Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Le discret Musée archéologique du château de Mayenne de Philippe Madec (11-04-2012)

Le Musée archéologique se tient dans la cour haute du château de Mayenne (53), l’un des rares monuments européens à posséder des vestiges carolingiens significatifs. La création de ce musée consiste en l’aménagement muséographique du Logis et son extension contemporaine. Un projet «soucieux du lieu, de l’histoire et de l’avenir» au sein d’un site «rarissime», selon Philippe Madec.

Notice Architecturale | Culture | Mayenne | Philippe Madec

Rendre hommage

Construire dans la cour haute d’un château dont la fondation puise à l’époque carolingienne est un événement rare dans la vie d’un architecte. Construire un musée archéologique au coeur même de la pièce archéologique majeure du musée : le château lui-même, place, pour le coup, l’architecte au coeur du rarissime...

Il nous a été demandé d’apporter une strate de plus dans ce lieu, alors que ce lieu est l’expression même d’un palimpseste architectural, d’un recouvrement de pierres sur des pierres, les époques et les styles couvrant les époques et les styles. En ce sens, le projet est archéologie.

Nous avons cherché à rendre hommage au lieu dans sa profondeur historique, à en marquer l’originalité, c’est-à-dire à en faire l’origine de notre travail. Nous avons cherché à comprendre la valeur de ce lieu, son caractère, afin de ne pas nous mettre en concurrence avec lui, mais bien davantage de nous placer à son service.

Une architecture d’aujourd’hui, authentiquement contemporaine, établissant avec le château un dialogue franc. Parce qu’elle ne rogne pas la majesté du château par un quelconque pastiche, elle en affirmera plus encore la grandeur et la force historiques.

Une architecture d’aujourd’hui, basse, juste à la hauteur des remparts, pour laisser au logis sa préséance. Une architecture d’aujourd’hui, toute en bois, se remémorant ainsi le tout premier château et, dans le même temps, affirmant son statut de dépendance, comme on disait autrefois des bâtiments annexes. Au château, la pierre ; au musée, le bois ; au lieu, son épaisseur capable de s’ouvrir à demain.

02(@PhilippeMadec)_S.jpgPrendre garde

Comme nous prenons garde à l’héritage de nos ancêtres, nous prenons garde à l’avenir de nos enfants. Nous portons l’héritage de nos ancêtres vers nos enfants en ayant réalisé avec la mairie de Mayenne, les Services de l’Etat et nos partenaires concepteurs paysagistes, ingénieurs, muséographes, graphistes, en réalisant donc une architecture amicale pour la planète. Le musée répond aux critères durables de la haute qualité environnementale, soucieux du lieu, soucieux de l’histoire, soucieux de l’avenir.

Le bâtiment contemporain est en bois en raison d’une 'démontabilité' souhaitée par les archéologues ainsi que pour des raisons purement architecturales. La pierre signifie l’histoire, le pesant dans la gravité de l’histoire ; le bois, léger, évite toute concurrence avec la pierre. Le bois, c’est la dépendance, le volume au service du Logis, mais c’est aussi la qualité environnementale. Quel matériau est plus durable que le bois ?

Ce bâtiment est construit en chêne, de la filière locale : structure, menuiserie, parquets, lambris intérieurs et caillebotis extérieurs. Seule la sur-toiture est en pin sylvestre à coeur, bois dont le pH n’attaque pas le cuivre de la toiture.

Le volume en bois de l’extension, inséré au creux de la cour, s’installe presque sans toucher ce qui est là, avec toujours un léger écart, une légère ombre, un peu de lumière, un peu d’air. La desserte verticale s’installe face au seul pignon XIXe du château, dans un léger retrait ; les menuiseries sont suspendues à la charpente qui ne s’appuie pas sur les remparts ; un caniveau périphérique servant à l’entrée d’air du puits canadien retient le plancher avant qu’il n’atteigne les remparts.

Cet air récupère l’humidité de la muraille, la sèche et la rabat dans le volume en chêne qui en a besoin. La lumière naturelle est omniprésente.

Dans la partie ancienne, l’intervention contemporaine est réduite à quelques lambris de chêne, à un revêtement de sol en chêne et en terre cuite qui intègre l’infrastructure de la muséographie et à l’ouverture de trémies qui libèrent la hauteur de la tour carolingienne aujourd’hui intérieure au Logis.

Différemment, sous le niveau du sol, vers les fouilles protégées sous un jardin d’inspiration médiévale, la pierre, le sable et le béton brut sont mis en oeuvre. 

Philippe Madec

03(@PhilippeMadec)_S.jpgFiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Mayenne
Réalisation : 2003-2008
Maîtrise d’oeuvre : atelierphilippemadec, architecture ; Acanthe (Guillaume Geoffroy Dechaume) et Mutabilis, paysage ; Créatime, scénographie ; I2C Ingénierie, BET généraliste ; ECSB (Gaétan Genès), structure bois ; Lagraph, signalétique
Surface : 2.053m² SHON dont 1.015m² dans l’extension
Coût : 3.242.205€ HT

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Engasser & associés

Encore une année à 100 à l’heure pour l’agence Engasser & associés !  2018 aura été intense, rythmée par une douzaine de concours, de belles réussites, un certain nombre de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Martin Duplantier Architectes

Des idées, des envies. De ville, de pièce. Une association, un renouveau. Un livre, une histoire. Des mots, des formes. Dessus, dessous. Loser, winner. [Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier du Pont

En 2018, Atelier du Pont a gagné des concours et suivi de nombreux chantiers, à Paris, à Tours mais aussi à Londres ou à Minorque. L’agence a voyagé. A Mayotte pour un concours et aux Pays-Bas, avec...[Lire la suite]