vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Protectrice, la robe d'Aliénor signée Baudin-Limouzin (14-03-2012)

«Créer un univers rassurant». Pour Philippe Baudin et Eric Limouzin, tel était l’enjeu de la reconstruction du collège Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux (33). Résultat : un bâtiment introverti et compact, aux angles arrondis, au sein duquel les architectes ont augmenté les surfaces de récréation. Une enveloppe protectrice au sein d’un environnement déstructuré.  

Education | Bordeaux | Baudin-Limouzin

«Les surfaces des collèges sont issues d’un programme type proposant 1.000m² d’espace de récréation pour 800 élèves». Selon les architectes Philippe Baudin et Eric Limouzin (atelier d’architecture Baudin-Limouzin), lauréats en 2008 du concours pour la reconstruction du collège Aliénor d’Aquitaine, à Bordeaux, une telle densité «peut être vécue de façon traumatisante par les élèves» dans la mesure où le projet se situe en milieu urbain.

Justement, les architectes ont fait le choix d’un bâtiment introverti au regard du contexte. «D’une part, l’environnement immédiat est très passant ; d’autre part, le site est déstructuré». En élevant les façades du collège au droit de la limite parcellaire, Philippe Baudin et Eric Limouzin illustrent leur volonté «de remplir les vides urbains pour que l’espace public, la place André Meunier et les réseaux de voirie reprennent sens».

Requalifier le tissu urbain via une rupture «volontaire» avec l’environnement permettait de créer un «monde intérieur affirmant le rôle d’espace d’apprentissage du collège».

Pour accentuer l’effet protecteur, les architectes ont arrondi les angles du bâtiment, rompant davantage encore avec un environnement où les angles des parcelles et des bâtiments alentours sont «coupés en biais».

D’arrondis en arrondis, «dans une quête de douceur», la courbe a fini par envahir le collège. 

02(@PhilippeCaumes)_B.jpgL’enjeu d’une cour ouverte «à de multiples possibilités de situations collectives ou individuelles» demeurait. Pour y répondre, les architectes ont simplement augmenté la surface de récréation en la déployant sur deux niveaux. Autrement dit, ils ont tiré parti d’un PLU permettant d’élever le bâtiment en R+3 sur la place André Meunier.

«Ce gabarit nous a permis de créer une cour haute abritée, sous laquelle se situe notamment le réfectoire, qui est ouvert sur la rue». Outre ce préau, le bâtiment est doté, en R+1, de larges coursives prolongeant le CDI (en R+1), les salles d’enseignements étant situées en R+2 et R+3 partiel.

Ponctué de bulles aplanies, le sol des surfaces extérieures offre un écho aux angles du bâtiment. Le résultat du 1% artistique. «L’artiste Chantal Raguet a accompagné l’évolution des travaux», précisent les architectes.

Philippe Baudin et Eric Limouzin mettent l’accent sur l’enjeu HQE du bâtiment, lequel, avec ses 48,7kWh/m²/an, s’apparente à un BBC. En fait d’enjeu, une problématique : comment concilier «une envie de lisse, de continu et de blanc» avec une performance énergétique induisant un autre aspect ?

03(@PhilippeCaumes)_B.jpgEn effet, ayant mis en oeuvre une structure poteaux-poutres et planchers béton, les architectes, secondés par un bureau d'études HQE, ont fait le choix d’une enveloppe légère composée, notamment, de fibres et de laine de bois pour l’incontournable isolation par l’extérieur.

In fine, un choix invisible. Précisément, la robe d’Aliénor a l’apparence d’un béton immaculé. «Nous avons utilisé un procédé d’enduit sur isolant par l’extérieur ; un procédé sur façade légère très technique à mettre en place mais, une fois recouvert de peinture, il permet d’obtenir l'aspect lisse que nous souhaitions».

Par ailleurs, Baudin-Limouzin a opté pour l’installation de deux pompes à chaleur connectées au réseau de traitement d’air.

Des procédés dûment testés. «Un prototype de façade et une salle témoin ont été réalisés en amont, pour visualiser l’aspect, les matériaux, l’espace ainsi que pour tester l’étanchéité à l’air». Des techniques qui serviront à l’avenir. Par exemple, dans le cadre de la salle de sports du collège, un concours remporté par Baudin-Limouzin en octobre 2011.

«Ce projet sera le prolongement du collège», précisent Philippe Baudin et Eric Limouzin.

Une autre douce protection pour les habitants du quartier ?

Emmanuelle Borne

04(@PhilippeCaumes).jpgFiche technique

Reconstruction du collège Aliénor d’Aquitaine, collège HQE de 800 élèves
Adresse : rue Dom Devienne, 33800 Bordeaux
Architectes : SARL d’architecture Philippe Baudin Eric Limouzin
Collaborateurs : Régis Lenormand, Renaud Loisel, Bruno Lahontaa, artiste
Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde
BET TCE Economiste : CETAB Ingénierie
BE HQE : Addenda
Artiste 1% : Chantal Raguet
Surface SHON : 7.184m²
Calendrier : concours 2008 / Livraison juin 2011
Coût : 9,53M euros HT (valeur 07/2009)
Consommation énergétique : 48,7kWh/m²/an

05(@PhilippeCaumes)_S.jpg

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Album-photos |La Trinité : CAB est d'Equerre

«Ce bâtiment est tel un fond de scène. Nous l’évoquons comme une infrastructure et nous nous sommes servis de l’architecture pour faire de l’urbanisme», affirme Marc Botineau, associé de CAB....[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]



elzinc

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |A Santiago, Teodoro Fernández et l'urgence de la légèreté

Pour abriter les nouveaux locaux du Bureau National d’Urgence du Ministère de l’Intérieur chilien (ONEMI), Teodoro Fernández, architecte, a conçu à partir d’une situation existante un ensemble...[Lire la suite]

elzinc novembre

Visite |Baukunst, d'une splendide ambiguïté

L’histoire est un brin absurde. Sous une pluie drue, elle est encore plus difficilement intelligible. Adrien Verschuere, architecte et associé fondateur de Baukunst, s’efforce pourtant d’être clair. Il serait question...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]