Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Entretien | HMONP : satisfaisante mais parfois arbitraire (18-05-2012)

Architecte diplômé d’Etat (ADE) de l’Ecole Spéciale d’Architecture depuis fin 2009, Pierre-Arthur Thibaudeau est aujourd’hui salarié de l’agence X-TU, au sein de laquelle il a réalisé la mise en situation professionnelle requise pour l’obtention de la HMONP (Habilitation à exercer la Maîtrise d'Oeuvre en son Nom Propre), qu’il a obtenue en septembre 2011. Bilan.

Vie étudiante | France

Le Courrier de l’Architecte : L’obtention de la HMONP est non seulement conditionnée par la validation d’une expérience professionnelle acquise lors d’une Mise en Situation Professionnelle (MSP) mais aussi par la validation d’une série de cours devant offrir des clés d’entrée dans la profession d’architecte. Que penses-tu de ceux que tu as suivis à l’ESA ?

Pierre-Arthur Thibaudeau : Les cours HMONP de l’ESA sont organisés en deux séries intensives de quinze jours. En fait, la deuxième session était plus réussie que la première, au cours de laquelle nous avions, en quelque sorte, 'essuyé les plâtres'. En effet, lors de cette première session, sont intervenus essentiellement des représentants de sociétés de logiciels qui semblaient s’adresser à nous pour vendre leurs produits. 

Nous en avons discuté avec la direction et la deuxième session fut mieux organisée. Elle était composée de cours de droit et d’économie ainsi que d’interventions d’architectes praticiens, tels les associés de l’agence Joly-Loiret ou l’architecte Fabienne Bulle. L’objectif était effectivement de nous donner un maximum de repères en matière de création d’une structure. Nous avons d’ailleurs gardé contact avec les intervenants et, le jour où je souhaiterais monter mon agence, je sais où m’adresser.

Un mois de cours en tout et pour tout n’est-ce pas un peu léger pour apprendre à gérer une agence ?

Si, c’est effectivement un peu court mais cette durée permet de ne pas pénaliser le travail réalisé en agence dans le cadre de la mise en situation professionnelle de la HMONP. A l’ESA, les deux sessions de cours de l’année 2010 ont eu lieu en janvier et juin. Pour ma part, je venais de finir la deuxième session quand j’ai intégré l’agence X-TU.

J’ai soutenu mon HMONP une première fois, sept mois plus tard, en mars 2011. Il s’agissait de valider l’expérience professionnelle via la présentation orale d’un mémoire. Mais je n’ai pas obtenu l’habilitation du premier coup. Le jury m’a demandé de retravailler la forme de mon mémoire, que j’ai représenté et obtenu en septembre 2011.

02(@X-TU).jpgLa mise en situation professionnelle fait l’objet d’une grille d’évaluation. As-tu rempli tous les points de cette grille, notamment ceux qui concernent la gestion d’une agence ?

Nicolas Desmazières (co-fondateur de l’agence X-TU avec Anouk Legendre, ndlr) a pris le temps de m’expliquer certains points telle la gestion d’une note d’honoraire. Il m’a aussi confié les entretiens pour le recrutement de stagiaires et la gestion de quelques candidatures.

Si j’ai effectivement abordé la plupart des points de la grille, de là à les gérer de façon autonome, c’est autre chose. Rares sont les HMO qui remplissent tous les objectifs de la convention. Nous sommes surtout employés sur des concours, c’est-à-dire des projets de diplôme bien plus élaborés.

Chez X-TU, tu es passé d’un CDD à un CDI une fois ton HMONP obtenue. As-tu pu renégocier ton salaire et la nature de ta mission a-t-elle changé ?

Après un CDD de sept mois, je suis désormais en CDI et, bien sûr, mon salaire a été renégocié : mon brut a quasi doublé. Quant à mon travail au sein de l’agence, je continue à travailler principalement sur des concours.

L’expérience du chantier n’est-elle pas requise pour l’obtention de la HMONP ?

L’ESA présente cet avantage que même si nous n’abordons pas tous les aspects du métier lors du stage HMONP, ce qui est impossible dans la mesure où ce stage se déroule généralement sur six mois, c’est notre posture en tant qu’architecte qui est prise en compte. Il s’agit d’avoir un discours cohérent. En fait, je commence mon premier chantier ces jours-ci, celui des nouveaux locaux de X-TU.

Même si je travaille essentiellement sur des concours, il faut savoir que les cinq années d’études sont ponctuées de stages d’environ un à deux mois entre deux semestres. Avant X-TU, j’avais donc déjà travaillé huit mois en agence et, dès la première année, j’avais une brève expérience du suivi de chantier.

A l’origine, la HMONP est faite pour ceux qui souhaitent monter une agence. Est-ce ton cas ?

Oui, j’ai l’intention de monter ma propre structure un jour. J’ai 26 ans et, en juin, cela fera deux ans que je travaille chez X-TU. Je me donne encore deux ans pour aborder toutes les phases d’un projet avant de monter mon agence. L’avantage d’une petite agence telle X-TU est qu’il est possible d’aborder différentes phases, de l’APD au chantier en passant par le DCE.

03(@X-TU)_B.jpgIn fine, quel est ton bilan de la HMONP ?

J’estime que c’est une formation plutôt satisfaisante, en tout cas à l’ESA. La seule chose m’ayant déçu est l’aspect arbitraire de la soutenance du mémoire validant la mise en situation professionnelle. En effet, le jury juge le travail réalisé en fonction de critères qui lui sont propres et qui varient de jury en jury. Même si mon deuxième jury a validé mon HMONP, il aurait préféré mon premier mémoire. Les critères des jurys ne sont pas fonction de la motivation des candidats et c’est dommage.

Alors que, dans les écoles publiques, l’obtention de la HMONP s’élève parfois jusqu’à 90% des inscrits, à l’ESA nombreux sont ceux qui doivent fournir un complément de mémoire. Au final, seule la moitié des HMO l’obtient du premier coup.

Propos recueillis par Emmanuelle Borne

Réactions

jeune.archinonymous | Architecte | IDF | 30-05-2014 à 16:56:00

"Alors que, dans les écoles publiques, l’obtention de la HMONP s’élève parfois jusqu’à 90% des inscrits, à l’ESA nombreux sont ceux qui doivent fournir un complément de mémoire."
Précisons que le taux de réussite peut parfois atteindre 90 % pour ceux qui passent l'oral et non pas les "inscrits" car beaucoup abandonne en cours de route, ou n'obtiennent pas de MSP, sans MSP avant un certain délais durant la formation, il n'est pas possible de continuer.
N'essayons pas de déprécier la qualité des diplômes HMONP des écoles publiques avec des informations plus qu'erronées.

Réagir à l'article





Exposition |Architectes connus, diplômes méconnus : une source d'inspiration

Sept diplômes, au moins autant de noms familiers : Antoine Stinco, Yves Lion, David Mangin et Alain Gautron, Jean-Philippe Vassal, Edouard François, Michel Bourdeau. Tous ces architectes - ou presque - ont accepté de se...[Lire la suite]


Chronique |Fonctionnement structurel des coupoles en pierre de Mardin (Turquie)

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et...[Lire la suite]

Interview |Ingénieur puis architecte : «Si c'était à refaire, je le referais»

Faisant partie de la première promotion d’élèves de l’INSA engagés dans le double cursus 'ingénieur puis architecte', Renaud Delaby a intégré la filière architecture de...[Lire la suite]

Exposition |Architectes connus, diplômes méconnus : une source d'inspiration

Sept diplômes, au moins autant de noms familiers : Antoine Stinco, Yves Lion, David Mangin et Alain Gautron, Jean-Philippe Vassal, Edouard François, Michel Bourdeau. Tous ces architectes - ou presque - ont accepté de se...[Lire la suite]

Actualité |'Ingénieur puis architecte', deux diplômes, une école

Récemment reconnu par l’Union européenne, le double cursus 'ingénieur puis architecte' de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Strasbourg permet d’obtenir, en sept ans, le diplôme...[Lire la suite]