Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Le pôle culturel Max Jacob (Quimper) avance à grands pas (13-04-2011)

Le concours de maîtrise d’oeuvre portant sur la première phase du projet du pôle culturel Max Jacob, situé à Quimper, a été lancé en 2010. Plus de 70 équipes ont concouru. L’année 2011 sera consacrée aux études de maîtrise d’oeuvre. Le début des travaux de la première phase est prévu à partir de juillet 2012, pour une inauguration fin 2013. Communiqué.

Bâtiments Publics | Culture |

Le concours de maîtrise d’oeuvre portant sur la première phase du projet a été lancé en 2010. La ville recherchait une équipe d’architectes disposant aussi de compétences en matière d’acoustique, de scénographie, de paysagisme et de réalisation de bâtiments HQE. La première phase comprend en effet à la fois des réhabilitations (ancienne école Louis Pasteur, maison des jardiniers, pavillons devant Ti Ar Vro), une construction neuve (l’alvéole son) et la conception de l’ensemble des aménagements extérieurs du site.

Le 11 février 2011, il a été proposé au conseil municipal de retenir le projet des architectes nantais Berranger et Vincent. Lauréats des Nouveaux Albums des Jeunes Architectes en 2009-2010, ils ont été reconnus pour leurs projets de maisons individuelles et de logements collectifs en particulier. Pour le pôle Max Jacob, ils se sont associés au collectif Encore Heureux, qui réalise actuellement un équipement culturel flottant, le Petit Bain. Les paysagistes de Base (Bien Aménager son environnement) font également partie de l’équipe, ainsi que l’acousticien Acoustibel et les bureaux d’étude Ginger Etco et RFR Eléments (pour la démarche environnementale).

L’année 2011 sera consacrée aux études de maîtrise d’oeuvre. Une présentation du projet architectural aux habitants est prévue à la fin de l’année. Le début des travaux de la première phase est prévu à partir de juillet 2012, pour une inauguration fin 2013.

Le conseil municipal du 11 février 2011 a également valider le lancement en 2011 de la consultation de maîtrise d'oeuvre pour la deuxième phase du projet, qui correspond à la réhabilitation du théâtre Max Jacob. Cette réhabilitation permettra d’accueillir une diversité de propositions culturelles au sein du théâtre et d'y assurer l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

02(@PascalPerennec-MairieQuimper).jpgLe théâtre constitue un élément clé du projet du futur pôle culturel Max Jacob. Il deviendra ainsi un lieu de création et d’expérimentation au service d’un projet pluridisciplinaire. Le programme de réhabilitation envisagé respecte l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques des façades et toitures, à l’exception d’une intervention envisagée sur la façade arrière afin d’agrandir l’espace scénique. La fin des travaux de la deuxième phase est prévue pour fin 2015.

Une exposition présentant l’histoire du théâtre Max Jacob, ses transformations et ses usages, jusqu’au projet de pôle culturel, est programmée début juin dans le jardin du théâtre. Lors de cette exposition, le public pourra découvrir les esquisses du projet.

Réagir à l'article


Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]




Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]


Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]