Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Ouverture du Musée Lalique (22-03-2011)

Joaillier exceptionnel et grand maître du verre, René Lalique compte parmi les grands créateurs de l’Art nouveau et de l’Art Déco. Depuis 90 ans, les créations Lalique sont produites en Alsace à Wingen-sur-Moder. C’est dans cette région de tradition verrière que se crée le premier Musée Lalique, un lieu de mémoire à la hauteur du génie et du rayonnement de l’artiste, dont l'inauguration aura lieu fin juin 2011.

Bâtiments Publics | Culture | Bas-Rhin

Unique en Europe, le musée - imaginé par l’agence Wilmotte - a obtenu l’appellation Musée de France. Avec plus de 550 pièces exposées sur 900m², le musée présente les multiples facettes de l’oeuvre de Lalique et propose dans une scénographie résolument moderne, dessins, bijoux, flacons, arts de la table, luminaires, vases...

Le projet architectural

C’est à Wingen-sur-Moder, où René Lalique avait choisi d’implanter son usine en 1921, que le futur musée est aménagé. Il est implanté sur un ancien site verrier, en activité entre 1715 et 1868 et inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1996.

Le chantier est placé sous la direction de l’agence Wilmotte, associée aux architectes Chiodetti et Crupi de Colmar. Le respect du patrimoine bâti, la bonne intégration paysagère des nouveaux bâtiments, le choix des matériaux - béton, pierre, verre - et l’aménagement des jardins sont au coeur du projet. La création de ces jardins par les paysagistes Neveux et Rouyer, permettra de relier l’oeuvre de Lalique à la nature qu’il a tant observé. La scénographie est confiée à Ducks Scéno.

02(@WilmotteSA)_B.jpgLes collections du Musée

A l’entrée du musée, le visiteur est accueilli par un lustre monumental réalisé par Marc Lalique en 1951 pour l’exposition L’art du verre au Musée des arts décoratifs de Paris. Soixante ans après sa création, ce lustre exceptionnel de 1.700kg, composé de plus de 300 pièces et d’une hauteur de 3 mètres, a été entièrement restauré dans les ateliers Lalique à Wingensur-Moder afin d’être à nouveau présenté au public.

Le fonds du Musée s’est constitué grâce à des acquisitions, soutenues par les collectivités territoriales, le Fonds régional d’Acquisition pour les Musées mais également de nombreux mécènes. Il est également enrichi par des dépôts exceptionnels de la Société Lalique, de collectionneurs privés et de musées parisiens, comme les Arts Décoratifs ou le Musée des Arts et Métiers.

Un parcours scénographique permet de pénétrer dans la vie et l’oeuvre de René Lalique ainsi que celles de ses successeurs. Les différents espaces offrent un parcours rythmé, riche en découvertes et en émotions esthétiques. Pour le visiteur, ce sera l’occasion de se plonger dans les thèmes chers à Lalique, parmi lesquels «les 3 F» : Femme, Faune et Flore.

03(@WilmotteSA)_S.jpgFervent observateur de la nature, Lalique a exploré à travers ses créations toutes les possibilités décoratives de la faune et la flore, à un degré de perfection jamais égalé. Fasciné par la nature, il ne dénigre aucune espèce animale : serpents, perruches, sauterelles et autres scarabées sont réhabilités dans toute leur beauté sur des vases, pendulettes, carafes ou flacons.

Lalique ne fixe pas de limite et trouve une inspiration inépuisable, dans le corps des femmes. Courbes voluptueuses, rondes de nus ou déhanchés délicats célèbrent la femme que l’artiste aime douce et mystérieuse. Parallèlement à la mise en valeur de pièces d’exception, le musée a pour ambition de replacer la création Lalique dans son contexte historique, social ou technique...

Une belle occasion d’évoquer ses amitiés artistiques et littéraires et sa clientèle éclectique. Parmi elles, souverains britanniques, princes japonais, la comédienne Sarah Bernhardt ou le magnat du pétrole Calouste Gulbenkian, ami et mécène.

Des espaces d’immersion, favorisant l’approche sensorielle et utilisant des techniques audiovisuelles, sont consacrées à l’Exposition universelle de 1900 et à celle des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 qui marquent respectivement l’apogée de sa carrière de bijoutier puis celle de verrier. L’art sacré, un aspect peu connu de la création Lalique mais ô combien fascinant sera également valorisé.

Enfin, une table tactile permet de découvrir les différentes étapes de la fabrication du vase Bacchantes, créé par René Lalique en 1927 et toujours 'best seller' de nos jours.

Les hommes et les femmes qui perpétuent aujourd’hui encore les savoir-faire sont également mis à l’honneur au travers d’un film sur la manufacture qui dévoilera quelques uns des secrets de la magie du travail du cristal.

Informations pratiques

Musée Lalique
Rue de Hochberg | 67290 Wingen-sur-Moder
Tél. : 03.88.89.08.14
Mél : info@musee-lalique.com
Web : www.musee-lalique.com

Réagir à l'article





Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]