Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Projet | La Thelema, un projet participatif de A à Z (13-10-2011)

Chargé par l’association VillArt* de restaurer une ancienne maison en résidence d’artistes près du centre de Boulogne-sur-mer, Simon Himpens a fait d’une pierre deux coups : le projet sera également son sujet de diplôme. Mais l’essentiel est ailleurs, dans une réhabilitation «participative» à la mesure des oeuvres qu’elle accueillera.

Vie étudiante | Pas-de-Calais

«Thelema** sera un lieu de séjour, de recherche et de production artistique davantage qu’un lieu d’exposition», explique Simon Himpens. Chargé de la réhabilitation du bâtiment - «véritable lien entre milieu artistique et structures publiques» - l’étudiant en Master 2 à l’ENSA Versailles a souhaité «attiser la curiosité des habitants» sur le projet avant même sa livraison.

Autrement dit, le chantier est l’occasion d’inviter des artistes «en résidence».

«Un luthier sauvage est venu confectionner ses instruments de musique avec les matériaux issus du chantier, des étudiants en arts plastiques ont monté une installation évoluant au fur et à mesure des travaux». Tout ce beau monde dormant dans des hamacs le temps du séjour.

Bref, Simon Himpens a fait du chantier «un milieu d’expérimentation», c’est-à-dire de production et de lieu de vie où l’architecture côtoie les arts. Depuis le mois de juillet 2011 et jusqu’à la livraison du bâtiment, en mars 2012, les artistes se succèdent donc, parmi lesquels des membres du collectif lillois BLNK, sans compter les artistes locaux ayant souhaité se joindre au projet.

Une entreprise rendue possible grâce au budget (serré) accordé par VillArt à l’étudiant. Lequel a réinvesti ces deniers pour prendre en charge le séjour des artistes. Les collaborations sont notamment issues de rencontres faites lors d’un stage conduit chez Patrick Bouchain et Loïc Julienne (agence Construire) mais également lors d’une année d’échange à Tokyo.

«En ce moment, je travaille avec l’architecte japonais Kinya Maruyama, concepteur du Jardin étoile dans l’Estuaire de Nantes», précise Simon Himpens. Il recevra ensuite trois plasticiens et, en novembre, animera différents ateliers avec des stylistes.

02(@GinoMaccarinelli)_B.jpgD’ici là, avec l’aide de Kinya Maruyama et d’un maître charpentier japonais, Simon Himpens s’attache donc à la réhabilitation de l’ancienne bâtisse... au fur et à mesure des idées.

Participatif, le projet est, de fait, «intuitif». Pas de plan, seule une déclaration préalable pour obtenir l’accord des ABF (Architectes des Bâtiments de France). «Ayant conservé uniquement le couvert, j’ai supprimé tous les étages. C’est un projet qui évolue tous les jours, une architecture faite avant d’être pensée».

Pierre massive, bois, enduit en argile, «un peu de béton pour les fondations», les matériaux, pour l’essentiel récupérés telles ces chutes de bois offert par une scierie, inscrivent le projet dans une démarche durable.

Pour autant, «il ne s’agit pas de faire un bâtiment BBC», souligne Simon Himpens. Davantage que la dimension énergétique, c’est la dimension participative du projet qui lui confère son aspect écologique.

Souhaitant piquer la curiosité des habitants de Boulogne-sur-mer, Simon Himpens peut s’estimer, à ce titre, comblé. «Depuis un mois, j’ai des visites de curieux tous les jours», dit-il.

Et en mars 2012, une fois le projet livré ? «Je ne sais pas encore où et quand je vais mener ma HMO, j’aimerais éventuellement repartir à Tokyo travailler avec des charpentiers ; c’est ce que j’en ai retenu la dernière fois, le rapport au savoir-faire».

A l’avenir, Simon Himpens n’a en tout cas pas l’intention de faire «de l’architecture derrière un bureau».

Emmanuelle Borne

* VillArt, association loi 1901, a pour but de développer la création artistique comme «générateur de l’Urbain et de nouvelles relations sociales dans la ville». Elle actionne des processus culturels multiples à l’échelle de territoires mixtes. Elle a pour principal but de rassembler et de promouvoir des artistes de divers horizons, de diverses influences au sein des politiques culturelles des territoires.

** Thelema est la traduction du nom grec ancien θέλημα : 'volonté', dérivé du verbe θέλω : vouloir, désirer

Réagir à l'article


Chronique |Réhabilitation d'habitats troglodytiques en hôtels de prestige

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris Val-de-Seine. Son projet Magenta consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et...[Lire la suite]


Album-photos |Luukku House : un modèle d'architecture en bois conçu par des étudiants

Créée et mise en oeuvre par les étudiants du département architecture d’Aalto University (Finlande), en collaboration avec les étudiants en design et ingénierie de la même école, la Luukku...[Lire la suite]

Interview |Concours 'Nouveaux Habitats Nomades' : coup de pouce aux jeunes talents

Organisé par le photographe-réalisateur Arnaud Contreras et l’architecte-musicien Serge Calka, le dernier-né des concours destinés aux étudiants en architecture et design, dont la remise des projets est...[Lire la suite]

Interview |Architecture : année zéro

Franchir le pas, s’inscrire en école d’architecture, avec ou sans bagage ? Qu’importe. David Tajchman, enseignant à l’Ecole Spéciale d’Architecture, prône un nouveau départ hors des...[Lire la suite]

Interview |Erasmus Mundus, une «expérience ++» pour Héloïse Le Carrer

Héloïse Le Carrer, étudiante à l'ENSA Bretagne, a vu la Chine. Plusieurs fois même. Entre autres, le programme d'échange Erasmus Mundus lui permit de passer une année à l'université de...[Lire la suite]