c

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | La gare sensuelle : fumeuse ou fameuse ? (05-09-2012)

Lauréate en mai dernier de la consultation pour le conseil en architecture et design des gares du Grand Paris Express, l’équipe jfa (jacques ferrier architectures) et Sensual City Studio (Jacques Ferrier et Pauline Marchetti, associés au philosophe Philippe Simay) l’a emporté avec un concept de 'gare sensuelle'. Vaine formule ou concept prometteur ? Tout un programme...

Grand Paris | Transport et ouvrages d'art | Ile-de-France | Jacques Ferrier

Formule de communicants selon d’aucuns, 'la gare sensuelle' est, à entendre Jacques Ferrier, Pauline Marchetti et Philippe Simay ce 25 juin 2012, à l’occasion d’une conférence de presse organisée au sein des locaux immaculés du Sensual City Studio, plus qu’un concept : un projet. Et la 'sensualité', «un mode opératoire».

A l’origine fut un thème, la 'ville sensuelle', mis sur pied par les architectes Jacques Ferrier et Pauline Marchetti à l’occasion de l’Exposition Universelle de Shanghai.

«Après la livraison du Pavillon France, nous voulions continuer à travailler sur le sujet».

Pour «tester» la force du concept, jfa d’organiser une série de colloques au Collège de France en septembre 2009. Visiblement, la sauce prit avec le philosophe Philippe Simay, spécialiste des questions architecturales et urbaines, désormais associé aux deux architectes dans le cadre du Sensual City Studio (SCS).

Plutôt qu’une agence d’architecture, SCS se veut un laboratoire d’idées, de création et de prospective urbaine, «un réseau de compétences pluridisciplinaires permettant de répondre à des projets auxquels une agence classique ne répondrait pas», souligne Pauline Marchetti. Design, ville, grand territoire, sans oublier l’architecture : avec les sens comme thème transversal, à l’assaut de différentes échelles.

«Il y a dans ce thème un gisement d’idées pour penser la ville autrement, pour remplacer l’urbanisme de géométrie par un urbanisme d’atmosphères», souligne Jacques Ferrier. Autrement dit, «raisonner en termes d’expériences sensorielles et d’ambiances plutôt qu’en termes de matérialité», telle est la démarche adoptée par SCS.

Jacques Ferrier n’en est pas à sa première aventure prospective. Voir Concept office avec EDF et Hypergreen avec Lafarge. Ne pas oublier non plus l’aventure FGP, désintéressée. «Nous avions besoin d’une toile de réflexion plus vaste». Ville sensuelle donc.

02(@SCS-SensualCityStudio)_S.jpgParmi les projets illustrant le sujet, il y a la 'Belle Méditerranée', SCS n’ayant pas attendu d’appel d’offres pour travailler «sur cette conurbation allant de Gênes à Barcelone, continuité urbaine quasi ininterrompue tournée vers la mer dont les habitants partagent les modes de vie mais sans aucune vision commune». Le studio a imaginé, entre autres, le développement de réseaux le long de cet arc méditerranéen, traçant ainsi les prémisses d’un territoire commun, 'sensuel', où il fait bon vivre.

Le 15 mai dernier, l’agence jfa et SCS remportaient, dans le cadre d’un groupement comptant le MIT Senseable City Lab et le Laboratoire CRESSON de l’ENSA Grenoble, la consultation internationale lancée en décembre 2011 pour, selon Etienne Guyot, président du directoire de la société du Grand Paris, «définir les archétypes d’une nouvelle génération de gares de métro».

Précisément, l’équipe est désormais dotée d’une mission de conseil en architecture et design pour apporter un référentiel commun, «un air de famille» selon Etienne Guyot, sous forme de trois chartes - architecture et aménagement, design des espaces et intégration des équipements -, aux 57 gares destinées à composer le réseau, lesquelles feront ultérieurement l’objet de consultations de maîtrise d’oeuvre.

Qui dit charte ne dit pas identité architecturale ou visuelle mais «expérience sensorielle». SCS se refuse de fait à tout didactisme. En matière de sons par exemple, le studio tend davantage sa recherche vers ces «bruits blancs qui peuvent modifier la coloration acoustique de l’espace» que vers la création de bandes sonores. Quant à la gestion d’odeurs incommodes, «pourquoi ne pas y répondre autrement qu’avec des déodorants ?».

03(@SCS-SensualCityStudio)_S.jpgBref, outre réfléchir au positionnement théorique et méthodologique de l’atelier dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme contemporains, Philippe Simay met l’accent sur «le moment de conceptualisation qui consiste à réfléchir à l’application de concepts théoriques dans un projet».

Alors ? «Le caractère opératoire des réponses n’est pas évident».

«Nous n’avons pas encore les réponses mais nous avons les questions», fait écho Jacques Ferrier. Pur, plutôt qu’appliqué donc, pour l’instant, le concept. Pour autant, opérationnel, assurent les architectes et le philosophe : «C’est une approche opérationnelle qui fixe un nouveau rôle à la technique».

Outre revaloriser les sens en tant «qu’éléments déterminants de notre compréhension de l’espace», SCS souhaite en effet non seulement mener une réflexion sur les rythmes et les temps urbains - «comment peuvent-ils être mis en oeuvre dans l’espace de la gare ?» - mais aussi une réflexion sur la place les nouvelles technologies : «comment peuvent-elles se développer sans appauvrir notre rapport à l’espace physique ?».

«Un des paris est de faire de l’expérience vécue de l’usager l’alpha et l’oméga du projet», souligne Philippe Simay. D’où des modes de représentations «peu conventionnels» tels ces 'story boards' mettant l’accent sur les parcours d’usagers.

04(@SCS-SensualCityStudio)_S.jpgPour résumer, les gares du Grand Paris sont «une opportunité de mettre en oeuvre un espace public nouveau où, notamment, les nouvelles technologies permettront au voyageur d’être mieux dans la gare que dans son casque».

Si l’ambition, tant pas sa teneur que son ampleur, prête à scepticisme, ne pas oublier que le groupement SCS supervisera la réalisation des gares sept années durant. Le temps de rendre opératoires les concepts et concrètes les formules ?

Alors, fumeuse la gare sensuelle ? A ses balbutiements surtout. D’attendre donc janvier 2013 - date prévue pour la finalisation des chartes - et le printemps 2013 pour découvrir le prototype d’un quai à l’échelle 1 permettant de tester différents dispositifs sensoriels.

Emmanuelle Borne

05(@SCS-SensualCityStudio)_S.jpgFiche technique

L’identité des gares du Grand Paris : la gare sensuelle
JFA / jacques ferrier architectures
SCS Sensual City Studio
Conception : Jacques Ferrier, architecte DPLG, JFA architectures, Pauline Marchetti, architecte DPLG, Sensual City Studio
Avec Philippe Simay, philosophe, Sensual City Studio

Equipe : JFA / jacques ferrier architectures : Olivier Cornefert, chef de projet / SCS Sensual City Studio : Estefania Monpean Botias et Marion Nielsen, chefs de projet

Avec : ACV ; Algoé ; APC+AIA / ARTER ; C&E Ingénierie  ; Coup d’éclat ; Inex Ingénierie ; 12ECO

Consultants : MIT Senseable City Lab - Carlo Ratti ; Luc Gwiazdzinski ; Grégoire Chelkoff - Laboratoire CRESSON

Réagir à l'article


eva
partena

Album-photos |L'année 2013 de Daniel Libeskind

Daniel Libeskind ou le tour du monde en 365 jours. En 2013, escales à Berlin, Milan, Singapour, New York, Manille et Dresde. Programmes de logements de luxe, musées, gratte-ciel, une année riche aussi de reconnaissance ;...[Lire la suite]

design in

Entretien |Norman Foster, imaginer le futur

Le 9 janvier 2011, la journaliste Juana Libedinsky proposait pour La Nacion Revista, supplément du quotidien argentin, une longue interview de Sir Norman Foster, 'starchitecte' auteur de deux nouveaux projets à Buenos-Aires : le...[Lire la suite]

tos

Album-photos |L'Année 2013 de Berranger&Vincent

Ces douze derniers mois ont été, pour Stéphanie Vincent et Jérôme Berranger, l’occasion de concevoir la Halle Théâtre à Beauvais, un «projet qui cherche à dialoguer avec...[Lire la suite]

LCDLA

Album-photos |L'année 2013 d'arch i - Anne Feenstra

Arch i, «plateforme d’échanges et de réflexion» basée à Delhi, a connu une année riche de projets. Depuis «l’événement fort de l’année 2013», la...[Lire la suite]

tos

Album-photos |L'Année 2013 de Paul Chemetov

Arithmétique pour Paul Chemetov. 2013, ce sont 23 projets d’urbanisme et d’architecture, 30 collaborateurs dont 26 architectes. Voici donc un florilège de projets qui illustre les convictions de l’homme de l’art....[Lire la suite]

LCDLA

Album-photos |L'année 2013 de X-TU

Biologistes ? Non, architectes. Pour cette carte blanche 2013, Anouk Legendre et Nicolas Desmazières propose une «X_ploration» avant un «séjour en 2014». Qu’est-ce à dire ? En somme,...[Lire la suite]