tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Diplôme | AlgÔ ou la régénération de la baie de Morlaix par les algues (03/2011)

Océans et estuaires sont chaque jour plus pollués par les activités humaines. Les végétaux marins, par leurs propriétés extraordinaires, pourraient permettre de régénérer ces milieux. L’utilisation de l’architecture par l’algoculture peut-elle sauver la Baie de Morlaix?

Ecole Spéciale d'Architecture | Architecture industrielle

AlgÔ est l’implantation au cœur de la baie de Morlaix d’une alguerie : ferme flottante d’algoculture. Les activités d’AlgÔ ne se limitent pas pour autant à celles d’une simple ferme: véritable laboratoire in situ, en liaison directe avec le port international de Bloscon à Roscoff, AlgÔ peut se transformer en centre d’expositions et de visites. Elle devient accessible à tous et chacun peut se l’approprier. IMAGE-02.jpgLes algues sont d'abord cultivées dans des nurseries, en bassins fermés, avant d'être installées dans les champs en pleine mer La baie de Morlaix, célèbre pour ses paysages marins uniques, est menacée par les diverses pollutions qui se déversent dans son estuaire: venant des plateaux finistériens, ces pollutions sont d’origine agricole, industrielle, urbaine, à la fois chimiques et organiques, et même d’origine médicamenteuse. La trop grande concentration de polluants présents dans l’estuaire et son affaiblissement par l’urbanisation de ses rives empêchent à la baie de jouer son rôle de «purificateur». Pourtant, les estuaires sont le berceau de la vie dans les océans et leur pollution entraîne celle des océans, et par extension celle de la planète entière. Il ne faut pas oublier que la vie sur terre dépend de la vie dans les océans. Avec la pratique ancestrale du ramassage du goémon dans le pays finistérien, les algues, ou plutôt les végétaux marins, ont un rôle clé dans l’histoire de la baie de Morlaix. Ces végétaux ont de nombreuses propriétés purificatrices et nettoyantes qui sont de plus en plus reconnues et exploitées : au cœur de la recherche à la fois médicale, nanotechnologique, cosmétique, alimentaire, énergétique…..,ils ont un très gros potentiel économique et écologique. Ils produisent les 2/3 de l’oxygène terrestre, purifient l’eau, absorbent les polluants du type métaux lourds, antibiotiques,... sont antibactériens, antifongiques et antiviraux, détoxifiants, énergisants et curatifs et enfin permettent, entre autres, le repeuplement des régions. AlgÔ, grâce à l’action des algues et leur récolte, va permettre de nettoyer et purifier l’eau et la baie de Morlaix mais aussi redynamiser et régénérer la région. AlgÔ constitue le trait d’Union entre Terre et Mer, et représente le lien avec les algues. S’intégrant parfaitement dans son environnement paysagé, il représente un symbole fort: l’entrée de la baie de Morlaix dans le XXIe siècle. AlgÔ joue avec les éléments du paysage et suit la marée grâce à son ancrage particulier. L’horizon, les vagues, les rochers, le mouvement de la mer sont autant d’éléments de continuité et de rupture qui permettent de construire les volumes d’AlgÔ: AlgÔ est une explosion à la limite entre Mer et Algue. Chacun de ses traits, chaque décision de forme et d’orientation découle directement des mouvements de la mer et de son environnement. AlgÔ est ouvert vers la Terre, il attend les visiteurs pour mettre en route la régénération de la baie de Morlaix. Sa carapace est composée des trois triangles de base, orientés de différentes façons dans l’espace. L’espace central est dédié à la transformation des végétaux marins avant leur transfert vers le port de Bloscon. La carapace est alors ouverte en double hauteur, pour marquer ce lieu particulier : l’algue est bien au cœur du bâtiment. IMAGE-03.jpgCoupe réalisée sur les entrées de la carapace: alguiers / végétaux marins / visiteurs Tous les éléments de la carapace sont traités de la même manière, comme un origami simple. Les contraintes techniques de ce site marin très particulier ont amené à l’utilisation de BFUP (Béton Fibré à Ultra Haute Performance). L’ensemble de la carapace est composé de triangle de BFUP de 17mm clipsés les uns aux autres, permettant résistance, flexibilité et possibilité de démonter la structure à la fin de sa vie. L’utilisation d’un aérogel à base d’algues, le SEAgel, ainsi qu’une ventilation naturelle contrôlée permettent de réguler la température et l’humidité du bâtiment. AlgÔ est une réponse à un questionnement sur le risque environnemental, risque majeur du XXIème siècle. Les végétaux marins, par leurs propriétés uniques, pourraient permettre d’améliorer considérablement la qualité de vie des êtres vivants mais aussi nettoyer, purifier et régénérer les milieux marins, terrestres et aériens de la planète, évitant une nouvelle catastrophe naturelle.

Isabelle Bardèche

Réagir à ce projet

tos2016

Réactions

23-10-2011


un projet très intéressent

23-09-2011

Idee tres originale repondant a une problematique actuelle. Tres reussi!

19-09-2011

Superbe projet, dans un environnement magnifique!

19-09-2011

Super idée. Un très beau concept ouvert vers l'avenir et belle présentation. A poursuivre.

19-09-2011

C'est très réussi, un vrai projet que s'insère dans son environnement! Bravo

tos2016

elzinc
elzinc novembre

Enquête |HMONP : vers un numerus clausus de fait ?

«Le principal problème de la réforme LMD c’est qu’elle a instauré un PPP entre écoles et agences», souligne Jean Magerand, architecte et enseignant à l’ENSA Paris-La Villette. En...[Lire la suite]


elzinc

Chronique |En Finlande, Eco-Viikki, un quartier durable, une communauté urbaine

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l’ENSA Paris Val-de-Seine. Son projet 2011/2012 consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d’études d’architectures, que ces...[Lire la suite]