Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Concours | Plugin interactif (05/2010)

Plugin comme programme complémentaire, plugin comme branché, plugin comme greffon ; Le projet d’extension de l’école d’architecture de Nancy abrite une «spécialité acier». Jouer des oppositions et des contrastes pour affirmer un parti architectural audacieu dont la structure cherche à renouer avec une culture constructive oubliée.

ENSA Nancy | Education

Plugin interactif L’école d’architecture de spécialisation en acier que nous proposons trouve tout son sens dans la ville de Nancy, une ville connue pour son histoire liée au monde de la sidérurgie et de l’ingénierie. Le site choisi pour intégrer notre projet, fait face à l’école d’architecture existante, sur la rive opposée du canal (actuellement un terrain non bâti utilisé comme aire de stationnement), une opposition recherchée afin de confronter une architecture classique d’un bâtiment en béton brut et massif à un nouveau langage en acier tout en légèreté. En plus de provoquer cette dualité, notre démarche se base sur la volonté de renouer les liens avec une culture constructive oubliée. Nous avons pensé cette école de spécialisation tel un programme informatique qui vient se greffer à un programme mère afin de lui apporter de nouvelles fonctionnalités, et ce, en restant dépendant. Le principe du « plugin » logiciel, devient alors plugin architectural. Plugin comme programme complémentaire : L’annexe que nous proposons répond tout d’abord à la nécessité d’agrandir l’école existante dont le besoin en locaux supplémentaires se fait sentir (amphithéâtre, matériauthèque,…). Aussi nous saisissons cette opportunité pour intégrer de nouveaux enseignements, une spécialité liée à l’acier, ceci, afin de valoriser l’école, de la rendre plus attractive et d’ouvrir de nouveaux champs à la recherche et à la créativité. 02.jpgPlugin comme branché : Notre école se veut ouverte en interaction avec son environnement immédiat ; une ouverture à la ville et au public. Pour ce faire, nous avons choisi d’ouvrir sur la rue les espaces pouvant accueillir le grand public lors de manifestations culturelles ou événements particuliers (expositions, conférences, journées portes ouvertes,…). Une ouverture qui se traduit par le choix d’un parti architectural qui trouve tout son sens grâce à l’usage de l’acier, la transparence. Une transparence unifiant l’ensemble du bâtiment, laissant deviner le rythme de vie de l’école, une réelle mise à nu. Une transparence coté rue s’ouvrant au public, mais aussi une transparence sur le paysage exceptionnel dont dispose le site, une vue imprenable sur le canal. Une transparence utile, qui permet au bâtiment de récupérer l’énergie emmagasiné et de la restituer aux espaces intérieures grâce un une double peau en verre. Plugin comme greffon : La transparence et l’ouverture tant recherchées, n’excluent pas le besoin d’isolement et de calme nécessaires à l’enseignement. 03.jpgLes locaux d’enseignement que nous proposons surplombent les espaces ouverts du rez-de-chaussée, et ceci sans provoquer d’encombrement ni de gène grâce à un principe de suspension. Les ateliers de projet et les salles de cours, sont perchés au plafond avec un système de suspentes attachées à la structure primaire, constituée d’une succession de portiques en treillis. Ces mêmes portiques permettent de couvrir l’ensemble du bâtiment de la double peau en verre. Une couverture qui permet aux étudiants de profiter d’une terrasse jardin suspendue dont on ne soupçonne pas la présence, à l’abri des intempéries et des regards. Un jardin pour se détendre après de longues « charrettes », un jardin pour trouver l’inspiration, tout près du ciel en caressant les nuages. L’administration, la matériauthèque et les laboratoires de recherche se regroupent de façon plus classique sur des planchers superposés en dalles collaborantes posées sur les dernières travées de portiques. Afin d’occulter ces espaces, un dispositif de volets intérieurs en acier perforé a été mis au point. Directement accessibles des locaux, modulables aux grés des besoins, protégeant du soleil sans obstruer la vue, ils apportent aussi un jeu de façade changeante laissant encore une fois transparaitre au dehors la vie de l’école. Parce que l’architecture est un rêve inaccessible, une recherche perpétuelle d’une vérité, nous avons simplement tenté d’imaginer une réponse à ce que pourrait être une école d’architecture « idéale », notre école d’architecture, dont l’interprétation se concrétise grâce à l’acier.

Nazim Belblidia
Sarah Boulfekhar

Réagir à ce projet

Réactions

18-04-2011

projet un peu triste.