étape de conception a été de travailler à la compacité des volumes pour des raisons autant urbaines que de performance énergétique. La seconde a été d’inscrire le projet autant dans la continuité du tissu urbain que dans le respect des vides des cours et des jardins. 

Le constat d’existence d’une double échelle typologique et la volonté d’un programme combiné nous ont naturellement menés vers deux entités constructives.

Ces deux corps sont à la fois distincts et communs pour être imbriqués. Un bâtiment de bois exploite la profondeur de la parcelle assurant l’animation de la rue des Thermopyles et s’étire pour s’aligner sur les murs mitoyens. Il accueille la maison relais. 

02(@Cyrille Weiner)_S.jpgDu côté de la rue de Plaisance, un bâtiment blanc s’érige en R+5 couronné par un attique. 

Il vient s’adapter à la volumétrie générale des hauts bâtiments mitoyens. Il s’aligne parfaitement sur la rue de Plaisance.

Cependant, les nécessités du programme des grands logements tendaient à épaissir ce volume sur toute sa hauteur. 

De cette contrainte, est née la qualité du projet. En continuité totale avec les pignons et héberges mitoyennes, la création de facettes sur la façade sud assure une bonne intégration du bâtiment dans le tissu urbain et une excellente exposition à la courbe du soleil.

Le bâtiment blanc minéral est la façade urbaine du projet alors que le bâtiment en bois appartient au monde du végétal, celui qui s’émancipe dans la rue des Thermopyles, dans les jardins publics et dans le jardin de la maison relais...

La maison relais

03(@Cyrille Weiner)_S.jpgLa maison relais occupe le bâtiment en bois. Elle s’adosse à un seul mur mitoyen de la parcelle pour créer un passage privé au sein de la parcelle. 

Cette véritable rue intérieure assure des qualités d’ensoleillement autant à l’équipement qu’à la rue de Plaisance.

Au rez-de-chaussée, on trouve tous les locaux communs de la maison relais. Le bureau est placé sur le passage et reste visible depuis la rue. 

Le porche constitue la première séquence d’entrée et marque un accès clair mais intime de l’équipement.

La salle de convivialité et la salle d’animation fonctionnent comme une seule. Cette disposition se veut le vecteur de la vie en collectivité. 

Cet espace est le lieu du lien social, celui des activités culturelles. La terrasse se révèle alors comme le prolongement à l’extérieur de ces activités qui pourront, à terme, se mêler à la vie de quartier (des fêtes de rue et des repas de quartier).

La salle de convivialité et une pièce 'à ciel ouvert', une verrière assure son ensoleillement. Cette disposition reprend le système existant des cours qui s’enchaînent derrière les bâtiments de la rue Plaisance.

Les logements sociaux familiaux

Les quatorze logements sociaux sont situés dans le bâtiment blanc, donnant à la fois sur la rue de Plaisance et sur le coeur de parcelle. Les grands logements sont traversants. Certains ont des terrasses. Les fenêtres toute hauteur permettent un éclairement maximal, même dans les salles de bain. Chaque palier dessert entre deux et trois logements.

La rue intérieure

Depuis le trottoir de la rue de Plaisance, une rue intérieure privée se glisse sous l’édifice jusqu’à la rue des Thermopyles. Elle dessert le hall d’entrée et la maison relais. Ponctuellement, le portail peut être totalement ouvert et constituer ainsi un prolongement de l’espace public.

Dans le prolongement de cette première séquence se libère un environnement végétal qui poursuit l’espace ouvert sous le volume suspendu. Au coeur de la parcelle, la rue intérieure se termine par un jardin clos qui privatise l’intimité des logements rez-de-chaussée de la maison relais.

Matériaux

Les revêtements de façade ont été choisis pour leur logique urbaine liée à deux univers différents. 

04(@Cyrille Weiner).jpg Le premier plan, associé à la rue est plus minéral et inerte. Les volumes suspendus sont traités avec un damier de panneaux de Corian lisses et matricés. 

Les variations du calepinage des ouvertures et des plaques permet une adaptation aux échelles diverses de la rue. 

Le relief thermoformé sur les façades des logements sociaux attrape la lumière, crée une dynamique et projette des ombres changeant en fonction de la lumière. 

La blancheur et la pureté du Corian entrent en contraste avec la rugosité des encadrements de fenêtres en acier galvanisé. Les menuiseries du volume minéral sont en acier.

Le bâtiment de la maison relais, en fond de parcelle, utilise un matériau vivant. Il s’intègre naturellement à la végétation de la parcelle, revêtu d’un damier bois de chevrons à claires-voies et de planches en peuplier rétifié. Les encadrements de fenêtres bois / aluminium sont également en acier galvanisé.

Ces deux matériaux s’inscrivent également dans la continuité des immeubles parisiens du quartier avec leur peau de brique sur rue et leur enduit sur cour ou jardin. La démarche d’un extérieur blanc sur rue et d’un intérieur bois en coeur d’îlot exprime la volonté d’une intégration totale du projet dans son contexte et son histoire tout en utilisant des matériaux encore inhabituels à Paris.

SOA Architectes

05(@SOA Architectes)_S.jpgFiche technique

Programme : construction de 14 logements sociaux familiaux et d’une maison relais de 17 studios
Lieu : rues de Plaisance et des Thermopyles, Paris XIV
Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat
Maîtrise d’oeuvre : SOA (mandataire), Laumond-Faure (BET TCE), Orféa (acousticien)
Entreprise : LTHS

Budget : 3,03M€ HT
SHON : 1.820m²
Qualités & Performances : H&E profil A, Option BBC Effinergie, Plan Climat Ville de Paris 50kWh/m².an, démarche HQE
Mission : Complète
Planning : études 40 semaines, chantier 18 mois
Livraison : 13 juin 2012

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Naud et Poux Architectes

2018, c’est trois livraisons significatives : 81 logements pour personnes âgées à Lyon, 37 logements en accession sociale à Gennevilliers et l’aménagement des espaces intérieurs du 55 Amsterdam....[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Valode & Pistre

Valode & Pistre a pour vocation d’intervenir dans tous les domaines de l’architecture, de l’aménagement urbain et de l’architecture d’intérieur. L’année 2018 confirme la...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de G+ architectes (Paul Gresham et Michaël Neri architectes)

Groupe scolaire à Viessoix : en chantier. Maison de la danse et du chant : en études. Médiathèque et Ecole des Arts à Champagné : concours. Salle de spectacle à Basse-Goulaine :...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bernard Desmoulin

Mes amis Pline, Cicéron, Tacite, César, Horace, Virgile, Aristote, Xénophon et Homère se joignent à moi pour souhaiter au Courrier de l’Architecte une digne année 2019. Bernard Desmoulin[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Dominique Coulon et associés

En 2018, l'agence a remportée sept concours et a été nominée au EU Mies Award ainsi qu'à l'Équerre d'argent pour le théâtre à Freyming-Merlebach (57). Les logements pour personnes...[Lire la suite]