tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Opinion | Architecte : nom propre [du français, architecte, circa 2011] (16-02-2011)

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, serait-il en retard d’une réforme ? Lors de son discours prononcé à l'occasion de la remise de l'Equerre d’Argent à Paris le lundi 31 janvier dernier, l’auto-proclamé «ministre des architectes» manquait en effet singulièrement de précision. De quels architectes parlait-il ?

France

Seize fois prononça-t-il le mot 'architecte' : les architectes sont «chers» au ministre, ils sont «créatifs», ils «dialoguent» avec le maître d’ouvrage, ils participent aux consultations du Président de la République, ils sont «force de proposition décisive» et au service de l’architecture, ils sont «exemplaires», etc.

L’architecte, dans ce discours émouvant - le ministre évoque «des impatiences réelles» - est souvent associé au verbe construire. Tous les architectes cités ont construit.

Que seraient donc des impatiences irréelles ? Et des architectes qui ne construiraient pas ?

Des néologismes !

En effet, des architectes qui ne peuvent pas construire existent désormais en France.

Voyons.

La première mention du mot architecte date d’un article, écrit il y a quatre mille ans ou presque, du code de Hammurabi, premier code civil de l’histoire de l’humanité. Il est écrit que tout architecte dont la maison s’écroule et tue le propriétaire sera exécuté*.

En 1510, l’architecte est la «personne qui, par profession, trace les plans d'un édifice et en contrôle la construction».

En 2011, le Larousse affirme encore : «L'architecte a pour fonction d'organiser, de concevoir et d'établir un projet de construction ou un programme de rénovation, d'en préparer, diriger et contrôler la mise en oeuvre et les coûts». Le Robert idem.

En anglais ? «One who designs and supervises the construction of buildings or other large structures».

Certes, il est entendu depuis longtemps, pour citer le Robert encore, que l’on dit de celui qui élabore quelque chose qu’il en est l’architecte. 'L’architecte du Cosmos' par exemple.

Mais aujourd’hui, en France (et que le monde prenne note), nous avons inventé une nouvelle définition. Ici, quiconque a fait un master d’architecture (5 ans) est désormais architecte en titre - diplômé d’Etat bien sûr, c’est le moins - et peut s’inscrire à l’Ordre.

Sauf qu’il ne peut pas construire.

C’est dans les bureaux du ministère de la Culture que, le 29 juin 2005, le Conseil Supérieur de l'Enseignement de l'Architecture (CSEA), réglementairement consulté sur toute modification concernant l'organisation du régime des études d'architecture, a entériné, à l'issue d'un vote, l'arrêté relatif à 'l'habilitation à exercer la maîtrise d'oeuvre en son nom propre', une mention aujourd’hui obligatoire.

L’architecte de cette réforme sémantique, et de sa mise en oeuvre, est Ann-José Arlot, architecte circa 2011 (c’est le Who’s who in France qui l’affirme) et haut fonctionnaire qui était, à l’époque, directrice de la DAPA et aujourd’hui conseillère du ministre de la Culture, qu’elle accompagnait d’ailleurs lors de son discours de remise de l’Equerre d’Argent à la Cité de l’Architecture.

C’est pourquoi il est étonnant que Frédéric Mitterrand ne se montre plus clair dans son vocabulaire En effet, dans ce discours, le ministre de la Culture parle d’évidence des architectes en usant de l’ancienne définition. Il a oublié la réforme de son ministère.

Laquelle est pourtant preuve sans doute du génie français. Il suffit pour s’en convaincre de consulter le site de l’Ordre. Deux cases :


Dans la première : 'Un architecte pour concevoir votre projet' ;
Dans la seconde : 'Un architecte exerçant une autre activité'.

Un architecte est aussi, désormais, quelqu’un qui exerce une autre activité que l’architecture.

Cocorico !

Un néologisme assurément.

Il faut prévenir les dictionnaires.

Christophe Leray

* Plus précisément : un architecte qui a réalisé une maison qui s'est effondrée sur ses occupants et ayant causé la mort du propriétaire, sera exécuté. Si c'est le fils du propriétaire qui est tué, on tuera le fils de l'architecte. Si c'est un esclave du propriétaire qui est tué, l'architecte devra lui fournir un nouvel esclave.

Réactions

nanou67 | étudiante | 03-01-2014 à 16:36:00

Faux! Un architecte DE (diplômé d'Etat) ne peut pas s'inscrire à l'Ordre: voir le lien ci-après du site de l'Ordre: http://www.architectes.org/exercer-la-profession/questions-reponses-pour-les-professionnels/s-inscrire-a-l-ordre/je-suis-titulaire-du-diplome-d2019etat-d2019architecte-puis-je-m2019inscrire-a-l2019ordre.
Renseignez-vous avant d'écrire n'importe quoi! Et d'ailleurs, pourquoi un architecte ne pourrait-il pas faire autre chose que construire? Notre formation est assez riche pour nous ouvrir des tas de portes et de possibilités, elle nous permet de développer des compétences qui vont au-delà de du cadre de la maîtrise d’œuvre!

nuno | étudiant | 19-02-2011 à 17:25:00

Seraient-ce des jérémiades plaintives sur le sort des libéraux qui travaillent seuls avec leur portable dans le garage de leurs parents ? Je connais des architectes diplômés d'état (DE) qui n'ont pas trouvé un intérêt évident à passer dans la poursuite de leur DE une habilitation à la maîtrise d'oeuvre en nom propres (HMONP). ET pourtant... certains d'entre eux en sont déjà à plusieurs projets (dont des concours publics) qu'ils ont conçus et réalisés de A à Z au sein d'agences où ils sont chefs de projet voire chef d'agence. Avec ou sans HMONP, on peut construire. Au bout de quelques années de pratique avérée, on peut signer en nom propre (système de VAE). Le tout me semble plutôt d'y croire et de rester humble.

300546 | ARCHITECTE dplg | FRANCHE COMTE | 17-02-2011 à 08:55:00

Nous serons donc encore des "imprécis", des courageux à supporter tellement d'incompétences, à être confronté à la médiocrité de tant de décideurs,mais nous continuerons à revendiquer notre savoir faire, nous avancerons dans nos "galères" avec détermination et nous accompagnerons les jeunes qui sont tous dans "l'embarra". Depuis 30 ans, je galère mais je suis dans mon rôle d'architecte, je veux continuer et revendiquer notre présence forte dans l'avenir du monde, dans le soutien des jeunes et de nos enfants. Mes 64 ans d'aujourd'hui me rendent encore plus déterminé à poursuivre ... Merci de ce bon article .

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]

elzinc

Album-photos |A Santiago, Teodoro Fernández et l'urgence de la légèreté

Pour abriter les nouveaux locaux du Bureau National d’Urgence du Ministère de l’Intérieur chilien (ONEMI), Teodoro Fernández, architecte, a conçu à partir d’une situation existante un ensemble...[Lire la suite]


elzinc

Album-photos |A Santiago, Teodoro Fernández et l'urgence de la légèreté

Pour abriter les nouveaux locaux du Bureau National d’Urgence du Ministère de l’Intérieur chilien (ONEMI), Teodoro Fernández, architecte, a conçu à partir d’une situation existante un ensemble...[Lire la suite]

elzinc novembre

Présentation |Fernando Menis, volcan, soupe et kilomètre zéro

Depuis Tenerife, Fernando Menis imagine une architecture tellurique, quasi volcanique. La plupart de ses édifices sont d’imposantes structures minérales, plus ou moins torturées, autant que peuvent l’être...[Lire la suite]

elzinc

Actualité |Niemeyer, d'outre-tombe

Cinq ans après sa mort, l'architecte brésilien promet encore des chantiers et des réalisations. Le dessin aurait été imaginé peu avant sa mort en 2012. Son commanditaire promet sa concrétisation d'ici...[Lire la suite]

elzinc novembre

Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]