Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Australie | Sauvage mais merveilleux (23-02-2011)

Dans un article, à l’étonnante structure, publié le 10 février 2011 dans le quotidien The Australian, Janne Ryan* présente Pixel, un bâtiment de bureaux à Melbourne : «le bâtiment le plus écologique d’Australie». Affichant un bilan carbone neutre, «l’enjeu de cet ouvrage est d’en faire une référence sur le marché immobilier australien», souligne Janne Ryan.

Bureaux | Melbourne | Dylan Brady

SAUVAGE MAIS MERVEILLEUX
Janne Ryan | Melbourne | The Australian

L’architecte
Dylan Brady, architecte et directeur du studio505, Melbourne.

Le client
Daniel Grollo,  PDG de Grocon.

Le bâtiment
Pixel, Melbourne.

L’histoire du client

Nous avons commencé à réfléchir à ce bâtiment en 2007 et nous connaissions Dylan [Brady] pour quelques-unes de ses réalisations. Dylan est un penseur innovant, il sait réfléchir hors des sentiers battus, comme ce fut le cas de l’ensemble de l’équipe à vrai dire. Nous avions besoin d’une équipe de consultants en conception architecturale comme en matière d’ingénierie, pouvant réellement saisir l’enjeu du bâtiment et proposer une solution. Les collaborations sont essentielles dans ce type d’entreprise.

Ce bâtiment m’est très cher. Il concerne l’avenir de Grocon, celui du secteur et celui de notre pays. Alors que j’en définissais l’enjeu, le chef de projet était le directeur de développement de Grocon, David Waldren. Dans ce métier, il faut travailler en équipe. Mon défi était de réunir les bonnes personnes, dotées d’une culture et d’une manière de penser en accord avec le projet.

Le développement durable est un domaine qui évolue bien plus rapidement qu’on ne le pense. Pixel est sans doute, pour l’instant, le bâtiment le plus écologique d’Australie (il est doté de six étoiles au classement Green Star) mais il sera rapidement obsolète et nous ne nous faisons pas d’illusion à ce sujet.

Nous avons en effet de l’expérience dans ce domaine. Nous avons construit le bâtiment AXA à Melbourne, qui est doté de cinq étoiles Green Star et, quand nous l’avons livré en 2006, cinq étoiles représentaient déjà le minimum en la matière. Aujourd’hui, nombreux sont les bâtiments affichant six étoiles.

Nous voulions aller plus loin encore. Le bâtiment Pixel est très important non seulement parce qu’il affiche un bilan carbone neutre mais également en ce qui concerne la promotion de notre activité. Nous fournissons des bureaux à des occupants qui ont besoin d’entrevoir à quoi ressemble leur avenir. En découvrant Pixel, ils sont encouragés à assurer l’avenir ('to future-proof') de leurs biens immobiliers et de leurs investissements. Mettons cela en perspective ; 80% du parc immobilier australien est loin d’atteindre les cinq étoiles au classement Green Star. Le gros défi est d’étendre le niveau de Pixel à l’ensemble du marché.

02(@BenHoskings)_S.jpgPremière impression du bâtiment :
Quand je l’ai vu pour la première fois, je l’ai trouvé étrange. La façade était inhabituelle. Avec ses brise-soleil colorés, il avait dès le départ un aspect particulier. En pénétrant dans le bâtiment et en comprenant pourquoi et comment il fonctionne, le système apparaît en fait très sophistiqué. En comprenant l’enjeu du système, votre appréciation change immédiatement.

Le vrai secret de Pixel réside ailleurs, dans la création d’une centrale d’énergie renouvelable... installée sur le toit du bâtiment. J’imagine tous les bâtiments en Australie dotés de leur propre station d’énergie renouvelable. Pixel prouve que c’est réalisable.

Il est intéressant de voir comment le développement durable change nos manières de penser. Quand nous avons construit Eureka (à Melbourne, l’un des bâtiments les plus hauts d’Australie), les gens disaient : 'oh, de l’ombre'. Mais les bâtiments de grande hauteur sont en fait durables car ils permettent de réduire l’empreinte écologique. Ils sont très efficaces en terme d’usage foncier. De ce point de vue, ils ont une raison d’être. Mais, d’un point de vue énergétique, ils sont obsolètes. Je pense que tel est l’enjeu de 80% du marché immobilier australien. Il s’agit d’étudier les moyens de réduire la consommation d’énergie et l’empreinte carbone dès la conception des bâtiments.

(...)

Plus grande réussite :
Je pense que c’est le fait d’être aux premières loges du développement durable de notre secteur en Australie. Nous avons développé un nouveau type de béton, comportant 50% de carbone en moins.

Plus grande frustration :
Tous les composants de Pixel sont en développement. De nombreuses choses vont évoluer... notamment en matière d’efficacité énergétique. Il s’agira de produire encore davantage d’énergie.

L’histoire de l’architecte

Je tentais de contacter David Waldren depuis environ quatre mois puis nous avions enfin prévu un rendez-vous. Quand il a appelé pour l’annuler, j’ai répondu : «Non, non, non, non. Je vais venir ne serait-ce que pour un café et discuter avec vous». Je ne pouvais laisser filer l’occasion. De fil en aiguille, j’ai rencontré Daniel Grollo et David Emery (le directeur général de l’ingénierie à Grocon) et d’autres acteurs majeurs.

Ils nous ont embauchés pour travailler sur un projet à Sydney, puis vint Pixel. Ils possédaient une parcelle sur le site United Brewery à Melbourne où ils souhaitaient construire un projet emblématique en terme de développement durable. C’est ainsi que Pixel est né. Nous nous sommes vu confier le projet et nous étions interpellés par l’idée d’un bâtiment au bilan carbone neutre. De plus, le site est si petit que construire à cet endroit était un défi à bien des égards.

Daniel a souvent une longueur d’avance sur vous. Il est investi dans son métier depuis longtemps et sait adopter de nombreux points de vue tel l’aspect réglementaire, les coûts ; bref, il a une vision globale. Nous avons trouvé en Daniel un excellent collaborateur qui était prêt à nous faire confiance en ce qui concerne notre domaine d’intervention - concevoir Pixel - et nous étions prêts à lui faire confiance en ce qui concerne son savoir-faire.

Pixel est un bâtiment expérimental - un laboratoire - né d’une collaboration complexe. La communication qui doit s’instaurer entre les membres de l’équipe permet de polir le diamant de façon à obtenir quelque chose qui satisfasse tout le monde. Le constructeur a une position nette sur certains aspects, le promoteur sur d’autres, les ingénieurs environnementaux sur d’autres encore et nous sur d’autres aussi. Le processus de conception permet de mettre en exergue ce qui est pertinent.

03(@BenHoskings)_B.jpgSur la présentation du bâtiment à Daniel :
La réaction à ce bâtiment est en partie motivée par sa façade. Nous avons argumenté de façon à obtenir un projet qui ne ressemble à aucun autre et, la première fois que nous l’avons présenté, il y avait beaucoup de sourcils froncés. Je pense que c’était à cause des couleurs mais nous étions convaincus que les couleurs étaient très importantes. Il y a environ neuf couleurs et tout réside dans leur répartition.

Le bâtiment est plutôt simple. C’est une boîte en verre dotée d’astuces écologiques, en partie intégrées à la façade, tel le contrôle solaire et le milieu humide planté en lisière - qui ressemble à un ruisseau - dont le rôle est de filtrer l’eau. Le bâtiment collecte ses eaux et les recycle entièrement. Il est aussi équipé d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques. Il est entièrement autonome en terme d’énergie.

Au sein de notre agence, nous ne nous attachons pas uniquement à l’architecture pour ensuite laisser la main aux ingénieurs. Nous réfléchissons tous les aspects de concert. Le projet Pixel est unique car il est petit, intégré et conçu avec finesse ; il comporte peu d’équipements secondaires. A plusieurs égards, le bâtiment est un équipement en soi, le sol intégrant les conduits, etc. En terme esthétique, il s’agissait de faire le plus possible avec le moins possible.

L’un des aspects les plus importants de Pixel est le béton, qui fut développé à l’occasion. Il dégage 50% de dioxyde de carbone en moins que n’importe quel autre béton. Cela représente une avancée considérable pour l’industrie de la construction et nous voulons l’employer sur des échelles plus conséquentes. Quand nous faisons la promotion du bâtiment Pixel en Chine les constructeurs et les promoteurs mettent l’accent sur ce béton. Nos clients chinois ont à coeur de réduire leur bilan carbone.

(...)

04(@studio505)_S.jpgPlus grande réussite :
D’avoir conçu et réalisé un bâtiment à la hauteur de ses enjeux. Tout le monde pense qu’un bâtiment est fini quand il est livré. En fait, avec cet ouvrage, la livraison représente un nouveau départ. Nous ne pourrons tirer des leçons de Pixel que d’ici quatre, cinq ans donc nous sommes toujours concernés par ce projet, il n’est pas encore derrière nous.

Plus grande frustration :
L’aspect extérieur n’est pas aussi abouti que je le souhaitais ; les combinaisons de couleurs ne sont pas satisfaisantes. Certaines finitions ne sont pas de qualité suffisante en raison des délais et du budget. L’architecture inclut des enjeux politiques.

Janne Ryan | The Australian
10-02-2011
Adapté par : Emmanuelle Borne

* Janne Ryan est une commissaire d’idées ('ideas curator'). Elle produit By Design pour ABC Radio National et est producteur exécutive de TEDxSydney2011.

Pour lire la version originale : www.theaustralian.com.au/news/features/wild-but-wonderful/story-e6frg8io-1226003593003

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Perraudin Architecte

La France, la Suisse, le Liban et le Sénégal furent des lieux de développement et de recherches sur la sobriété constructive. La terre non stabilisée a été éprouvée par les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Silvio d'Ascia Architecture

L’agence Silvio d’Ascia Architecture a livré en 2018 le projet « O’rigin », un immeuble de bureaux qui revendique une simplicité intemporelle à travers une architecture de pierre. L’agence...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de ChartierDalix

L'année 2018 de l’agence ChartierDalix c’est 7 chantiers dont la restructuration de la Caserne Lourcine à Paris 13e  en université de Droit Paris I, un bâtiment de bureaux entièrement en structure...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Search

L’Agence Search, fondée à Paris en 2005 par Caroline et Thomas Dubuisson, s’illustre dans des registres variés d’équipements publics et privés. L’actualité de l’agence concerne,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo