Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Concours | Urbanité suspendue : l’acier au service de la ville dense et poreuse (01/2013)

Troisième prix ex aequo de l’édition 2013 du concours Construire Acier, ce projet signé Karine Bergevin et Alexandra de la Chapelle est issu d’une réflexion sur le cœur d’îlot haussmannien. «Nous avons cherché à repenser l’îlot comme un écrin. Il s’agit ici de créer la ville dense et poreuse en requalifiant l’espace urbain résiduel», précisent-elles.

ENSA Paris Belleville | Logement collectif

Nous proposons une intervention sur l’immeuble du 61, rue de la Croix Nivert situé dans le XVème arrondissement à Paris.

Notre choix a été guidé par le caractère atypique du bâtiment et par l’apparente nécessité d’y mener une réflexion pour améliorer la situation urbaine et architecturale existante.

La parcelle est située en tête d’ilot au niveau de la patte d’oie entre la rue de la Croix Nivert et la rue Joseph Liouville. Le bâtiment est implanté en retrait de l’alignement sur rue. Seule une partie en rez-de-chaussée, à l’arrière de l’édifice, vient s’adosser partiellement aux immeubles mitoyens. Les deux façades principales ne sont pas parallèles à l’alignement, ce qui dégage des espaces extérieurs privatifs en pied d’immeuble.

L’observation des limites cadastrales met en évidence la fragmentation du tissu en ces lieux. L’îlot été construit de manière hétéroclite et décousue dans le temps. Dans un tissu environnant fortement marqué par l’urbanisme classique Haussmannien, l’alignement en façade nous a semblé un dispositif favorisant l’unité du tissu.

Cette réflexion sur la périphérie de l’îlot nous a amené à questionner son négatif : la cour, le cœur d’îlot. Nous avons vu dans cet espace un dénominateur commun potentiel des diverses opérations composant l’îlot.

En réorganisant les accès existants, nous avons cherché à repenser l’îlot comme un écrin. Il s’agit ici de créer la ville dense et poreuse en requalifiant l’espace urbain résiduel.

02-K.Bergevin-A.delaChapelle-.jpgL’immeuble est aujourd’hui à usage mixte. Le rez-de-chaussée est entièrement occupé par un bureau de poste, les sept niveaux supérieurs sont utilisés en foyer pour travailleurs et ne sont accessibles que depuis le premier étage.

Afin de ménager un accès direct aux logements depuis le rez-de-chaussée, nous avons choisi de déplacer une partie des locaux de la poste sur la surface cadastrale résiduelle à l’ouest du bâtiment. Il s’agissait également de générer une ouverture visuelle sur le cœur d’îlot  du côté est du bâtiment, créant un appel en direction des halls d’entrée des logements.

Dans le cadre de l’amélioration de l’accessibilité et compte tenu des travaux importants envisagés sur l’immeuble, nous proposons le remplacement des distributions verticales existantes de manière à permettre l’accessibilité totale au bâtiment. L’ensemble des logements projetés est ainsi PMR.

Les dispositions constructives du bâtiment présentent une structure béton assez rigide qui a été conçue pour un programme bien spécifique, à savoir un foyer de travailleurs composé de chambres d’une surface de 13m² environ.

L’augmentation des surfaces de logement implique la mise en relation des chambres à travers les voiles béton. La dimension des percements dans les porteurs est différente selon les typologies créées mais s’est toujours voulue minimum.

Pour limiter les travaux de gros œuvre sur la construction existante, tout en développant de plus grandes typologies de logements (du T2 au T5), nous avons développé un système d’extension sous forme de greffe en façade.

03-K.Bergevin-A.delaChapelle-.jpgNe disposant que d’une connaissance partielle de la nature et l’état des structures existantes, nous avons choisit de nous affranchir de la question structurelle en développant des extensions avec une structure acier autoportante.

Par ailleurs, nous avons voulu faire de l’acier  un élément central de composition de la façade. L’ensemble des extensions se composent de panneaux modulaires en acier alternativement utilisés comme parement opaque, volet ou brise soleil.

La conception de la matérialité du projet s’est voulu une exploration des potentialités de l’acier sous toutes ses formes, de la structure jusqu’au second œuvre.

Karine Bergevin
Alexandra de la Chapelle

Réagir à ce projet

Entretien |«La profession a raté son mariage avec les écoles»

Jean-Philippe Erwan-Le Boeuf, architecte et cofondateur de l’agence Calq architecture, déplore «la rupture entre les écoles d’architecture et la profession» en ce qui concerne les architectes engagés dans...[Lire la suite]


Interview |Architecture : année zéro

Franchir le pas, s’inscrire en école d’architecture, avec ou sans bagage ? Qu’importe. David Tajchman, enseignant à l’Ecole Spéciale d’Architecture, prône un nouveau départ hors des...[Lire la suite]