Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Le monde flottant de Daufresne, Le Garrec & Associés (11-04-2012)

262 logements détruits puis reconstruits, 402 réhabilités, le projet de rénovation urbaine de Saint-Ouen-l’Aumône (95) propose, sur près de cinq ans, une métamorphose radicale. Parmi les premières opérations, celle d’Emmaüs Habitat, livrée en octobre 2011. Construite avant tout pour participer à l’effort de relogement, elle démontre la possibilité de construire en zone inondable.

Logement collectif | Val-d'Oise | Daufresne, Le Garrec & Associés

En route pour Saint-Ouen-l’Aumône, Ivan Le Garrec évoque aux journalistes présents quelques lectures. Entre autres, Junichiro Tanizaki, Le Pont flottant des Songes. Un court texte avec, en guise d’introduction, un poème.

La poésie rapproche du réel ? L’hiver était encore présent, la neige a peine fondue. A destination, les logements Emmaüs s’étendent le long d’un boulevard arboré. «Nous avons créé un linéaire côté rue pour être urbain», affirme l’architecte.

Par delà, «ça swingue», dit-il. L’ensemble comprend en effet deux fronts bâtis, l’autre n’étant perceptible que par interstice. «La hauteur plafond imposée par le PLU ne permettait pas de concentrer l’ensemble du programme côté rue. Il fallait donc dédoubler le volume et se rapprocher de la voie ferrée», souligne Ivan Le Garrec.

Outre les difficultés réglementaires, le terrain s’avérait «singulier», en d’autres termes «creux et inondable».

02(@11h45)_S.jpgDès lors, l’architecte évoque «une poétique de volumes souples, flottants, en dérive». «La nappe phréatique est proche. Au centre de la noue, l’eau est toujours présente», indique-t-il.

«Source de créativité», le site n’en est pas moins délicat. De fait, le jardin créé au sein du programme est inaccessible. Un avantage considérant sa sophistication. Des aulnes, des saules et un environnement semi-aquatique. L’aménagement contribue même à la «gestion raisonnée des eaux de pluies».

«Notre concept était de construire un monde flottant», soutient l’architecte. Aussi, propose-t-il un parti sur pilotis afin de dégager le terrain naturel. L’espace vide ainsi créé loge un parking ouvert. Pour note, il ne fallait, en cas de crue, pas entraver la circulation de l’eau.

L’un des portiques franchi, d’aucuns découvrent un univers multicolore. «Nous souhaitions le déploiement d’une promenade architecturale pour relier les deux fronts bâtis», assure Ivan Le Garrec. Un jeu de passerelles permet de passer de l’un à l’autre, sans poser pied à terre.

«Nous avons tiré parti de la géométrie du terrain pour faire des volumes en vague», précise-t-il. Néanmoins, la liberté formelle apparente se trouve justifiée par la volonté d’ouvrir des vues vers le boulevard depuis le fond de la parcelle.

03(@11h45)_B.jpgUne attention d’autant plus importante que les constructions en deuxième ligne longent les voies ferrées et font, de fait, office d’écran phonique. Par conséquent, les logements sont, sur ce front, mono-orientés vers le coeur d’ilot. Côté rail, un ensemble de coursives extérieures dessert les appartements.

Ces circulations, présentées comme un plus et pourtant «difficiles à faire accepter à une maîtrise d’ouvrage», participent, selon les architectes, à «l’habitabilité» de l’ensemble au même titre que la diversité typologique des quatre-vingt-dix logements ou que les espaces de services disposés en suspension au-dessus du terrain.

La «modulation continue de volumes» permet, quant à elle, de rapprocher sinon d’éloigner chacune des unités par rapport aux autres. Ce jeu constructif permet de ménager des espaces extérieurs sous forme de balcon ou de loggia.

Enfin, la couleur rehausse cette urbanité en mouvement. Marika Lemper, chef de projet, revient sur les prémices du projet. «Pour le permis, nous avions pensé des couleurs marron et beige. Nous sommes ensuite sortis de la gamme, un choix qui n’a que progressivement séduit la maîtrise d’ouvrage», dit-elle. 

Le résultat est aujourd’hui probant et les regrets, nuls.

Jean-Philippe Hugron

04(@11h45)_B.jpg  Fiche technique

Surfaces :
* S.H.O.B. : 13.722m²
* S.H.O.N. : 7.022m²
* Surface de la parcelle : 6.930m²

Calendrier :
* Notification du Marché de Maîtrise d’œuvre : août 2007
* Dépôt du Permis de Construire : 10 mars 2009
* Pré-avis de lancement de consultation : juillet 2009
* Lancement de la Consultation : septembre 2009
* Retour des offres : 2 octobre 2009
* Notification marchés Entreprises : 30 décembre 2009
* Démarrage de la phase préparatoire : 4 janvier 2010
* Démarrage effectif des travaux : 1er février 2010 
* Fin des travaux : 30 septembre 2011
* Durée des travaux : 20 mois

Budget :
* Base Marchés : H.T. 9.831.965€
* Décompte général définitif : H.T. 10.404.000€

Réagir à l'article





Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]


Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]