Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Projet | 'Sticks', les crèches du futur, un concept signé Djuric Tardio architectes (04-07-2012)

'Système temporaire intelligent de crèches-kiosques en série', tel est le parti du projet de recherches mené par les architectes Caroline Djuric et Mirco Tardio. En clair, les associés de l’agence Djuric Tardio architectes ont développé ce concept de micro-crèches temporaires en bois pouvant être implantées dans différents espaces publics de la capitale pour pallier la pénurie en la matière.  

Notice Architecturale | Education | Bois | Paris | Djuric Tardio Architectes

Opportunités urbaines

Sticks est un concept de micro-crèches temporaires en série pouvant être montées pour une période maximum de six ans et abriter jusqu’à douze enfants. L’idée est née face au constat du besoin croissant de places dans les lieux de la petite enfance à Paris et dans les milieux urbains.

Construite entièrement en bois, avec des matériaux naturels, sans émissions de substances nocives et équipée des dernières technologies en matière de développement durable et bioclimatique, la crèche Sticks peut être produite en série et à bas coût.

Sa conception a été pensée afin de contourner le processus classique et complexe de décisions, avec une logique financière et technique abouties 'clé en main' et d’éviter, via un permis temporaire de six ans, les fatalités règlementaires qui peuvent brider ce type de projet.

02(@DjuricTardio)_S.jpgA partir d’une simple analyse socio-urbaine, il est possible de constater que les jardins et parcs publics urbains parisiens, placés de manière assez uniforme dans l’intramuros, ont un fonctionnement par plages horaires régulières avec des courbes d’affluence complémentaires à celles du fonctionnement des crèches.

A ce titre, nous avons imaginé d’installer 'Sticks' dans les jardins et parcs publics parisiens, au sein de leurs espaces inutilisés à l’instar de ronds-points ou d’espaces résiduels.

Pour cela, la Ville devrait mettre à disposition, pour une période limitée dans le temps, 100m² du sol de ces parcs.

Ainsi, la crèche-kiosque sera installée en peu de temps car la construction bois sérialisée en atelier permet un chantier propre et rapide et ne nécessitant que peu d’adaptations, d’ailleurs réversibles, du site.

Les enfants pourront donc profiter de ces espaces verts situés à proximité de chez eux durant les heures creuses.

Bref, 'Sticks' est un système intelligent conçu pour faire rapidement face à la demande dans l’attente de la réalisation de crèches classiques et pour permettre aux enfants de profiter d’un environnement qualitatif et inutilisé pendant la journée.

Caroline Djuric et Mirco Tardio

03(@DjuricTardio)_S.jpg

Réagir à l'article





Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]


Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]