Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - En direct de Batimat - Jeudi 10 novembre

Edito | La quadrature du Triangle n'est pas un noeud routier (10-11-2011)

A son quatrième jour, Batimat a pris son rythme de croisière. Sauf que les automobilistes devant se rendre ou repartir du salon aux heures de pointe, de 7h à 11h et de 15h à 21h, sont dans la pétole (absence totale de vent). En clair, nul ne va nulle part, sauf à moins de 2km/h : un noeud.

Batimat | France

Mardi soir, il pleuvait dru sur la Porte de Versailles. Pour rejoindre les quais de Seine, soit à peine 1.000m, compter 30mn.

Jeudi matin, sous un grand soleil, dans l’autre sens, plus longtemps encore, l’embouteillage allant jusqu’à Issy-les-Moulineaux. Le bouchon était si dense qu’un cortège officiel, malgré les sifflets exaspérés des motards, était en plein pot au noir tandis qu’un car entier de CRS - rien moins - était réquisitionné pour faire le vide Porte de Versailles, au grand dam de quelques automobilistes paniqués se faisant agonir de noms d’oiseaux que le capitaine Haddock lui-même n’aurait pas osé.

Cela écrit, rien de bien nouveau pour les riverains, habitués à cette exubérance urbaine, cette affabilité des forces de l’ordre et cette humilité des officiels en cortège qui font le charme de Paris.

Quand même, lors de la réunion publique sur le projet Triangle dans le cadre de la révision simplifiée du PLU de Paris, le 1er septembre 2011 à 19h00 au parc des expositions de la porte de Versailles, les riverains se sont permis d’exprimer leurs préoccupations quant aux transports dans leur quartier, qu’ils fussent en commun ou non, une fois que seront construits ladite tour, juste au-dessus du parc des expositions, et le futur Pentagone à la française, juste à côté.

«Le Triangle est un projet d’envergure qui aura un fort impact sur la physionomie du quartier et de l’arrondissement», avait expliqué en introduction Philippe Goujon, maire du 15e arrondissement de Paris, pour qui l’architecture «assure le dynamisme des villes contemporaines sans en effacer le passé architectural et, dans ce contexte, le cachet unique de la ville de Paris».

Bien. «Mais les transports ?», se désolaient les riverains. «Il est prévu que les futurs usagers de la tour Triangle profitent du réseau existant. Cependant, aux heures de pointe, la fréquence de métro sur la ligne 12 est déjà très élevée (1 train toutes les 2 minutes) et le terminus 'Porte de Versailles' de la ligne de tramway T2 est déjà bondé. Comment les lignes T2 et M12 pourront-elles donc absorber les 5.000 travailleurs de la tour Triangle ?», s’interrogeait celui-ci. Et encore ne faisait-il pas état des futures 9.000 personnes qui peupleront le site du Pentagone.

«Il s’agit aujourd’hui de déterminer comment le réseau existant sera affecté par les nouveaux équipements et également comment y répondre», convient Claude Dargent, élu du 15e arrondissement, conseiller de Paris et président de la commission des transports.

Deux points sont, selon lui, à souligner :
* Il est possible d’améliorer significativement la fréquence de métros pendant les heures de pointe ;
* La ligne 12 est «effectivement chargée quand on se déplace du sud au nord. A l’inverse, le trafic qui se rendra à la tour se fera du nord au sud» ce qui, bien évidemment, change tout.

De fait, jour de salon, ce matin par exemple, sur la ligne 12, du nord au sud, des agents doivent retenir les voyageurs dans les couloirs, loin encore des quais tellement il y a du monde.

Frédéric Dupouy, directeur de l’agence de développement pour Paris de la RATP, explique pourtant que «les premières études estiment une augmentation de 2.000 à 2.500 voyageurs supplémentaires à l’heure de pointe du matin en direction de la porte de Versailles. Ce chiffre est acceptable pour la ligne 12 qui pourrait être renforcée et pour laquelle un accès direct de la station Porte de Versailles à la tour Triangle constituerait un projet complémentaire intéressant».

D’aucuns apprécieront l’usage du conditionnel, sachant qu’il ne parlait que des usagers de la tour Triangle et que ne sont pas pris en compte ceux du futur Pentagone.

Mais foin des mauvaises langues. La preuve, ça roule.

Christophe Leray

02(@AndersonMancini)_S.jpg

Réactions

Paris Tower Free | IDF | 18-11-2011 à 21:47:00

Le problème d'encombrement à la porte de Versailles est monstrueux, mais seulement quelques dizaines de jour par an, principalrement aux heures de pointe. c'est pour celà que toutes les études sont faites en raisonnant sur des débits moyens ! Si vous venez un jour de grande manifestation vous ne trouverez pas de place de stationnement, pourtant les parkings sont complets moins de 30 jours par an, inutile d'espérer une amélioration de l'offre par les lois du marché. d'ailleurs la tour Triangle ne prévoit que 300 places, afin de dissuader l'usage de l'automobile (150 places initialement) auprès de ses 5000 occupants, pour en savoir plus http://paris.tower.free.fr
L'histoire de la Tour Triangle est la conséquence directe d'une volonté farouche de spéculation immobiliere, et le prix que les riverains ont à payer pour l'arrivée des 2 tramways T2 et T3, dont de longue date le tracé a cherché à éviter la petite ceinture, où les ouvrages existent déjà, et où le déplacement peut se faire en site propre sous forme de RER ou de ligne type 14 automatisée, Le tracé retenu englobe le Balardgone et sa corne Ouest et aboutit à la tour Triangle
La démarche est la même que pour le Grand Paris Investissement collectif dans l'infrastructure de transport et rentabilistaion privée auprès des gares. Ajoutons de plus que le choix du Tramway permet de diminuer la surface de circulation automobile d'au moins une voie dans chaque sens et que l'augmentation des fréquences de tramway que l'on pourrait envisager pour augmenter l'offre de transport collectif aboutit trés vite compte tenu du bloquage au rouge des carrefours à paralyser toute circulation dans l'axe du tramway et dans les directions perpendiculaires !
Maintenant quand on est assis dans le Tramway c'est assez sympa, sans être un moyen rapide pour faire le tour de Paris et tout en restant bruyant pour les riverains.

frederic Leonhardt | 14-11-2011 à 11:12:00

votre expérience est intéressante, elle est le vécu de millions de visiteurs du salon de l'automobile ou de l'agriculture tous les ans.

En fait la non connexion du parc des expositions au réseau régional ( RER) en fait un piège terrible pour les visiteurs, ce n'est pas le tram qui peut arranger tout cela.
Quand à y développer la tour triangle dans ces conditions, on tend vers l'absurde mais comme la réflexion actuelle en matière de mobilité se résume à un réseau Grand paris express totalement décalé par rapport aux besoins ( et soutenu par l'état, la région et les élus locaux), vous n'avez pas fini de vivre l'enfer des transports avec des millions de franciliens.
POur votre information, voir cette tribune

http://www.metropolitiques.eu/Les-comptes-fantastiques-du-grand.html

et pourtant des solutions sont possibles

Pour en reparler
Frédéric Léonhardt, urbaniste

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NBJ

En 2018, l’agence poursuit ses engagements multiples. Quelques concours perdus comme le groupe scolaire de Montpellier ou le projet Ville Port de La Grande Motte qui a été l’occasion d’une belle collaboration avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Bruno Rollet

2018, une année innovante. Deux maisons connectées à Bezannes alliant domotique, télémédecine, et économie d’énergie : une façon nouvelle d’appréhender son lieu de...[Lire la suite]