Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Nice Côte d'Azur > Eco-Vallée : projets prioritaires pour de nouveaux horizons (14-03-2012)

Projet phare de la Métropole Nice Côte d’Azur, l’Opération d’Intérêt National (OIN) Eco-Vallée a pour objectif d‘aménager et de développer, durant les 25 à 30 années à venir, le territoire de la plaine du Var sur des bases d’éco-exemplarité. Une première période verra la réalisation de trois opérations d’envergure. Communiqué.

Nice

L’aménagement de l’Eco-Vallée vise à restaurer et à aménager de manière homogène ce territoire de la vallée du Var qui a connu un développement quelque peu anarchique ces 30 dernières années, à préserver de remarquables ressources naturelles et à redynamiser l’économie de ce territoire avec la création de 50.000 emplois à terme. La mise en oeuvre et l’aménagement de ce projet de territoire ont été confiés à l’EPA (Etablissement Public d’Aménagement) plaine du Var.

Sur les 10.000 hectares que représente la plaine du Var, il est prévu d’en aménager 450. Le montant total des investissements publics et privés entre 2011-2025 s’élève à 2,5 milliards d’euros. Une première période verra la réalisation de trois opérations d’envergure. Développées par l’EPA Plaine du Var, ces opérations visent à produire un effet de levier maximal sur l’aménagement de la plaine et sur le développement économique de l’ensemble de l’Eco-Vallée, de l’aire urbaine niçoise et de la Métropole Nice Côte d’Azur.

02(@Mateo Arquitectura)_B.jpgGrand Arénas : le nouveau quartier d’affaires international de la Côte d’Azur

Le Grand Arénas représente un secteur hautement stratégique, aux portes de la ville de Nice et à proximité immédiate de l’aéroport international Nice Côte d’Azur. En passant du site tertiaire existant de 10 hectares à un site de 51 hectares, le Grand Arénas offrira à la métropole azuréenne un centre d’affaires à la hauteur de sa notoriété internationale.

Sa recomposition urbaine progressive se construit autour de deux équipements structurants majeurs : le pôle d’échanges multimodal et le parc des expositions.

Le projet Grand Arénas a pour objectif l’aménagement d’un grand quartier d’affaires international de rang métropolitain qui repose sur les deux principes moteurs de l’Eco-Vallée : la mixité urbaine et l’éco-exemplarité.

Au sein de l’Eco-Vallée, l’objectif du Grand Arénas est de créer un quartier vivant, innovant et éco-exemplaire. En complément des fonctions économiques, la mixité sociale et fonctionnelle est assurée à travers une offre de logements diversifiée (en accession, locatif aidé, locatif libre...) et par une offre de services, de commerces, d’hôtels ou encore d’équipements publics. La constructibilité potentielle du Grand Arénas est de l’ordre de 680.000m².

03(@Mateo Arquitectura).jpgSon articulation avec l’aéroport international et le futur pôle d’échanges multimodal de Nice - Saint Augustin - Aéroport lui confère une accessibilité exceptionnelle et des liaisons rapides avec l’ensemble de l’Eco-Vallée et de la métropole.

Le projet intègre un important parc des expositions (75.000m² dans une 1ère phase) favorisant l’accueil d’évènements internationaux qui seront un moteur d’activités fondamental pour la métropole.

Pour réaliser ce projet de grande ampleur, plusieurs acteurs entrent en jeu : la Ville de Nice, la Métropole Nice Côte d’Azur, l’EPA plaine du Var, la société des aéroports de la Côte d’Azur, l’Etat, le Conseil général, la région, RFF, la SNCF... Les investisseurs privés interviendront ensuite sur les projets dont ils seront porteurs.

L’EPA Plaine du Var a confié la conception de ce projet à une équipe de maîtrise d’oeuvre urbaine travaillant autour de l’architecte-urbaniste catalan Josep Lluís Mateo qui assurera également la maîtrise d’oeuvre des espaces publics ainsi qu’une assistance auprès des promoteurs et concepteurs des différents programmes immobiliers à développer sur le site.

04(@Devillers & Associes).jpgNice Méridia : Une technopole urbaine innovante

Opération prioritaire de l’Eco-Vallée, la technopole urbaine Nice Méridia à vocation à s’étendre sur 200 hectares, avec un 1er secteur opérationnel de 26 hectares. Sa situation urbaine ainsi que la mixité de son programme en feront un écoquartier unique, offrant une qualité de vie et de travail incomparable. Véritable catalyseur d’innovation, Nice Méridia offrira un espace de développement pour la R&D et la formation dans les secteurs de la croissance verte, de l’environnement et de la santé.

L’objectif de Nice Méridia est de créer et d’organiser un site urbain particulièrement attractif pour les organisations publiques et privées de R&D en renforçant les secteurs prioritaires d’Eco-Vallée liés à l’innovation durable, tout en accélérant les processus du développement endogène tels que les incubateurs, pépinières d’entreprises, hôtels d’entreprises, business centers...

L’organisation et le fonctionnement de cet espace sont conçus de façon à favoriser les circuits courts entre les connaissances et les innovations développées au sein de l’éco-campus. Ainsi, l’Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environnement et du Développement Durable (IMREDD) et le Centre d’Accueil des Entreprises Innovantes (CAEI), inaugurés le 20 février 2012, permettront de promouvoir l’innovation et la création d’entreprises dans le domaine du Développement Durable et des technologies vertes.

L’un des principaux atouts de Nice Méridia est de conjuguer les avantages spécifiques des technopoles périurbaines aux bénéfices d’une implantation dans un environnement urbain où tout est accessible. En associant logements, commerces de proximité et services en lien avec la 'plaine des sports' située dans le même périmètre, la technopole urbaine offrira des avantages différentiels forts et permettra de créer un lieu de vie agréable et fonctionnel. Le programme prévoit de réaliser environ 320.000m² de programmes immobiliers mixtes dans une première tranche opérationnelle de 26 hectares. 

L’équipe lauréate du concours de maîtrise d’oeuvre urbaine, l'agence Devillers et Associés, a été dévoilée par Christian Estrosi lors d’une conférence de presse donnée le 8 mars 2012 au MIPIM. Le groupement multidisciplinaire rassemblant l’agence Devillers & Associés, la société d’ingénierie Artelia, Transversal et le sociologue Alain Bourdin réalisera, grâce à un accord cadre sur neuf ans, la conception urbaine de l’opération, accompagnera les projets de construction pour garantir une forte cohérence architecturale et environnementale et assurera la maîtrise d’oeuvre des travaux d’aménagement.

05(@Devillers & Associes).jpgLa Baronne-Lingostière : plateforme agroalimentaire et horticole, parc d’activités durable

L’opération de La Baronne-Lingostière, sur les communes de La Gaude et Saint-Laurent-du-Var, s’articule sur 25ha autour d’une plateforme agroalimentaire et horticole dans laquelle il est envisagé de relocaliser les activités du Marché d’Intérêt National (M.I.N.). Elle offre un espace de développement complémentaire pour des programmes de locaux d’activités et de logistique.

La Baronne-Lingostière vise à devenir un pôle d’excellence agroalimentaire et horticole structuré autour de la nouvelle plateforme et de ses activités annexes de logistique, tout en s’appuyant sur l’agriculture locale.

Cette opération bénéficie d’une approche environnementale et urbaine originale en s’appuyant sur la qualité paysagère et le centre urbain existant, renforcé par une offre de logements supplémentaires. Elle préfigure une nouvelle centralité en lien avec le quartier de Lingostière situé de l’autre côté du fleuve, sur la commune de Nice.

L’ensemble du projet vise à engager de façon opérationnelle la première étape d’une politique agricole renouvelée, en connectant la plateforme agroalimentaire et horticole à deux des trois sites expérimentaux prévus par la chambre d’agriculture sur les communes de Gattières et du Broc.

06(@EPA-SEURA)_B.jpg

Réagir à l'article





Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]


Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]