Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Interview | Ingénieur puis architecte : «Si c'était à refaire, je le referais» (17-03-2011)

Faisant partie de la première promotion d’élèves de l’INSA engagés dans le double cursus 'ingénieur puis architecte', Renaud Delaby a intégré la filière architecture de l’école après y avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en génie civil en juin 2010. «Un avantage», explique l’étudiant qui opérerait le même choix «si c’était à refaire».

Vie étudiante | Strasbourg

Le Courrier de l’Architecte : Pourquoi et quand avez-vous choisi de réaliser le double cursus 'ingénieur puis architecte' de l’INSA ?

Renaud Delaby : Les deux filières m’attiraient dès mon entrée à l’INSA. En fait, à mes yeux, les deux disciplines sont incomplètes. Les études d’ingénieur n’ont pas la dimension 'conception' qu’offrent les études d’architecture et si les aspects techniques sont bien abordés en architecture, ils n’y sont pas assez approfondis. Bref, dès le départ, mon intention était d’obtenir, à terme, les deux diplômes.

Dans la mesure où, quand j’ai intégré l’INSA, le double diplôme 'ingénieur puis architecte' n’existait pas encore, je pensais que je réaliserais mon diplôme d’architecte dans une autre école. Mais, entre temps, le double cursus fut mis en place. L’INSA de Strasbourg est la seule école à proposer les deux diplômes au sein du même établissement. Certains profs dispensent des cours dans les deux départements. Evoluer dans un tel cadre présente l’avantage d’acquérir très tôt la double culture ingénieur-architecte.

C’est-à-dire ?

Nous choisissons le double cursus dès la troisième année de notre formation d’ingénieur, en génie civil dans mon cas. Pour y postuler, nous fournissons un dossier comprenant notamment une lettre de motivation puis nous passons un entretien. Ce ne sont pas nos connaissances en architecture qui sont évaluées mais plutôt notre sensibilité en terme de culture architecturale. Cette sensibilité peut être facilement enrichie à l’INSA.

Pendant mon parcours d’ingénieur, j’ai pu assister à des conférences en architecture ainsi qu’aux présentations de diplômes. J’ai aussi participé aux charrettes d’étudiants en architecture. Car l’une des particularités de l’INSA est la charrette du PFE : pendant un mois, tout le département d’architecture aide les élèves-architectes à finaliser leurs diplômes et les ingénieurs peuvent y participer durant leur temps libre. C’est ce que j’ai fait.

Une fois que nous sommes engagés dans le double cursus, en plus de nos cours d’ingénieur, nous suivons des cours d’architecture pendant trois ans. Projet, formation plastique, théorie architecturale, histoire de l’art, nous abordons toutes ces matières. Enfin, suite au diplôme d’ingénieur, nous entrons directement en 4e année d’architecture, une première année à temps complet.

Quel est alors le contenu des cours ?

De manière générale, les cours sont très centrés autour du projet, ce qui est très différent des cours d’ingénieur, qui n’offrent pas cette culture du projet. Cette année, nous avons essentiellement travaillé l’échelle urbaine, ce qui est nouveau pour les élèves architectes comme pour ceux qui sont issus de la filière ingénieur.

En fait, les cours de la filière architecture sont plus perméables les uns aux autres. Les cours théoriques nourrissent notre réflexion et donc le projet alors que les enseignements théoriques de la filière ingénieur consistent surtout à assimiler des connaissances pour ensuite les restituer.

Pour autant, si les cultures des deux filières sont très différentes, il y a de vraies passerelles entre les deux. Par exemple, en 4e année d’architecture, dans le cadre d’un séminaire 'conception de projet', les élèves en architecture et les élèves ingénieurs collaborent en binôme. En l’occurrence, nous devons créer un bâtiment passif et chaque binôme réfléchit ensemble à des solutions.

En comptant la formation HMONP, le double cursus dure finalement huit ans. N’est-ce pas trop long ?

A partir du moment où nous sommes en HMO, c’est comme si nous travaillons donc non, ça n’est pas trop long. Et puis, même si je n’ai pas encore le recul nécessaire pour la qualifier, il est certain que nous avons une approche différente des architectes pur jus. J’ai pu constater cela en faisant des stages : nous avons autant de faciliter à dialoguer avec les architectes qu’avec les ingénieurs.

Si c’était à refaire, je referais le double diplôme et je le referais dans le même sens, ingénieur puis architecte. Cela correspond à ma sensibilité. En tout cas, avoir les deux volets est très enrichissant.

Propos recueillis par Emmanuelle Borne

Réactions

Aude | étudiante | Strasbourg | 05-02-2013 à 22:57:00

Très bel article Renaud!! J'ajoute un témoignage dans le cadre du double cursus INSA dans le sens inverse.
Il faut préciser que le double cursus existe également dans le sens architecte puis ingénieur dans différentes spécialités: génie civil, génie climatique et énergétique ainsi que topographe.
Le cursus dans le sens ingé-archi nécessite un plus grand investissement tout au long de la scolarité, il faut vraiment s'accrocher. Dans l'autre sens, la difficulté réside dans le retour au calcul niveau prépa. Mais c'est tout-à-fait faisable.

Imane | Etudiante | Maroc | 09-12-2012 à 15:42:00

j'ai beaucoup apprécié l'article : les questions pertinentes et les réponses m'ont aidé à avoir une idée claire sur ce que je désire étudier et ce que je veux être . Je réside au Maroc et je veux bien poursuivre mes études à L'INSA pour son double cursus : ingénieur puis architecte , je veux être les deux puisqu'un complète l'autre , j'aimerai bien forger ma personnalité en ayant les compétences des deux .

samyk | etudiant en architecture | kinshasa,R.D.Congo | 23-03-2011 à 17:59:00

moi je trouve que ce soit une tres bonne idée.mais essayé apres ceci de reagir enrealiste apres avoir interiorisé le sensible srait beaucoup plus interressant

Réagir à l'article


concours/annonces




Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]


Actualité |'Qui ne dit mot consent' : voix au chapitre pour les étudiants

Prévue pour être lancée en janvier 2013, la revue 'Qui ne dit mot consent' (QNDMC) est issue de l’initiative de douze étudiants de l’ENSA Lyon souhaitant conjuguer, autour de «grandes»...[Lire la suite]

Interview |Ingénieur puis architecte : «Si c'était à refaire, je le referais»

Faisant partie de la première promotion d’élèves de l’INSA engagés dans le double cursus 'ingénieur puis architecte', Renaud Delaby a intégré la filière architecture de...[Lire la suite]

Présentation |Grindbakken : l'intervention esthético-scientifique de Rotor

Les études d’architecture ne mènent pas à un seul et unique métier. En témoigne l’activité du collectif belge Rotor, qui s’étend de l’architecture à la recherche en...[Lire la suite]

Chronique |Fonctionnement structurel des coupoles en pierre de Mardin (Turquie)

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et...[Lire la suite]