tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | Requalification du patrimoine industriel - Exploration de variables (05/2012)

A Shanghai, le patrimoine industriel perd sa spécificité alors qu’il est requalifié en commerce. Il n’en est dès lors que plus monotone et constant. La requalification est toutefois une ‘cofonction’ où de nombreuses variables permettent aux sites industriels de devenir uniques et diversifiés.

Ecole Spéciale d'Architecture | Patrimoine

Shanghai est le lieu de naissance de l'industrie en Chine. Dans le centre ville, il existe de nombreux secteurs industriels, surtout au bord de la rivière Huangpu. Avec la régularisation industrielle, environ 66,2 km² d'usines sont face à différents choix. Parmi eux, le déplacement vers la banlieue. De ce fait, les usines abandonnées deviennent des friches en plein centre ville. Beaucoup trouvent que ces grands espaces peuvent répondre aux besoins de presque toutes les activités. Mais face à l'évolution et à la requalification d'un bâti, notamment en vue d'un profit commercial et d'un développement d’immobilier, le patrimoine industriel perd malheureusement ses spécificités. Tous, sont occupés par des mêmes programmes commerciaux. Cette manière de requalifier sacrifice leurs spécificités et ces édifices n'en deviennent que plus monotones, comme une constante. d-02.jpgPar la requalification au profit de commerce, les patrimoines industriels perdent malheureusement leurs spécificités. Ils deviennent monotones, comme une constante. Mais la requalification des patrimoines industriels est effectivement une cofonction. Il y a plein de variables comme l'histoire, le contexte, la fonction avant, le type d'espace, la structure, l'usager, etc. Les résultats sont nombreux. Toutes ces variables permettent au patrimoine industriel de devenir unique et diversifié. Notre objectif est de réaliser cette idée par l'exploration de ces variables. Notre site est le chantier naval de Jiangnan qui représente le développement de l’industrie en Chine. Pour l'exposition universelle à Shanghai en 2010, l’ensemble du chantier naval a été déplacé vers la banlieue. Nous espérons que cet ancien site peut jouer un rôle important dans le développement urbain. Ainsi, nous avons besoin d’établir un nouveau contexte de narration. Selon l’état de lieu, nous proposons un aménagement en vue d'améliorer le réseau viaire, de renforcer les liaisons douces, d'ouvrir les ilots, de diminuer la hauteur des bâtiments et de favoriser les déplacements à pied et en vélo. Dans ce nouveau contexte, nous avons choisi deux épisodes comme notre projet architectural - la requalification de l'usine d'assemblage et les trois cales sèches. Episode I - cité d’assemblage Avant, des bateaux en pièces détachées étaient assemblés dans l'usine d'assemblage. Après l’exposition universelle, tous les équipements temporaires à l’intérieur ont été démolis, à l'exception des structures. Elle est donc vide. Pour nous, le point intéressant est son grand espace neutre et non-défini. Il a plein de possibilités. L’usine peut créer des espaces pour les activités diverses. Nous espérons conserver cette spécificité dans notre projet. Donc le premier variable est l’indétermination programmatique. d-03.jpgMais on pense que la requalification est effectivement une cofonction.Il y a plein de variables comme l'histoire, le contexte, la fonction avant, le type d'espace, la structure et le usager qui permettent des patrimoines industriel de devenir uniques Comment réaliser cette indétermination dans notre projet ? Parce qu’il était une usine d’assemblage, toutes les pièces peuvent être assemblées et son espace ne cesse de varier. Ainsi, nous espèrons que dans notre projet, les espaces d’activité peuvent être assemblés et transformés. Donc la deuxième variable est l’assemblage. Pour assembler des espaces différents, nous recherchons des éléments dans des activités quotidiennes, cherchons leurs relations et des éléments en commun. Et puis, nous réalisons cette idée par trois scénarios au sein de l'usine. Ils peuvent s’adapter et répondre aux besoins des activités différentes. Ces programmes créent une série de à l’intérieur de l’usine. Episode II – cité-bateau Pour ces trois cales sèches, avant, le chantier naval était fermé, les citadins ne pouvaient pas entrer. Ainsi son espace spécial n’était pas connu par les gens. Et puis, pour l’exposition universelle, les équipements ont presque tous été démolis. Il ne reste que ces trois cales sèches. Pour nous, les éléments spatiaux comme la grue, le bateau, le pont et le lancement ont leurs spécificités, leurs variables. Nous espérons recréer ces expériences spatiales. Notre stratégie est de faire le mapping dans notre projet par la métaphore spatiale. La cale sèche est un espace très spécial, nous le conservons dans notre projet. La deuxième métaphore est les grues. Dans l’ère industrielle, ils chargent le poids. Dans notre projet, les grues sont représentées par des noyaux verticaux qui supportent le volume au dessus . La troisième métaphore est le bateau. Dans notre projet, il est le volume sur la cale sèche, supporté par les structures verticales. La quatrième métaphore est le pont de bateau. Dans notre projet, le pont est la toiture de bâtiment. Il est aussi un parc public. Et la dernière métaphore est l’état de lancement de bateau. Dans notre projet, il est représenté par une grande rampe qui connecte le bâtiment et le bord de la rivière. Pour le bateau lui-même, il est un contenu qui peut abriter presque tous les programmes de la ville. Quand il navigue en mer, son espace est indépendant. Donc la deuxième variable est l'espace compact du bateau. Toutes ces variables permettent à notre projet de devenir un complexe urbain flottant sur les cales sèches. Enfin, nous faisons la connexion de ces métaphores spatiales par une circulation. D’abord, les visiteurs peuvent arriver dans la cale sèche. Ces trois cales sèches sont liées et fonctionnent comme un musée industriel. Ensuite, les noyaux verticaux sont des circulations verticales. Les visiteurs peuvent entrer dans ce complexe urbain par l’escalator ou par l’ascenseur. Enfin, les visiteurs arrivent dans le complexe urbain qui abrite presque tous les programmes de la ville, comme une cité flottante. Et puis, les visiteurs peuvent montrer à la toiture du bâtiment. Elle fonctionne comme un grand parc public et elle peut offrir une très belle vue vers la rivière. Les visiteurs peuvent admirer le paysage de la rivière Huangpu et le paysage de Pudong. Enfin, les visiteurs peuvent descendre par une grande rampe et arriver au bord de la rivière. Mais cette circulation n'est pas fixée. Chaque personne peut avoir sa lecture unique et différente.

Xiaofu & Yingjie FEI & YU

Réagir à ce projet

tos2016
tos2016
elzinc
elzinc novembre

Présentation |Grindbakken : l'intervention esthético-scientifique de Rotor

Les études d’architecture ne mènent pas à un seul et unique métier. En témoigne l’activité du collectif belge Rotor, qui s’étend de l’architecture à la recherche en...[Lire la suite]


elzinc novembre

Album-photos |Luukku House : un modèle d'architecture en bois conçu par des étudiants

Créée et mise en oeuvre par les étudiants du département architecture d’Aalto University (Finlande), en collaboration avec les étudiants en design et ingénierie de la même école, la Luukku...[Lire la suite]

elzinc

Interview |Architecture : année zéro

Franchir le pas, s’inscrire en école d’architecture, avec ou sans bagage ? Qu’importe. David Tajchman, enseignant à l’Ecole Spéciale d’Architecture, prône un nouveau départ hors des...[Lire la suite]

elzinc novembre

Enquête |En 'stage d'été', face à ses lacunes, la technicité de l'étudiant source d'impertinence ?

Stages 'ouvrier', de 'première pratique' ou de 'formation', les stages précédant l’expérience professionnelle pour l’obtention de l’HMONP, généralement conduits entre juin et septembre,...[Lire la suite]

elzinc

Actualité |TEA for all and all for TEA : l'architecture in vivo

Organisé par l’enseignant Bruno Sève de septembre 2010 à avril 2011 à la Faculté d’Architecture UABJO à Oaxaca, au Mexique, l’atelier TEA (Taller Espacios Abiertos) visait à...[Lire la suite]