Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Autre | Territoire Innovation et Valorisation - Poids plume? (01/2013)

Dans le sud, climat et lumière implique le travail de la masse. Ce projet, pour l’extension du chai de Technilium n’y réchappe pas. L’ambition est alors une réflexion sur pesanteur et apesanteur. En somme, comment faire flotter l’architecture et donner aux volumes toute leur légèreté.

ENSA Montpellier | Architecture industrielle

Ma volonté première en ce qui concerne l’extension du chai de Technilum était de recréer un milieu qui permettrait de canaliser la vue pour découvrir le chai de façon moins brutale au sein de ce vaste paysage. Pour recréer ce milieu j’ai choisi d’avoir des structures interconnectées en opposition à une expansion massive unique.

Pour concevoir ce nouveau milieu au sein du site de Lezigno, il y a eu trois étapes principales : - dégager une artère autour de laquelle viendraient s’organiser des volumes simples. - une extrusion de ces volumes simples, pour les dissocier et différencier la fonction et l’usage de chacun - un glissement de certains volumes pour dilater des espaces ou avoir une emprise plus forte dans l’artère principale. (Par exemple le volume d’accueil) Après ces étapes ayant permi l’émergence de ces blocs bruts, articulés autour d’un axe, je n’ai pas voulu que la massivité se ressente dans ces volumes mais plutôt dans le terrain lui même.

En opposition à la force et l’emprise sur le paysage du terrain de lezigno, j’ai souhaité que ces volumes apparaissent avec légèreté lorsqu’un visiteur approcherait du site de Lezigno. Pour entrainer cette légèreté des volumes j’ai choisi de donner une impression de flottement au dessus du site de Lezigno.

perspective-1.jpgEnsuite pour réaliser ces différentes étapes, j’ai choisi des matériaux en fonction de l’attente et de l’effet que je voulais donner à cette extension du chai de Technilum. Le béton est utilisé dans le parking, dans l’artère principale, ainsi que dans le cheminement au travers du champ.

J’ai choisi ce matériau pour que l’on ressente la force du terrain dans lequel on s’immisce jusqu'à la découverte du chai. Dans l’artère principale je n’ai pas choisi de traiter le sol en béton (en effet, il y a du bois au sol), car j’ai estimé que cela ne devait pas être le sol qui devait être marqué par cette brutalité et cette force, mais plutôt la tranche du terrain uniquement. Cela permet de ressentir que cette tranche est vraiment abrupte en opposition aux volumes qui vont en émerger.

plan.jpgEn ce qui concerne le traitement des volumes les matériaux sont les suivants : du vitrage dans l’artère principale, puis, pour toute la partie émergente des volumes, j’ai employé du polycarbonate. Ce changement de matériau permet de distinguer la partie immergée et émergée des volumes. Le vitrage donne l’occasion de trancher avec la massivité du terrain en apportant de la transparence.

De plus j’ai décidé que cette partie émergente soit translucide et non transparente, pour canaliser ce milieu recréé. Ce polycarbonate permet la journée de donner une ambiance éthérée et la nuit d’irradier et propager sa lumière au sein du site de Lezigno.

De plus pour compléter cette sensation de légèreté¬ grâce aux matériaux, un décalage de la partie émergente en polycarbonate d’environ 50 cm par rapport au vitrage, renforce cet aspect de flottement, lévitation au dessus du champ en friche de Lezigno.

Anastasia Oravecz

Réagir à ce projet

Réactions

14-03-2013

magnifique !

09-03-2013

Parfait

07-03-2013

Une extrudation géniale! Un projet prometteur!