Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Musée Volubilis (Meknès, Maroc), ou l'architecture escamotée (08-12-2010)

Reconnue au Maroc, moins connue en France, l’agence Kilo architectures (Linna Choi, Tarik Oualalou, Abderrahim Kassou, Mustapha Chakib) a livré à Meknès, en 2009, le musée Volubilis, dont l’objectif est de sensibiliser le public à l’un des sites archéologiques «les plus représentatifs de l’Afrique du nord». Présentation d’un bâtiment qui se soustrait au regard.

Bâtiments Publics | Culture | Béton | Bois | Maroc | Oualalou+Choi

Conçu comme une étape du parcours tracé au sein du site archéologique Volubilis, classé patrimoine universel par l’UNESCO, «le musée Volubilis n’est pas un bâtiment qu’on visite mais un bâtiment qu’on traverse», souligne Tarik Oualalou, cofondateur, avec Linna Choi, de Kilo architectures en 2000.

Enjeu du projet, le site, situé dans la banlieue de Meknès, à 185km de Rabat, fut surtout source d’inspiration. «Le patrimoine végétal n’a pas changé depuis 2.000 ans ; le visiteur découvre ce que voyaient les romains en leur temps». Par ailleurs, le défi était de construire sur «un sol instable».

Pour préserver la vue, «nous avons créé un bâtiment enterré» ; pour remédier aux fragiles fondations, «les différents volumes du bâtiment de 4.500m² sont suspendus le long d’un mur de soutènement de 6 mètres de large sur 250 mètres de long».

A la succession de volumes fait écho une construction stratifiée, composée de béton, «ce qui reste quand tout le reste s’en va», des éléments de maçonnerie et enfin des brise-soleils en bois.

«Nous avons toujours été fascinés par la question de la ruine mais, plutôt que de faire une mimique stylistique, nous avons retenu l’idée de disparition progressive de l’architecture, de dégradation», explique Tarik Oualalou.

02(@LucBoegly)_B.jpgParmi les impératifs du projet, il était indispensable de «créer de l’ombre» sur un site aux températures avoisinant les 55°C. D’où la réduction au strict minimum des ouvertures, la création d’un «escalier-amphithéâtre» en partie protégé, lequel mène au centre d’interprétation installé sous le volume suspendu du musée. Les visiteurs y prennent connaissance de l’Histoire du lieu avant de continuer leur découverte in situ.

Le musée ne fera partie du parcours qu’en mars 2011, quand l’UNESCO y installera quelques pièces excavées, «sachant que les vestiges les plus conséquents sont destinés au Musée archéologique de Rabat». Ceci expliquant sans doute le budget «minuscule» du projet.

Kilo architectures a fait de la contrainte son parti-pris. «Nous avons travaillé avec de petites entreprises de manière artisanale». Résultat : «une écriture brutaliste, qui fut difficile à faire passer auprès de l’UNESCO».

«Nous n’avons pas cherché à obtenir un béton à la Zumthor». Ici, le béton banché, confectionné à la main «comme on fait la cuisine», est doté d’une véritable épaisseur. Tarik Oualalou estime que là réside l’identité de cette architecture, au creux d’un béton «acnéique», loin des pastiches traditionnels.

03(@LucBoegly)_B.jpgQui plus est, les brise-soleils enveloppant les volumes du musée sont issus du bois ayant servi à bancher le béton. Ou comment transformer la contrainte économique en processus écologique.

La baie vitrée du musée, l’une des rares ouvertures du bâtiment, se déploie d’un seul tenant. Pas de menuiseries, le joint est sec, «un effet qu’il n’est plus possible d’obtenir en France où sévissent les contraintes thermiques», observe Tarik Oualalou. «Pour nous, le Maroc est un véritable terrain d’expérimentation», dit-il.

Le cofondateur de Kilo architectures estime que le musée «n’est pas très photogénique». En fait, les images dépeuplées sont peu fidèles à la réalité. «Ce musée prend son sens avec ses visiteurs, jusqu’à 10.000 par jour». Les photographies ne véhiculent pas non plus «l’odeur incroyable du bois de cèdre qui saisit le visiteur en passant sous le volume suspendu du musée».

La fierté des architectes est perceptible. «Un architecte peut-il avouer avoir un projet préféré ?». En tout cas, ils sont «fiers d’avoir fait ce bâtiment là et de l’avoir fait sur ce site là».

04(@LucBoegly)_B.jpg «Nous ne sommes pas des architectes de la dent creuse», concluent-ils. Arriver en terrain déterminé, où l’intervention du maître d’oeuvre se restreint à «fabriquer de la peau», ne les intéresse pas. Les associés de Kilo architectures aiment ces espaces «où tout est à faire». Surtout quand il leur est possible de tout défaire.

«Ce qui disparaît est fabuleux», répètent-ils à l’envi.

Emmanuelle Borne

Fiche technique :

Programme : Musée archéologique

Lieu : Volubilis, Maroc

Maître d’ouvrage : Ministère de la culture, Royaume du Maroc

Architectes : Kilo Architectures (Linna Choi, Tarik Oualalou, Abderrahim Kassou, Mustapha Chakib)

Superficie : 4.200m²

Coût : 3,8M€

Calendrier : 2004-2009

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bruno Gaudin Architectes

Parmi les belles actualités de l'agence Bruno Gaudin Architectes, deux équipements culturels singuliers qui s'inscrivent dans une démarche de valorisation du patrimoine ont été récemment livrés. Un...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Tolila+Gilliland

En 2018, deux chantiers terminent et deux démarrent.  Six concours et trois permis de construire ont fait une année pleine ! Notre travail commun avec TVK sur l’ilot O8 à Batignolles s’est terminé avec une...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de SCAU

Une année 2018 pleine d’effervescence pour le collectif de SCAU : Search & Create Alternative Uses !... A commencer par la sortie en librairie aux éditions Park Books de Creatures of the City qui donne à lire de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de 2/3/4/

La tour des Jardins de l’Arche est lauréate au BIM d’Argent 2018 dans la catégorie des projets supérieurs à 40 000 m² en neuf. 2/3/4/ urbanisme et paysage : lauréats de la mission de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Métra+Associés

La livraison du collège et de la crèche rue des Pyrénées et des maraîchers dans le 20ème arrondissement de Paris  achève le grand projet mixte de remodelage urbain regroupant un centre-bus de la...[Lire la suite]