Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | ENSA de Strasbourg : à master franco-allemand, double diplôme (13-10-2011)

Nouveauté de la rentrée 2011 à l’ENSA Strasbourg, le master 'Cultures architecturales et projet urbain dans les Eurorégions' est issu d’un partenariat avec la Faculté d’architecture du KIT de Karlsruhe. Objectif : former des architectes spécialisés dans les politiques urbaines et les projets architecturaux transfrontaliers. Particularité : les étudiants obtiendront deux diplômes, allemand et français.

Vie étudiante | ENSA Strasbourg | Europe

«Depuis la réforme LMD, les étudiants choisissent leur master 'à la carte' au sein de l’Université de leur choix. A ce titre, le défi pour les écoles est de se positionner sur un marché européen», explique Dominik Neidlinger, architecte-urbaniste, maître-assistant et co-responsable du master franco-allemand intitulé 'Cultures architecturales et projet urbain dans les Eurorégions', lancé par l’ENSA Strasbourg en cette rentrée 2011.

Mis en place par ce dernier en collaboration avec les paysagistes Henri Bava (Agence TER), Philip Denkinger et l’architecte Volker Ziegler, «ce diplôme a pour enjeu de conférer un profil transfrontalier aux étudiants à une époque où l’Europe tend de plus en plus à devenir une Europe des régions».

Autre enjeu : offrir des débouchés sur les marchés du travail allemand et français. «Les architectes allemands ont du mal à percer sur le marché français et inversement, notamment pour des raisons culturelles telle la compréhension du système des concours ou du système administratif de chaque pays», souligne Dominik Neidlinger.

Autrement dit, «l’objectif est à la fois d’offrir un bagage biculturel ainsi que la maîtrise des outils ou démarches administratives pour réussir en France comme en Allemagne en libéral mais également au sein de collectivités françaises ou allemandes».

Quid des conditions d’admission ? Un concours d’entrée comprenant un test de langue (le niveau exigé étant B2*) et un entretien auprès d’une commission constituée des responsables du master de l’ENSA Strasbourg et de la Faculté d’architecture du KIT conditionnent l’accès au master. Bien sûr, le préalable est d’être doté d’une licence... en architecture mais pas exclusivement.

«Nous voulions que ce master biculturel soit aussi interdisciplinaire», souligne Dominik Neidlinger. Ainsi est-il possible, comme ce fut le cas cette année, pour un étudiant en géographie d’intégrer le master à condition d’avoir réalisé un stage de trois mois au sein d’une agence d’architecture ou d’urbanisme car «une culture du projet est néanmoins nécessaire».

L’interdisciplinarité vaut côté enseignants comme côté étudiants. «Le fil rouge du master sera l’intervention de spécialistes d’autres disciplines tels des sociologues et des géographes». De fait, les échelles abordées seront notamment urbaines et territoriales.

02(@DR)_S.jpgOutre ces conférences, «tous les étudiants de master commencent leur rentrée à l’ENSA de Strasbourg en travaillant sur un projet urbain. Cette année, il planchent sur l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau».

En 2011, sept étudiants ont inauguré ce master franco-allemand. Si le chiffre paraît faible, c’est que le double diplôme fait partie d’un cursus intégré.

«Hormis les cours propres au master, ils suivront ceux du master en architecture», précise Dominik Neidlinger.

Chaque semestre, les élèves changeront d’école d’accueil. «En Master 1, le semestre d’hiver se déroulera en France et celui d’été en Allemagne». Quant au stage de deux mois prévu entre les semestres du Master 1 et 2, « ils devront le conduire en France s’ils ont préalablement étudié au KIT de Karlsruhe ou à l’ENSA de Strasbourg s’ils étudiaient en Allemagne».

A partir du Master 2, «nous organiserons un cursus croisé. C’est-à-dire que les étudiants auront le choix de revenir dans leur école d’origine ou de rester au sein de l’autre établissement pour y finir leur master».

Quid de la HMO ou de son équivalent allemand AIP ou SIP (pour les urbanistes) ? «Ils pourront choisir d’obtenir leur habilitation à exercer dans l’école de leur choix, en France ou en Allemagne».

En tout cas, « avec le master franco-allemand, les étudiants bénéficieront des deux diplômes, le DAE français et le Master of sciences in Architektur». Un bel avantage pour se lancer dans le métier.

Emmanuelle Borne

* Le niveau de compétence B2, établi dans le Cadre Européen commun de référence pour les langues - Apprendre, Enseigner, Evaluer (CECR), un document publié par le Conseil de l'Europe en 2001 - implique une compréhension courante et une capacité à converser dans une langue donnée.

Réagir à l'article


Album-photos |Ils enseignent à l'Ecole Polytechnique de Lausanne

L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) au sein de l’Institut de l’Environnement Naturel Architectural et Construit (ENAC) dispense une formation d’architecte reconnue pour sa qualité. Parmi les...[Lire la suite]


Interview |Erasmus Mundus, une «expérience ++» pour Héloïse Le Carrer

Héloïse Le Carrer, étudiante à l'ENSA Bretagne, a vu la Chine. Plusieurs fois même. Entre autres, le programme d'échange Erasmus Mundus lui permit de passer une année à l'université de...[Lire la suite]

Chronique |La Cathédrale de Brasilia, une nouvelle architecture sacrée

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Actualité |Prix 2012 : Ebrécher pour révéler, mesurer pour 'dénormer'

Le 15 novembre 2012 s'est réuni le deuxième jury des Prix Etudiants du Courrier de l’Architecte. Le Prix de la Rédaction a été attribué, parmi dix finalistes, au diplôme 'La base sous marine de...[Lire la suite]