Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Emirats Arabes Unis | Aller à Dubaï et voir Bastak (10-10-2012)

D’aucuns l’oublient souvent mais il y eut une vie à Dubaï avant les gratte-ciel. Le 29 août 2012, Chaker Nouri, journaliste, tenait d’ailleurs à le rappeler dans les colonnes du quotidien dubaïote Asharq Al-Awsat. En témoigne, selon lui, le quartier de Bastakya, édifié au XIXe siècle par des marchands émigrés iraniens. Découverte.

Patrimoine |

Contexte
Dubaï, la ville à l’architecture extravagante a, depuis vingt ans, réuni à elle seule des centaines de griffes d’architectes.
Seulement voilà, cette ville créée ex nihilo possède, à l’ombre de ses tours, un quartier historique rarement évoqué par ailleurs. Quittons les grands axes bordés de brillantes tours, dirigeons-nous vers Bur Dubai (la crique) et remontons ce bras de mer vers le quartier de Deira, connu par ses anciens souks.
Là, au fil des rues, une découverte. Un tissu urbain traditionnel avec d’étroites ruelles, des tours à vent et des maisons donnant sur des cours intérieures. Une vraie richesse ! Un quartier qui raconte aussi l’histoire d’immigrés iraniens qui ont élu domicile à Dubaï au début du XIXe siècle en y construisant un quartier à l’image de leur ville de provenance, Bastak.
Les autorités locales ont longtemps négligé ce patrimoine, ne s'intéressant qu'aux édifices ultramodernes. De nombreuses maisons ont été détruites, d’autres sont tombées en ruine. Pourtant, durant ces dix dernières années, la municipalité de Dubaï a mené de grands travaux de restauration, le but étant la préservation de l’unique localité historique de la ville.
Des musées d’art (traditionnel et moderne) ont été installés dans des constructions d’époque et l’ensemble est devenu une nouvelle attraction touristique ayant le patrimoine pour thème.
Quelle image garder de Dubaï ?
SH

02(@Jensimon)_S.jpgAL BASTAKYA, LE QUARTIER HISTORIQUE DE DUBAI QUI RESISTE AUX GRATTE-CIEL
Chaker Nouri | Asharq Al-Awsat

DUBAI - La ville, destination légendaire mondiale, est aujourd’hui connue pour son marché foisonnant d’antiquités et d’artisanat.

Le quartier de Bastakya est le plus ancien, voire le plus prestigieux de Dubaï tant les habitants ont tenu à en conserver l’histoire face à l’invasion des gratte-ciel. Il est à noter cependant qu’une grande partie des propriétaires a choisi de déménager pour vivre dans les quartiers modernes de la banlieue.

L’origine du nom de ce quartier revient à la ville iranienne de Bastak d’où, au début du XIXe siècle, partirent à destination de Dubaï les premiers commerçants immigrés. Ces derniers se sont installés dans cette localité en y introduisant une grande partie de tout ce qui aujourd’hui fait l’authenticité du lieu.

Depuis, Bastakya est devenu un endroit qui accueille des festivals culturels et autres événements patrimoniaux. On y organise des ateliers pédagogiques pour des élèves comme on y affiche des produits artisanaux qui font rayonner la culture locale dans le monde extérieur. Un lieu d’expositions y a même trouvé place ainsi que quelques restaurants et cafés qui font de cette localité un lieu de vie à part entière.

03(@Pocoapoco).JPGAu milieu des années quatre-vingt-dix, la municipalité de Dubaï a acheté la plupart des habitations du quartier pour mieux les préserver, initiative qui a fini par susciter la curiosité du comité du patrimoine de l’Unesco.

En 1950, cette cité constituait le «Dubaï d’autrefois» alors qu’aujourd’hui, 62 ans plus tard, elle représente moins d’un pour cent de la ville. 

Les maisons de Bastakya sont composées d’un mélange de pierre rouge, de plâtre et de sable et sont couvertes d’une décoration complexe de bois et de pierre. Le style architectural de ce quartier est unique. 

Avec ses ruelles exigües, ses constructions superposées et ses tours à vent, ce morceau de ville, bien que minime, dessine une importante époque de l’histoire de l’architecture ainsi que le développement urbain et civil de Dubaï.

La Bastakya est située à l’est de l’émirat de Dubaï, dans le quartier de Bur Dubai qui s’étend deux cents mètres vers le sud le long des trois cents mètres du fleuve. Sa création remonte à 1890 et sa surface est aujourd’hui de 38.000m². Les travaux de restauration ont commencé dans ce quartier en 1996, selon un calendrier bien étudié pour une requalification de toute la région en gardant ses caractéristiques architecturales et urbaines.

Il a été convenu que cette localité devienne un témoin de la tradition en misant sur le tourisme via l’implantation de musées, de salles d’expositions, d’hôtels et de plusieurs marchés traditionnels. Concernant la restauration et pour garder les principales caractéristiques architecturales, des matériaux ancestraux ont été utilisés. Ainsi, les matières premières disponibles aux environs ont permis de reproduire tout le savoir-faire de l’ancien.

La reconstruction de ce quartier historique a réintroduit de la vie dans ces bâtiments puisque l’on y trouve aujourd’hui des bureaux gouvernementaux et semi-gouvernementaux ainsi que des bureaux offrant moult services aux touristes étrangers et aux résidents des Emirats Arabes Unis.

04(@Pocoapoco)_S.JPGLes constructions sont inspirées des styles architecturaux de l'Iran, de l'Inde et de l’Asie du sud-est, le tout influencé par l’appartenance et les moeurs de l’architecture islamique. Citons également les éléments esthétiques de l’art abstrait qui constituent une étape importante du développement de l’architecture de Dubaï. Comment oublier les empreintes laissées par plusieurs grands architectes de l’époque pour qui l’étroitesse des rues et la densité des maisons implantées constituaient une réponse naturelle aux quelques problèmes environnementaux ?

Certains bâtiments emblématiques ont été renommés ; citons par exemple l’immeuble construit par Mir Abdullah Amiri en 1930 dans lequel sont actuellement exposées des oeuvres d’art et des peintures traditionnelles ; citons également, parmi d’autres, l’immeuble à l’architecture remarquable construit en 1925 par Abdul Rahman Mohammed Farouk et qui, aujourd’hui, est devenu un centre de séminaires et de conférences de presse.

L’ancien hôtel de deux étages construit en 1960, sa cour intérieure et sa tour à vent apportent également un témoignage sur l’architecture typique d’autrefois. Parmi les autres architectes, le nom de famille Bastaky revient souvent, nous rappelant sans cesse les origines de ce quartier.

Ainsi, la Bastakya et ses constructions ancestrales représentent aujourd’hui l’une des rares exceptions architecturales de tout le pays.

Chaker Nouri | Asharq Al-Awsat | Dubaï
29-08-2012
Adapté par : Sipane Hoh

05(@D.R.).jpg

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]