Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

France | Architectures d'une station : Flaine, création de Marcel Breuer (08-02-2011)

Conçue dans les années soixante par Marcel Breuer, l’un des grands architectes américains du XXe siècle, ancien maître du Bauhaus, Flaine s’affirme comme résolument moderne et radicale. Le béton brut des immeubles dans un site montagnard de haute altitude fascine les uns et dérange les autres. L’expression architecturale de Marcel Breuer suscite toujours au XXIe siècle une certaine incompréhension de la part de l’opinion publique...

Béton | Haute-Savoie | Marcel Breuer

D’un point de vue historique, Flaine est une station intégrée, occupant une place particulière dans l’architecture des paysages alpins. Créée dans la période d’euphorie des Trente Glorieuses (1945-1973), pure réalisation d’une société qui tendait à développer ses loisirs, ce nouveau prototype de stations, dites de 3ème génération, a contribué à populariser la pratique du ski.

Certains paysages d’altitude vont alors subir une transformation radicale : de nouveaux modèles urbanistiques, architecturaux et culturels s’inscrivent brutalement dans l’espace vierge des alpages, sans relation apparente avec le patrimoine local. Ces nouvelles villes à la montagne, destinées à une clientèle étrangère et française, correspondent à une volonté novatrice de satisfaire à la pratique des sports d’hiver par l’aménagement d’équipements spécifiques.

Eric Boissonnas, amoureux de la montagne et skieur confirmé, son épouse Sylvie née Schlumberger, passionnée d’art moderne, son frère Rémi Boissonnas ainsi qu’un collège d’architectes talentueux composé de Gérard Chervaz, Laurent Chappis, Denys Pradelle, André Gaillard, sont, avec Marcel Breuer, les principaux acteurs de cette aventure savoyarde dans la France des Trente Glorieuses.

Outre-Atlantique, Eric et Sylvie Boissonnas sont sensibles aux courants architecturaux de l’avant-garde américaine, qu’il s’agisse de Marcel Breuer, Richard Neutra, Philippe Johnson, Mies Van der Rohe ou Rudolf Schindler. Dès le début de son projet, Eric Boissonnas pense à Marcel Breuer pour dessiner la future chapelle oecuménique de Flaine. Il admire «son talent, sa manière de se remettre constamment en question, son aptitude à voir aussitôt le parti qu’il pouvait tirer d’une nouvelle technique et aussi, très important, son contact humain plein de chaleur qui devait rendre possible sa coopération avec les architectes urbanistes français».

La construction et l'architecture de Flaine

Le Flaine de Marcel Breuer a été construit de 1960 à 1976 par Marcel Breuer and Associates selon le projet qu’il avait conçu en dialogue constant avec les fondateurs Eric et Sylvie Boissonnas. La vocation première de Flaine est d’implanter en France un bon exemple d’architecture et d’urbanisme.

«L’architecture de Flaine est un exemple d’application du principe d’ombre et de lumière que j’ai adopté. Les façades des bâtiments sont taillées comme des pointes de diamant. Les rayons de soleil frappent leurs facettes sous des angles différents ; des éclairages contrastés résultent de leur réflexion», dira l'architecte.

Devant la beauté du massif, la première réaction de Marcel Breuer : «Comment faire pour ne pas le gâter ?» se nuancera bientôt : «Nous le gâterons le moins possible». Pour les Boissonnas, la force de l’architecture de Marcel Breuer - héritier des conceptions architecturales et esthétiques du Bauhaus -, une certaine rudesse, la rusticité du traitement des matériaux, jusqu’à son aspect physique, paraissaient s’accorder avec la montagne.

Marcel Breuer utilise des matériaux très simples comme le béton, la pierre locale et trois essences de bois différentes pour composer une oeuvre architecturale sculpturale. Si «l’art doit naître du matériau», à Flaine cette affirmation de Jean Dubuffet se concrétise avec force et splendeur.

A la base des bâtiments, au niveau du soubassement, on découvre des éléments de murs appareillés en opus incertum, composés de pierres de calcaire extraites des carrières de Sixt dans la vallée du Haut Giffre. Leur couleur, plus foncée que le béton, s’harmonise avec la roche calcaire des falaises. Le bois de couleur blond-roux utilisé pour le châssis des fenêtres est le doussié. Le méranti, bois traité de couleur sombre, sera employé ultérieurement. Le sapin se retrouve dans les garde-corps et dans certains bardages.

Les panneaux préfabriqués en béton alliés à la pierre locale et à différentes essences de bois témoignent d’une qualité plastique et d’exécution remarquable.

02(@PhotozoomFlaine)_B.jpgDans l’expression plastique de l’architecture de Marcel Breuer, le rythme occupe une place importante. Sur les façades de béton gris laiteux, sévères et douces, les fenêtres défilent groupées deux par deux ou quatre par quatre au milieu des panneaux en longues bandes parallèles.

Les balcons surplombent le vide, orchestrés en rangées à l’ordonnance rigoureuse et équilibrée (Le Flaine, Bételgeuse). A Flaine, le traitement particulier de chaque façade dénote une volonté de composer différemment sans aucune monotonie pour éviter une architecture répétitive.

Fidèle à l’esprit du Bauhaus, Marcel Breuer ne se limite pas à une création purement architecturale. En dialogue constant avec Sylvie Boissonnas, il emploie son talent de designer pour agencer l’intérieur des hôtels et des appartements de la station. La participation des plus grands designers contemporains à l’agencement des intérieurs démontre l’esprit d’avant-garde des promoteurs de la station.

Marcel Breuer, auquel tout était confié à l’exception de la piscine et des gares de téléphérique, a tenu à détailler lui-même les lampadaires de l’éclairage public, certaines structures des remontées mécaniques, les cheminées adaptées au salon de chaque hôtel et le mobilier de la chapelle : autel, bancs, chandeliers.

La construction de Flaine a commencé en 1963, mais fut interrompue en 1964 pour trois ans parce que les pouvoirs publics ne parvenaient pas à acquérir les terrains d’emprise de la route d’accès à partir des Carroz d’Arâches. Les travaux reprirent en 1967. La station entrouvrit en 1967 et ouvrit réellement pour Noël 1968 avec deux hôtels, un immeuble d’appartements, un centre commercial embryonnaire et un réseau déjà puissant de remontées mécaniques.

En 1977, Marcel Breuer se retire, ses associés Marcel Breuer Associates (MBA) à New York, Robert Gatje et à Paris, Mario Jossa et Daniel Chiquet continuent la construction de Flaine selon le plan de masse qu’il avait établi. Ils le complèteront par la construction en 1986 de l’Auditorium et en 1988 de la Galerie Marchande de Flaine Forêt et des gares de l’ascenseur n°2.

L'hôtel Le Flaine et l'immeuble Bételgeuse, premières réalisations à Flaine, ont été classés à l'inventaire des monuments historiques de France en 1991.

Réactions

PC 74 | Maitre d'oeuvre | Haute savoie | 18-01-2017 à 11:14:00

J'ai travaillé avec MBA dans les années 75/81 sur le Go de Flaine Foret
J'ai bien aimé et garde un bon souvenir.

bambou | archi-intérieur | Grenoble | 11-02-2011 à 15:16:00

Flaine restera pour moi un exemple...tant de souvenirs s'y rattachent..je n'ai plus aimé le ski lorsque je n'ai plus pu y aller...

Réagir à l'article


Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]




Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]


Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]