Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Belgique | Ouverture de Maison Particulière, Centre d'Art à Bruxelles (17-05-2011)

Née du désir d’un couple de collectionneurs de partager leur passion, Maison Particulière est un nouveau centre d’art. Situé au coeur de Bruxelles, à quelques pas de la place du Châtelain, cet ancien hôtel de maître a été reconverti en un espace atypique réinventant l’univers d’une maison privée et proposant ainsi une manière inédite d’exposer l’art. Communiqué.

Belgique

Vouée à la découverte, aux rencontres et aux échanges, Maison Particulière accueille tous ceux que les arts passionnent. Des oeuvres d’art choisies s’y épanouiront le temps d’une saison. Sur trois niveaux aménagés en une suite de salons intimes, des oeuvres se confrontent de façon inattendue.

Une passion partagée

A l’initiative de cette maison où le dialogue est central : Myriam et Amaury de Solages, un couple de français, collectionneurs depuis de longues années. Leur intérêt ne connaît pas de frontière et ne se restreint à aucune période, aucune discipline précise, aucune région du monde bien définie. Ils ont souhaité partager leur passion en créant tous les deux ce projet hors du commun.

Installés à Bruxelles depuis trois ans, Amaury et Myriam de Solages ont initié ce projet de Maison Particulière qui leur tenait tant à coeur. Maison Particulière n’est pas un lieu destiné à exposer exclusivement leur collection personnelle, ils y projettent des accrochages temporaires réunissant plusieurs intervenants : collectionneurs, artistes ou autres profils animés par le feu de l’art. Pour chaque accrochage, un thème servira de fil conducteur aux choix subjectifs et souvent étonnants, des différents invités. Ce lieu inédit est un espace d’échange.

L’initiative permettra ainsi de montrer des oeuvres inédites, de promouvoir de jeunes artistes et permettra à des collectionneurs de revoir et de montrer leurs oeuvres, de les confronter à d’autres et de susciter autour d’elles un véritable dialogue, dans un esprit de générosité et de partage.

Le lieu

A quelques pas de la place du Châtelain, au coeur du quartier abritant les galeries bruxelloises les plus renommées, cet ancien hôtel de maître a été reconverti en un lieu atypique, un espace de découverte ouvert aux amoureux de l’art.

Ouverte au public sur rendez-vous et en permanence pour les membres de l’association, Maison Particulière se distingue des musées et autres centres culturels par son architecture intérieure et son fonctionnement.

On y pénètre comme chez des amis. On y circule librement entre une grande bibliothèque (réservée aux membres), de belles pièces de réception, un jardin et des salons intimistes ornés d’oeuvres d’art sélectionnées selon un accrochage renouvelé plusieurs fois par an.

La construction de cet hôtel particulier remonte à 1880. Il fut agrandi en 1909 par Léon Janlet. En 2010, une rénovation approfondie en métamorphosa les volumes et la façade arrière dans un esprit contemporain, sobre et élégant.

La demeure conserve sa belle hauteur de plafond et certains éléments décoratifs d’époque. Les oeuvres seront mises en dialogue dans les différents espaces de la maison. Pour accentuer la vie et l’atmosphère intimiste du lieu, Myriam et Amaury de Solages ont fait appel à Pierre Hoet et Didier Bindels qui animeront les différentes pièces de la maison avec du mobilier contemporain issu des collections représentées par leur bureau d’aménagement, Instore.

Dans le cadre du premier accrochage, une collaboration a également été établie avec Florence Guillier Bernard et Jean-Marc Dimanche, fondateurs de Maison Parisienne, coopérative contemporaine et exclusive qui regroupe une sélection d’artisans d’art français, qui entend valoriser leur savoir-faire à travers la présentation de pièces uniques dans des cadres exceptionnels et inattendus, souvent privés.

Au premier étage, un des salons est dominé par un piano de Poul Henningsen, une invitation au musicien de passage à y improviser quelques notes inspirées par l’émotion suscitée par une oeuvre, l’humeur du jour, l’atmosphère du lieu.

02(@AlexandreVanBattel)_S.jpgGregor Hildebrandt 'Because the night - Patti Smith' (2010) Cassette tape on canvas Private collection
Poul Henningsen 'PH Grand Piano' (1931) Chromed Steel, leather, celluloid Private collection

A travers toute la maison, des livres, magazines et dépliants jonchent nonchalamment les tables et meubles d’appoint. Quelques crayons, feuillets et autres objets personnels semblent avoir été oubliés çà et là. «J’aime la non-perfection, synonyme de vie, d’évolutions», affirme Amaury de Solages. «Chaque intérieur est une suite de déséquilibres en évolution constante. C’est ce que nous avons voulu insuffler dans cette maison qui se veut pleine de vie».

Les livres y ont ainsi leur place : à chaque nouvel accrochage, un nouvel ouvrage entre dans la bibliothèque. Dans cet esprit, la librairie Tropismes, par le biais de sa directrice Brigitte de Meeûs et la responsable du département livres d’art Graziela Federico, sélectionne les ouvrages d’art pour Maison Particulière.

Pour faire rayonner les oeuvres sélectionnées lors de chaque nouvel accrochage, les salons ont été équipés avec soin. Les pièces pourront être suspendues aux murs, posées au sol ou disposées dans les grandes vitrines en verre sécurisé prévues à cet effet. Les différents niveaux sont reliés par un escalier circulaire au creux duquel est venue s’insérer une cage de verre accueillant un ascenseur transparent. Quant au dernier étage, réservé aux amis et aux mécènes, il s’est transformé en une belle salle à manger destinée à accueillir des déjeuners et dîners entre amoureux d’arts, de lettres et de gastronomie.

Cet espace est ouvert sur la cuisine et donne sur une belle terrasse recouverte de bois. Point d’orgue de cette vaste demeure, le jardin vert et blanc a été créé avec un soin méticuleux par Jean-Philippe Miest.

03(@AlexandreVanBattel)_S.jpgPrivate collection Daniel Templon :
Christian Boltanski 'Reliquaire' (1990) Mixed techniques
Andy Warhol 'Portrait of Leo' (1973) Acrylic and silkscreen canvas
Martin Barré '67–Z–23' (1967) Acrylic on canvas, '67-Z-19' (1967) Oil on canvas
Robert Longo 'Study for Forest' (2009) Charcoal drawing
Christian Boltanski 'Boîte de Biscuits, 21 déc. 1970', 'Boîte de Biscuits, 1er janv. 1970' (1970), 'Boîte de Biscuits, 23 déc. 1969'
(1969), 'Boîte de Biscuits, 24 déc. 1969' Iron box and cover

Pour en savoir plus :
www.maisonparticuliere.be

Réagir à l'article





Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]


Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]