Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Erasmus, quoi, où, quand, comment ? (17-02-2011)

'L'herbe est plus verte ailleurs', 'les voyages forment la jeunesse'... Autant d'adages pour motiver un jeune étudiant en architecture à prendre la poudre d'escampette. Le programme d'échange Erasmus est l'opportunité de voir du pays, de parfaire ses connaissances linguistiques et de valider les enseignements reçus. Alors, quoi, où, quand, comment ? Réponses.

Vie étudiante | France

Quoi ?

Erasmus est un programme d'échange international : Erasmus pour l'Europe, Erasmus Mundus pour les pays non-européens. D'aucuns peuvent ainsi effectuer hors de France un semestre voire une année entière sans que des droits d'inscription supplémentaires leur soient exigés par l'université partenaire.

Les enseignements reçus lors de cet échange sont reconnus et pris en compte pour l'obtention du diplôme en France grâce aux équivalences permises par le système de crédits E.C.T.S. (European Credit Transfert System) - Erasmus seulement - et au contrat d'études signé par l'étudiant avec les deux écoles et/ou universités - Erasmus et Erasmus Mundus -.

Le contrat d'étude est l'un des documents du dossier de candidature. Il s'agit d'un programme d'étude où l'étudiant doit détailler l'ensemble des cours qu'il va suivre dans l'établissement d'accueil.

Quand ?

Il n'y a pas de règles. La mobilité étudiante est théoriquement ouverte à partir de la deuxième année du premier cycle, mais elle reste vivement conseillée en 3ème et 4ème année et déconseillée en 5ème année. Certaines écoles sont plus strictes et limitent cette possibilité à la 3ème et 4ème année, voire à la 3ème ou 4ème année uniquement.

Aussi, il est impératif d'être vigilant sans quoi le risque existe de s’y prendre trop tard pour présenter sa candidature. Il est donc préférable de se renseigner l'année précédant celle du départ voire dès la 2ème année. Les places sont rares donc meilleur est le dossier plus grandes sont les chances d'être retenu.

Où ?

Chaque école signe des accords bilatéraux et/ou des conventions dans le cadre d'échanges internationaux. Les sites internet de chaque école présentent une rubrique 'international' où est listé l'ensemble des établissements partenaires.

Le choix d'un pays et d'une école est personnel. Toutefois, il est vivement recommandé d'avoir un bon niveau de langue du pays d’accueil ou de prévoir, dans le cas de langue rare, une préparation linguistique avant le départ.

Par ailleurs, certaines écoles invitent les étudiants à communiquer avec ceux revenus de leurs échanges, de rencontrer les étudiants étrangers de passage à l'école et de discuter avec les enseignants dont certains connaissent les établissements d'accueil et qui seront donc les plus à même d'orienter leurs choix.

Comment partir ?

Le dossier de candidature est généralement composé d'une lettre de motivation (certaines écoles exigent une lettre de motivation à adresser à l'établissement d'accueil dans la langue du pays), d'un programme d'étude, parfois appelé projet pédagogique, d'un curriculum vitae et, souvent, d'un portfolio ou d'un carnet de référence.

Pour rappel, le programme d'étude est une liste des enseignements à suivre dans l'établissement d'accueil et du nombre d'ECTS que chacun représente.

Chaque dossier est examiné lors d'une procédure de sélection. Selon les écoles, un oral de langue peut être organisé en guise d'évaluation, un entretien de motivation peut également avoir lieu.

Comment financer ?

La candidature de l'étudiant retenue, reste à régler l'épineuse question du financement. Plusieurs aides sont disponibles et cumulables. Elles ne sont pas pour autant automatiques et nécessitent d'autres démarches administratives.

L'union européenne accorde une bourse Erasmus. Pour l'année 2009/2010, cette aide s'élevait à 150 euros/mois.

De son côté, le Ministère de la Culture et de la Communication accorde, une fois seulement lors d'un cursus, une aide à la mobilité. Pour l'année 2009/2010, cette aide était de 152 euros/mois pendant neuf mois maximum.

Régions, départements, villes peuvent également mettre en place d'autres systèmes d'aides financières.

Certaines écoles font remarquer toutefois qu'il est impératif de pouvoir disposer d'une autonomie financière de six mois.

Enfin parti ?

Presque ! Ne pas oublier le passeport, ce serait ballot !

Jean-Philippe Hugron

Réactions

zegnouni | Architecture | Tlemcen Algérie | 08-10-2017 à 13:39:00

je cherche une bourse pour financer mon projet de doctorat en france

Réagir à l'article


Enquête |Les HMONP, des têtes (plus ou moins) bien faites selon les points de vue

L’une des principales conséquences de la réforme LMD est la transformation du TPFE (Travail Personnel de Fin d’Etudes) en PFE (Projet de Fin d’Etudes), désormais conçu en six mois, contre une voire deux...[Lire la suite]


Chronique |Run Run Shaw Media Center : parcours au sein d'une architecture spectacle

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Actualité |ENSA de Strasbourg : à master franco-allemand, double diplôme

Nouveauté de la rentrée 2011 à l’ENSA Strasbourg, le master 'Cultures architecturales et projet urbain dans les Eurorégions' est issu d’un partenariat avec la Faculté d’architecture du KIT de...[Lire la suite]

Concours |Minimaousse, le concours qui met le pied à l'étrier

Jusqu’au 27 février 2011, les projets des lauréats de la 4ème édition du concours biennal de micro-architecture 'Minimaousse' sont exposés à la Cité de l’architecture et du patrimoine*....[Lire la suite]